Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Félix Tshisekedi remercie Tryphon Kin-Kiey !

Félix Tshisekedi remercie Tryphon Kin-Kiey !

This post has already been read 546 times!

Le nouveau Chef de l’Etat congolais n’a pas oublié l’ensemble de ses colistiers qui l’ont conduit à la magistrature suprême. Par des mots justes, le Président congolais, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a rendu un hommage mérité à Kin-kiey Mulumba, Directeur de campagne du CACH Bandundu et aux notables de cette province voisine du Kasaï. «Mes hommages à un compagnon de lutte qui n’a pas hésité un seul instant à choisir entre le cœur et la raison», dixit Félix Tshisekedi, lors d’un dîner offert à son ancien colistier et leader de Bandundu. Il le présente, en effet, comme un Compagnon de lutte qui est resté constant, contre vents et marrée, en dépit de toutes menaces et calomnies. Venus nombreux à sa résidence de l’UA, les membres de CACH/Bandundu ont félicité le nouveau Président pour sa victoire à la présidentielle de 2018. Pour Tryphon  Kin-Kiey, cette réussite symbolise l’avènement de la démocratie, de la justice, de l’Etat de droit, du travail, de l’attractivité économique pour le bien de la RD. Congo et du peuple congolais. Ci-joint, l’intégralité  du discours de Kin-Kiey Mulumba.

Cité  de l’UA, Audience auprès du Chef de l’Etat

Mot introductif au dîner du CACH Grand Bandundu     

Kinshasa, lundi 18 février 2019

Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat.

Vous avez face à vous les équipes de campagne du candidat N°20 à la Présidentielle du 30 décembre 2018 au Grand Bandundu. Vos équipes de campagne que j’ai eu l’honneur, le privilège et, oui ! Le plaisir de conduire après ma nomination par vous-même.

Votre Excellence a, face à elle, des membres anciens et nouveaux du CACH, la coalition gagnante Cap pour le changement Grand Bandundu mais cette parabole de la Bible rend justice aux ouvriers de la onzième heure qui seront récompensés de la même façon  que les ouvriers de la première heure…

En l’espèce, s’agissant de ce CACH, ce pavillon qui nous a portés dont nous savons que vous avez à cœur de donner un cadre juridique nouveau, de l’impulser pour en faire une machine fédératrice d’aujourd’hui et de demain, une machine de conquête, permettez-moi de dire : tous les ouvriers sont les bienvenus à notre ouvrage commun.

Avec nous ceux des nôtres que nous avons décidé d’appuyer ensemble avec vous Excellence, depuis nos bases, investis par nos hiérarchies politiques respectives, dans nos trois provinces du Grand Bandundu-Kwilu, Kwango, Mai-Ndombe, Kinshasa et que je me ferai le devoir de vous présenter tout à l’heure.

J’ai l’honneur de noter la présence du Patriarche du Grand Bandundu, l’ancien premier ministre, Joseph Nsinga Udjuu Ungwankebi Untube, votre Père, notre père à tous, qui a décidé de se joindre à CACH en compagnie de tous les siens. C’est le dernier sage qui nous reste, nous de ce grand Bandundu, nous de l’ex-province de Léopoldville, certainement nous de ce Congo…

Depuis Bandundu-Ville où il vit désormais pour être proche des siens, le Patriarche a fait spécialement le voyage de la Capitale pour nous rejoindre, pour vous rejoindre dans votre lutte. A cet instant, je me sens particulièrement heureux s’agissant de ce Grand Monument que j’ai fréquenté lors de mes années à l’Assemblée Nationale.

Monsieur le Président de la République,

A défaut d’avoir eu l’honneur et le plaisir de vous accueillir chez nous pendant la campagne électorale à Kenge, Kasongo Lunda, Fesh, Kahemba, Inongo, Kutu, Nioki, Bandundu ville, Masimanimba, Kikwit, Bulungu, Gungu, Idiofa, Bagata et, j’en passe, pour des raisons d’intoxication et de manipulation mais à Kinshasa n’est-ce pas chez nous comme partout dans ce vaste pays, le Congo, nous voici face a vous après cette victoire éclatante, historique, qui est celle du Congo, celle de la démocratie, celle de la justice, celle de l’Etat de droit, celle du travail, celle du mérite, celle de l’ouverture, celle de l’attractivité économique pour le bien du Congo et des congolais.

Tshisekedi ! Qui aurait pu douter ? Qui doute ? De quoi ? 37 ans de lutte ! 37 ans dans la lutte commémorée vendredi 15 février 2019 dans la poursuite de l’engagement, de la détermination mais aussi dans l’explication d’un contexte politique, votre victoire aux couleurs du CACH, aux couleurs de l’UDPS, était attendue.

