Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

6ème Session de l’expo-moléculaire : les journalistes formés sur les risques sanitaires

6ème Session de l’expo-moléculaire : les journalistes formés sur les risques sanitaires

This post has already been read 339 times!

Il s’est tenu le 11 mars 2019, dans la salle polyvalente du Laboratoire vétérinaire de Kinshasa, la 6e session de l’expo-moléculaire. Un séminaire de formation des journalistes de santé axé sur le thème « mieux comprendre l’infiniment petit pour résoudre les problèmes de santé infiniment complexes ». Cette formation a été organisée par le département de parasitologie de l’INRB et le centre interdisciplinaire de gestion de risque sanitaire, CIGRS, en collaboration avec l’association des communicateurs de santé en Afrique, ACSA/RDC.

Le laboratoire vétérinaire central a pour mandat de contribuer à la surveillance des maladies zoonotiques, de prévenir des maladies animales en administrant des vaccins, de veiller à la sécurité sanitaire des aliments de la population. Il regorge plusieurs services en son sein, entre autres, le service de pathologie, de bactériologie, de virologie, de parasitologie, les unités de sérologie moléculaire ainsi que les services connexes qui comprennent la stérilisation et la cuisine.

Justin Masumu, l’un des intervenants du jour, a axé son exposé sur la biologie moléculaire. Cette dernière étudie les mécanismes de fonctionnement de la cellule au niveau de la molécule. La découverte de cette science a révolutionné la biologie. Avant, il n’y avait pas d’institution en RDC qui disposait de la biologie moléculaire, dit-il. Mais avec le temps, les choses ont évolué et certains centres disposent actuellement de ce service. Pour faire la biologie moléculaire, les machines coûtent chères.

«Cette technique de pointe nous permet d’expliquer plusieurs maladies. Nous partons alors de l’ADN qui est infiniment petit pour expliquer les choses qui sont infiniment complexes. C’est en comprenant ce qui est infiniment petit qu’on pourra expliquer ce qui est infiniment complexe. C’est pourquoi, nous avons jugé utile que les journalistes doivent avoir des notions sur les risques sanitaires, les comprendre et les interpréter, en vue de bien mener la sensibilisation au niveau des décideurs et de la population. Comprendre l’infiniment petit pour résoudre les problèmes de santé infiniment complexes, veut dire que tout est caché à l’ADN  et l’infiniment petit est le tout petit œuf sur lequel doit faire une étude pour découvrir les problèmes de santé complexe », explique l’intervenant.

Cette formation permettra donc aux journalistes de comprendre les problèmes qui touchent à la santé de la population, de la sensibiliser sur les risques liés aux maladies animales et de bien interpréter certaines informations  afin que la population adopte des bonnes habitudes.

Pour concilier la théorie à la pratique, une séance pratique au laboratoire est donc prévue pendant une durée de quatre jours, soit du 12 au 15 mars et à l’issue de cela des brevets seront remis aux participants à cette formation.

Dorcas Nzumea

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com