Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Ferdinand Kashama : « je conseille au Président de nommer les Commissaires spéciaux pour un temps »

Ferdinand Kashama : « je conseille au Président de nommer les Commissaires spéciaux pour un temps »

This post has already been read 491 times!

La suspension de l’installation du nouveau Sénat élu sur fond de corruption générale, le report sine die de l’élection des Gouverneurs initialement prévue pour ce 26 mars 2019, le respect de la Constitution, le difficile mariage FCC-CACH, la nomination du potentiel Formateur dont le nom serait d’ores et déjà sur la table de Fatshi…Directeur de cabinet honoraire adjoint du Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, le Professeur Ferdinand Kashama éventre ici le boa, en ce qui concerne ces principaux sujets d’actualité qui laissent couler encre et salive, à l’interne comme au-delà des frontières du Congo Kinshasa. Ci-dessous, découvrez l’intégralité de cet entretien exclusif réalisé avec ce Haut cadre de l’Udps/Tshisekedi, en date du vendredi 22 mars dernier.     

La Prospérité : Professeur Ferdinand Kashama, durant pratiquement quatre décennies, l’Udps a milité contre la corruption, l’impunité et la mégestion. Aujourd’hui au pouvoir, acceptez-vous que ce parti cher à Etienne Tshisekedi Wa Mulumba soit cité dans les mêmes pratiques que celles dont vous avez combattues hier ?

Ferdinand Kashama : Il y avait un système qui s’était installé. Dans l’impunité, les gens touchaient à tout, tripotaient partout. Maintenant, ce n’est qu’un début de dévoilement du système qui a existé tout le temps.

La Pros. : Vos Députés provinciaux élus ont également fait montre de la corruption lors des Sénatoriales. 

FK : plusieurs autorités qui ont servi Mobutu et les deux Kabila, à l’époque, furent débauchées de l’Udps. L’Udps est une pépinière. Et dans une pépinière, il y a des vrais et des faux. Si quelqu’un est débauché, ça veut dire qu’il était la mauvaise herbe dans la bonne culture.

La Pros. : A deux mois au sommet de l’Etat, Félix Tshisekedi est d’ores et déjà accusé de violer la loi des lois, ‘’la Constitution’’, partagez-vous cette remarque ?

FK : Le Président n’a violé aucune disposition Constitutionnelle jusqu’à présent. En tant que Garant de la bonne marche des institutions du pays, il n’a fait qu’appliquer la Constitution, dans toutes ses dispositions.           

La Pros. : Et, que dites-vous au sujet de la suspension de l’installation du Sénat ainsi que du report sine die de l’élection des Gouverneurs ?   

FK : Moi, je conseille au Président de nommer les commissaires spéciaux dans toutes les provinces, pour un temps, afin qu’on puisse former les gens à la bonne gouvernance, aux bonnes élections. J’encourage le Président à nommer sans tarder les Commissaires spéciaux dans toutes les provinces pour un temps, et à suspendre pour longtemps le Sénat.  

La Pros. : Les Sociétaires du MLC accusent Félix Tshisekedi de faire preuve d’amateurisme au sommet de l’Etat.

FK : Ils jouent leur rôle d’opposants ; nous l’avons fait aussi. Le jour où le MLC sera au pouvoir, il mettra en œuvre son programme ; pour le moment c’est l’Udps, c’est CACH.

La Pros. : Kabila a déjà transmis au Président élu le nom du candidat à nommer en qualité de Formateur. Pourquoi, Tshisekedi fils retarde les choses ?   

FK : Quand on nous donne un nom, on doit l’examiner ; si ce n’est pas une personne trempée dans la corruption, les malversations financières ou autres crimes. Au FCC, il y a plusieurs personnalités entachées de gros dossiers que nous ne pouvons pas dévoiler. On veut s’assurer que la personne   est propre de tout son temps. Si la personne remplit les conditions, le Président ne tardera pas à la nommer. L’heure et le jour, c’est dans son secret.

La Pros. : Les langages des sourds entre le FCC et CACH prennent de plus en plus une ampleur considérable. Vous vous en rendez compte ? 

FK : les politiques du FCC pensent que leur système devait continuer. Nous disons non. Nos langages ne sont pas pareils dans la mesure où nous, nous pensons que la corruption et toutes les antivaleurs doivent prendre fin.

La Pros. : Vous êtes en coalition ou cohabitation avec le FCC ?

FK : C’est la coalition jusque-là ; c’est ce qu’ils nous ont demandé. Et le départ est bon. Nous avons un programme que nous devons faire respecter.

La Pros. : Quel message lancez-vous à la population ?  

FK : A la population, j’adresse un message de vigilance. Parce nous avons affaire aux personnes qui étaient habituées à des manies d’antivaleurs. Maintenant qu’ils sont avec nous dans la coalition, la vigilance vaut son pesant d’or.

Propos recueillis par Jacques Kitengie