Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Responsable de plusieurs décès : la malaria, ce parasite congolais…

Responsable de plusieurs décès : la malaria, ce parasite congolais…

This post has already been read 607 times!

La malaria est une infection parasitaire causée par les anophèles femelles provoquée par les plasmodiums (parasite de l’homme occasionnant le paludisme) et transmis par les moustiques infectés. Pour assurer la présence de ces derniers, un test diagnostic doit être effectué. Une goutte de sang analysée au microscope permet d’identifier la présence dudit parasite. Elle se manifeste par des migraines, vomissements, fièvres…

De nos jours, la malaria est l’une des maladies les plus dangereuses à Kinshasa, à la base de plusieurs cas de décès. Les plus atteints sont, en effet, les enfants, les femmes enceintes mais également les personnes du troisième âge.

Cependant, hormis les anophèles, il existe 400 espèces des moustiques dont une trentaine est vecteur très important du paludisme dans le monde. Toutes les espèces vectrices du paludisme piquent les humains entre le crépuscule et l’aube, et l’intensité de la transmission de la maladie dépend du facteur lié au parasite, au vecteur à l’hôte humain et à l’environnement. Comme première méthode de prévention, il est important de dormir sous une moustiquaire imprégnée d’insecticide.

Le diagnostic et le traitement précoces du  paludisme réduisent l’intensité de la maladie et permettent d’éviter les décès. Ils contribuent aussi à réduire la transmission du paludisme.

La malaria peut être guérie en suivant un traitement approprié, les parasites peuvent être éliminés entièrement du corps de la personne atteinte, si cette dernière respecte la bonne posologie. Dans le cas contraire, ces vermines peuvent être réactivées et causer une rechute de la maladie, même après plusieurs mois ou plusieurs années.

Deborah Nsamba