Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Rompre le sceau ?

This post has already been read 23459 times!

Cela peut s’avérer ahurissant mais c’est bel et bien vrai. Félix Tshisekedi, dont l’élection  avait subi et ne cesse de subir de nombreuses remontrances notamment, de la part de Martin Fayulu et sa caste, ‘‘grimpe’’ dans le sondage. Depuis son accession au pouvoir, le nouveau Chef de l’Etat, quoiqu’il puisse faillir dans certaines situations, s’illustre progressivement dans la prise des mesures draconiennes allant dans le sens d’effriter tout malentendu et d’améliorer les conditions de vie des congolaises et des congolais. Aussi, bénéficie-t-il désormais de l’assentiment de plusieurs quidams, pays et organisations. Pourtant, c’est vraisemblablement sur cette question d’acceptation que le bas blesse et les loups s’empoignent, en même temps. Car, l’Union Africaine, les Nations Unies, l’Union européenne, bref la communauté internationale, nonobstant le fait qu’elle fasse mention de certaines irrégularités des résultats ou de la défaite de Tshisekedi Tshilombo au scrutin présidentiel, a tout de même acquiescé de coopérer avec lui. D’ailleurs, en interne aussi, la CENCO qui n’a point arrêté de crier pour la vérité des urnes en postlude de la publication des scores par la CENI, a, in fine, accepté la réalité et de composer avec le successeur de Kabila. Quoi de plus normal que les affidés du doute cartésien entrevoient, dans leurs analyses, des raisons et des démarches cachées. Que cachent ces voltefaces ? Surtout qu’actuellement, des Chefs d’Etat, des gouvernants ou encore des diplomates rencontrent ou veulent tous rencontrer Félix Tshisekedi. Après Peter Pham, représentant des USA pour la région des Grands Lacs, et au-delà des autres personnalités, le numéro Un de la RD. Congo a échangé la nuit du mercredi 13 mars, à Nairobi, avec  le Président français, Emmanuel Macron. Celui-ci a clairement conseillé à Fatshi de «prendre son indépendance vis-à-vis de l’ancien Chef de l’Etat Kabila». En même temps, un entretien est aussi prévu ce vendredi 15 mars avec Tibor Nagy, Secrétaire d’Etat aux affaires africaines des Etats-Unis, avant un nouveau tête-à-tête avec Paul Kagame du Rwanda ainsi que Pierre Nkurunziza du Burundi. Des discussions à foison tout au long du mois de mars. Pourquoi ? Au regard de la demande expresse de Macron concernant ‘’les mains libres’’ du numéro Un de la RD. Congo, il ressort que c’est la problématique du deal entre les deux  Chefs d’Etat, entrant et sortant, qui inquiète. Quelle est la nature de ce deal ? Qu’est-ce que Kabila a proposé à Tshisekedi et l’inverse ? Déjà, d’après certaines indiscrétions, comprendre la nature de cet accord renverrait à comprendre les firmaments cachés  de l’alternance congolaise et tous ses corollaires. Ainsi donc, qu’est-ce que Tibor Nagy va dire à Félix Tshisekedi ? Une interrogation en litispendance jusque-là. Toutefois, au-delà de toutes les interrogations, il semble plausible de sous-tendre que la communauté internationale veut s’afficher comme un ‘’deus ex machina’’ afin de rompre le sceau du deal Raïs-Fatshi. Qui est capable d’ouvrir le livre et d’en rompre le sceau ? Criait l’ange de l’Apocalypse.

La Pros.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com