Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Nouveau credo !

This post has already been read 11898 times!

La dernière option scellant la suite du combat commun des leaders de Lamuka, telle que communiquée à l’opinion, le samedi 23 mars dernier, était vivement attendue. Décidément, Fayulu ne recule pas, avec l’ensemble de ses colistiers du team Genève, à savoir : Bemba, Muzito, Matungulu, Nyamwisi Mbusa et Katumbi que d’aucuns accusent d’avoir un pied dedans, un autre dehors. Il ressort, en effet, de leur rendez-vous du week-end dernier, tenu du jeudi 21 au samedi 23, que tous ces opposants rodés, membres de la conférence des leaders de Lamuka, ont accordé leurs violons pour continuer la lutte collective, consistant à réclamer, à cor et cri, non plus la vérité des urnes, mais le ‘’respect des pratiques démocratiques en matière électorale’’. Il va sans dire que ces derniers ont, vraisemblablement, changé de credo et ont émis, par ailleurs, le vœu de muer en plateforme politique légale, leur structure née jadis, à Genève, en novembre 2018, sous la houlette de la fondation Koffi Annan. Apparemment unis pour une cause, ces opposants ont du mal à accepter Félix Tshisekedi, en dépit de la bonne volonté dont il fait montre en leur tendant la main, pour servir le Congo, dans la plus grande cohésion nationale. Désormais, le leader de l’Udps, assis sur son fauteuil présidentiel, depuis le 24 janvier 2019, est rassuré de ses adversaires politiques auxquels il aura affaire, cinq ans durant. Contre toute attente, la famille politique qui a dû porter la candidature de Tshisekedi fils à la présidentielle de 2018, le Cap pour le changement du tandem Fatshivit, devra gérer le pays avec le FCC que coiffe Joseph Kabila, bon gré malgré les langages quant aux enjeux en présence. C’est une page qui n’est peut-être pas à tourner. Car, en tout état de cause, du côté ‘’Ensemble pour le changement’’ du richissime homme d’affaires congolais, Moïse Katumbi Chapwe, l’appréhension diverge dans le chef des Cadres et affidés quant à la suite du combat politique. Gabriel Kyungu, Delly Sessanga, Claudel Lubaya et Cie sont derrière Tshisekedi. Dans tous les cas, la publication du prochain Gouvernement qui délogera celui de Bruno Tshibala plantera un tout autre décor de la suite d’alliances politiques. Tenez ! Hier, dimanche 24 mars 2019, tout compte fait, Tshisekedi Tshilombo a totalisé deux mois, à la tête du géant Congo sans son propre Gouvernement. Selon des sources entrecoupées, le nom du Formateur qui lui a été transmis depuis la semaine dernière ne sera validé et dévoilé au grand public que dès lors que les services attitrés se seront rassurés du profile probant de ce futur Chef de Gouvernement. Allusion faite ici à un politique qui soit blanc comme neige, en termes de corruption et autres dossiers de mégestion. In fine, quoique le besoin s’avère réel, l’heure et le jour de la nomination rentrent dans le secret de Fatshi. Eu égard à l’avenir du pays, la CENI notamment n’a pas tardé, après le report sine die de l’élection des Gouverneurs et leurs Vices, à l’issue de la réunion interinstitutionnelle du lundi 18 mars dernier, de publier un nouveau calendrier réaménagé. Ce dernier, à tout prendre, fixe cette élection au 10 avril prochain. Des analystes s’interrogent, cependant, sur les mesures prises pour limiter les dégâts de corruption autant dans le chef des élus provinciaux que des candidats Gouverneurs en lice, avant ladite élection. Il appert, de ce fait, que le PGR qui a été instruit de diligenter une enquête pour dénicher les corrompus et corruptibles parmi les Députés provinciaux et Sénateurs, restera vigilant. Du reste, contre vents et marée, Nangaa et son équipe confirment la tenue, ce 31 mars, des législatives nationales et provinciales à Beni, Butembo et Yumbi.

La Pros. 

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com