Logique, crédible, légitime, unanimement acceptée et saluée par le Congo, le Congolais, l’Afrique, le Monde. Logique, crédible, légitime après des années de privation de liberté de ses membres dont vous-mêmes et votre regretté Père, de relégation ; du coup,  d’enracinement politique, de reconnaissance internationale. Le calme règne dans le pays, dans la diaspora. Partout, les armes se taisent et se rendent. N’est-ce pas une réponse, mes chers amis ? Il nous faut cependant consolider ce mouvement de paix dans tout le pays. Après le centre, l’Ouest et l’Est ont un rôle majeur à jouer dans ce processus car la lutte permanente en politique a commencé ; elle est âpre ; elle le sera davantage.

Les victoires de demain se préparent aujourd’hui… personne ne nous fera aucun cadeau de rien. Nous du Bandundu , nous au Bandundu, nous dans le Bandundu qui avons exceptionnellement fêté cette élection pour avoir des moments intenses , des moments extrêmes, de moment d’abandon, des moments d’hostilité insoupçonné , d’incompréhension souvent d’incrédulité, des moments héroïques où notre choix légitime était moqué, approché par une multitude à de la rancœur vouée à celui-ci ou à celui-là, c’est le lieu véritablement et publiquement de rendre gloire à ce Dieu tout puissant pour la justice que cette victoire nous procure, pour le grand honneur que vous nous faites de nous recevoir, ici, ce soir, à ce diner fastueux, je pense, sur le toit de la ville, sous les ors de la République au Mont- Ngaliema de grande histoire et de nous reconnaître quand le Bandundu avant ces scrutins,  avait été et est encore, méchamment et impunément présenté par certains médias comme opposé à ses frères et sœurs du Kasaï, parfois personnellement cité sur des vidéos enregistrées depuis l’étranger où on nous prend- quel pouvoir d’ubiquité nous aurions ?- à la tête d’une milice génocidaire, alors que nos frères et sœurs du Kasaï dont certains ici présents dans nos rangs, sont et vivent depuis des lustres naturellement chez nous, chez eux, dans nos villes, nos cités, nos villages où nous nous marions entre nous dans la paix et la concorde.

Il est vrai que du travail institutionnel de terrain pour la reconquête des esprits doit être fait en vue d’intégrer dans le vécu des uns et des autres le fait que ce Congo tout Grand est un, qu’il y a partout au Congo une place pour le congolais. Président de tous les congolais que vous incarnez, nous savons que c’est ce travail auquel vous êtes engagé.

En terminant, Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, comme citoyen et comme l’un des responsables de CACH, cette plateforme qui porte et assume cette gouvernance, comme deuxième homme de l’histoire de cette coalition que vous avez fait venir auprès de vous, dès au tout début Novembre 2018 déjà, bien avant cette réunion de Genève, puis après votre jonction réussie à Nairobi avec le président Kamerhe, permettez-moi de faire une prière et évoquer notre urgence commune nationale : notre peuple est englué dans une misère  indescriptible que votre Excellence ne saurait régler en quelques mois par un coup de baguette magique.

A court et moyen terme cependant, l’urgence commune nationale serait l’amélioration, je dirai avec plus d’audace, le relèvement du cadre de vie de nos concitoyens qui empire chaque jour un peu plus avec une saison des pluies qui annonce des catastrophes. Dans nos villes et cités, outre les érosions qui détruisent l’écosystème, sortent de terre rues et avenues, des quartiers entiers sont transformés en lac aux odeurs nauséabondes, source de maladie et de mort de nos concitoyens et, où, pour passer, il faut parfois louer une échasse voire une pirogue pour se rendre sur le lieu de travail… ceci est inadmissible…

L’homme a beau développer son intelligence, notre jeunesse ici représentée en nombre, a beau pousser son dynamisme, si les pouvoirs publics ne concourent pas, ne font pas montre d’imagination, ne dessinent pas des tracés, ne créent pas des espaces d’exploitation, des zones de développement, des infrastructures de déploiement du cerveau, bref, ne donnent pas l’air à respirer, le pays restera par terre.

A cet effet, l’office des Routes, l’OVD et certainement des projets de partenariat gagnant-gagnant volontaristes, ont un rôle clé pour nos 100 jours à venir comme tout au long de notre mandature…

Merci encore à vous, Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat.

Merci encore à Vous.

Prof. Tryphon Kin-kiey Mulumba,

Directeur de campagne du CACH FATSHI grand Bandundu,

Cité de l’UA,

Kinshasa 18 février 2019.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com