Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

La base gronde !

This post has already been read 15395 times!

Le torchon brûle à l’Udps depuis la publication par la CENI des résultats des sénatoriales, le vendredi 15 mars dernier, sur l’ensemble du territoire national. Les violences ont fait, jusqu’ici, d’importants dégâts matériels et perte en vies humaines notamment, dans la Ville de Mbuji-Mayi. A tout dire, la base, entendez les combattants de l’Udps, que ce soit à Kinshasa comme dans d’autres villes du pays dont le chef-lieu de la province du Kasaï-Oriental, Mbuji-Mayi, réclame la tête de Jean-Marc Kabund, Secrétaire Général du parti, ainsi que des sanctions sévères à l’endroit des élus provinciaux de l’Udps, sans oublier bien entendu le divorce entre FATSHI et Kabila. Ça barde. Mesures thérapeutiques obligent ! Il appert que ce lundi, le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, va pouvoir présider une réunion interinstitutionnelle, afin, semble-t-il, de prendre ses responsabilités en mains. A très bientôt. Que va-t-il dire ? Vraisemblablement, outre le dossier fâcheux de corruption qui a fait couler encre et salive, lors des élections sénatoriales, au point que le Procureur Général de la République, Kabange Numbi Flory avait suggéré à la CENI de surseoir aux dites élections, y compris celle des Gouverneurs, certainement qu’il ne manquera pas de surprendre l’opinion, en annonçant de nouvelles mesures quant à l’avenir de la Nation. L’heure est grave. Tenez ! Jusqu’ici, Bruno Tshibala n’a pu signer la suspension du Ministre des Affaires foncières, Lumeya Dhu-Maleghi, conformément à l’instruction du Chef de l’Etat qui reproche au concerné l’insubordination. Va-t-on droit vers une nouvelle crise institutionnelle ou vers un chaos qui ne dit pas son nom ? Là est, en effet, le défi en présence de Tshisekedi fils qui, apparemment, très soucieux de changer les choses, le plus tôt possible, rencontre mille et une épines. Il y a lieu d’y travailler. En tout état de cause, ce n’est plus un secret. Le Chef de l’Etat congolais honoraire, Joseph Kabila, garde la main mise sur la quasi-totalité des institutions nationales, en commençant par le Parlement de la République, avec ses deux Chambres, la primature et les Assemblées provinciales. En conséquence, il va sans dire que son omniprésence dans l’arène politique sera inévitable. D’office, le conseil de Macron et Uhuru Kenyatta à Tshisekedi, celui de rechercher son indépendance vis-à-vis de Kabila, a du mal à se concrétiser. Des analystes ne doutent point un seul instant, que les prochains gouvernements provinciaux soient, une fois de plus, coiffés par les Intelligences du FCC. Ça ne fait que commencer.

La Pros.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com