Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Kinshasa : les grévistes accentuent la pression !

Kinshasa : les grévistes accentuent la pression !

This post has already been read 272 times!

La grève est loin de s’arrêter. Les employés des indo-pakistanais et chinois sont plus que déterminés à voir leurs revendications produire des résultats favorables. Le mercredi 13 mars 2019, au Grand marché de Kinshasa, communément appelé Zando, la plupart des magasins appartenant aux indiens et aux libanais étaient fermés. Ces travailleurs déplorent les mauvaises conditions de travail et réclament la majoration de leur salaire car, estiment-ils, qu’il est trop bas et cela ne leur permet pas de subvenir aux besoins quotidiens.

Les travailleurs des indo-pakistanais de la ville de Kinshasa se sont mobilisés comme un seul homme pour revendiquer leur droit. C’est depuis longtemps qu’ils subissent ces mauvais traitements de la part de leurs employeurs sans piper mot. Sortis aujourd’hui de leur sommeil, ils se sont rendu compte des mauvaises conditions dans lesquelles ils travaillent. Tous les jours, dès les premières heures, ils sont contraints de quitter leur lit pour se rendre au lieu de service.  Malheureusement, l’heure du travail n’est pas respectée, ce qui fait qu’ils finissent très tard. Pire, le salaire perçu à la fin du mois, irrégulièrement d’ailleurs, est trop bas par rapport aux prestations rendues. Il y a donc déséquilibre entre le travail rendu et le salaire perçu.

Cette fois-ci, ils sont plus que déterminés à mettre fin à cela. Pour exprimer leur ras-le-bol, ils organisent des marches de protestations dans tous les coins de la capitale, où sont plantés les magasins de ces étrangers. Ces travailleurs ne sont pas prêts à abdiquer tant qu’une solution plausible ne sera pas trouvée.

«Nous travaillons, mais notre salaire est trop bas. Nous sommes fatigués de vivre cette situation. Nous sommes traités comme des esclaves dans notre propre pays. Ce n’est pas juste», clame un ouvrier en colère. Ces travailleurs sont prêts, nous confie-t-il, à piller au cas où ces commerçants étrangers oseraient ouvrir leurs magasins.

«Ces ouvriers réclament leur droit. Leur salaire est trop petit par rapport aux charges qu’ils ont. Nous sommes dans un pays démocratique. Nous sommes de cœur avec eux et nous convergeons notre regard vers le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi. Nous sollicitons son implication afin de régler ce problème, lui qui avait placé le social au cœur de son programme. Nous voulons voir des actions concrètes», ajoute une vendeuse des denrées alimentaires.

Il sied de savoir que les causes de ces revendications tirent leur source dans la violation des lois et les conventions qui gèrent le secteur du commerce en RDC. Ce mouvement de grève est observé dans tous les coins de la République. Mais, certains magasins vendent en coulisse.

Deborah Nsamba

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com