Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

31ème session de l’AGCDR : la REGIDESO réfléchit et planifie pour se mettre au pas du Programme de Félix Tshisekedi !

31ème session de l’AGCDR : la REGIDESO réfléchit et planifie pour se mettre au pas du Programme de Félix Tshisekedi !

This post has already been read 198 times!

‘’La REGIDESO SA, ce géant d’antan, peut-elle être considérée aujourd’hui comme référence dans le secteur de l’eau potable en Afrique après tant d’années d’existence ?‘’. À ce moment précis, c’est une question qui devrait secouer le cerveau de tous les agents de cette grande entreprise publique en RD. Congo. Et, elle était à l’épicentre de la deuxième journée de la 31ème session de l’assemblée générale des Cadres et Dirigeants de la REGIDESO (AGCDR), qui se déroule du 11 au 14 mars 2019 à Kinshasa. Pour le Directeur Général, M. Clément Mubiayi, il s’agit lors des présentes assises, de passer au crible les différentes réalisations de l’exercice 2018 au regard des objectifs-cibles fixés. Ce, afin d’identifier les principaux goulots d’étranglement en vue de leur éradication et de définir les mesures correctives susceptibles d’en inverser les tendances au cours de l’exercice 2019. ‘’Planifier, c’est réfléchir avant d’agir. C’est établir une ligne d’actions pour atteindre un objectif bien défini‘’.

Ayant coïncidée avec le quatre-vingtième anniversaire de la REGIDESO SA ainsi que la passation sans couac du pouvoir, la 31ème session de l’AGCDR s’est orientée autrement. Le Directeur Général de la REGIDESO n’est pas passé par quatre chemins. Pour cette année, l’entreprise dont il a la charge et lui-même se sont fixés de nouveaux objectifs comprimées sous le thème : ‘’fournir de l’eau potable à toute la population congolaise, notre défi‘’.

A l’en croire, la commémoration du 80ème  anniversaire de cette structure a engendré plusieurs défis qu’elle se doit de relever en vue de surmonter les difficultés en marge. Ce faisant, selon le conducteur des débats, la première journée a porté sur les 8 indicateurs qui ont constitué le menu sur lequel les réflexions  et actions devront s’étayer pour la suite. Car, ceux-ci mettent en mal la gestion de l’entreprise.

Il s’agit des points de vente inactifs qui sont maintenus à 44% des PVT ; le faible taux de recouvrement privé, soit 63% ; les effectifs occasionnels représentant 39% de l’effectif total ; les pertes d’eau qui atteignent 42% ; les ventes en quantités dans la catégorie abonné Etat qui vont crescendo ; le taux de desserte faible ; les impayés Etat qui ne font que s’accroître et le recours effréné aux crédits bancaires à court terme  qui contribue à l’amenuisement drastique de la trésorerie de l’Entreprise du fait des taux élevés de remboursement.

Cependant, pour la journée du mardi 12 mars 2019, il était question de dresser un état des lieux du projet PEMU financé par la Banque Mondiale ainsi que d’autres projets appuyés par les partenaires techniques et financiers. Aussi, d’intégrer ou discuter sur les éventuels moyens d’incorporer le programme de 100 jours du Président de la République dans le plan stratégique de l’exercice de l’année 2019. Lequel plan a été au cœur du débat du jour.

Nouveau départ

En outre, il convient de signifier que les participants à ces ateliers proviennent de la Direction Générale et des directions provinciales de la REGIDESO, y compris ceux de Kinshasa. Ce sont notamment, les Directeurs Centraux de la Direction Générale, les Directeurs provinciaux,…

Pour la petite histoire,  ce forum  a été instauré depuis plus de trois décennies, il constitue et a toujours constitué une occasion pour l’entreprise de s’auto-évaluer à tous les niveaux, de critiquer sa gestion, évoquer les maux qui la ronge. Bref, c’est un moment de redressement.

Parmi les souffrances et goulots d’étranglements  enregistrés au cours de l’exercice 2018, hormis la mort de certains cadres et agents, il y a le vandalisme de distribution d’eau, l’accroissement de la fraude,… Pourtant, stipule le Directeur Général, parmi les personnes qui tirent l’entreprise vers le bas, on enregistre autant les agents que les abonnés.

D’où, a-t-il rappelé, la nécessité de la brigade anti-fraude qui, toutefois, n’est pas la solution finale. La participation ainsi que le concours des uns et des autres à s’imprégner de cette lutte constitue la pierre angulaire pour vaincre ce fléau. ‘’C’est ainsi que j’en appelle au changement de comportement et à un sens toujours élevé de responsabilité des uns et des autres afin de hisser haut l’étendard de notre chère entreprise‘’.

Gracia Kindji

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com