Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Regards croisés !

This post has already been read 9367 times!

Le prélude du pèlerinage de la coalition entre le Front Commun pour le Congo, FCC cher à Kabila, et le Cap pour le Changement, CACH du duo  FatshiVit, fait couler encre et salive. Le partage de l’impérium, au-delà de tout l’arsenal des questions d’approches politiques, demeure sans nul doute à l’épicentre du langage des sourds entre ces deux camps. Force est d’évoquer, le cas échéant, le débat autour de la désignation du Formateur dont le nouveau Chef de l’Etat retarde le feu vert. La problématique de regards croisés est, en tout état de cause, loin d’être une anecdote. A telle enseigne que le besoin d’une option des pourparlers se pose désormais, du moins, en ce qui concerne les questions de politique publique. Ce qui est vrai, ni de près, ni de loin, des tiers ne connaissent point les tenants et les aboutissants du deal Kabila-Tshisekedi, s’il y en a bien entendu. Dans tous les cas, l’inquiétude s’avère grande face au décor planté en présence, marqué essentiellement par mille et une contradictions parfois biscornues dans le chef des langues aussi bien du FCC que celles du CACH. Le moins que d’aucuns puissent soutenir est que les deux personnalités gouvernent présentement la RD. Congo. La coalition de leurs familles politiques respectives étant dès lors effective, selon différents sociétaires. Qu’on le dise tout haut, depuis deux mois dans son strapontin présidentiel, sur les hauteurs de Mont Ngaliema, à la Cité de l’Union Africaine, Tshisekedi fils  ne fait travailler que son cabinet appelé, à tort ou à raison, à s’occuper de tout ce qui bouge au pays, de surcroit à cette heure de la grogne sociale dont l’ampleur grimpe sans cesse. Suspension des Ministres et DG en fonction, réception de délégations syndicales dans ses bureaux de l’UA et au Palais de la Nation, injonctions du cabinet aux responsables des établissements publics, que des contraintes sous-jacentes qui auraient été résolues par le nouveau gouvernement intelligemment mis en place dont, malencontreusement, l’avènement tarde à poindre. Hier, en effet, à Kigali, Félix Tshisekedi qui a été reçu par son Homologue Paul Kagamé, était bel et bien valablement armé pour négocier l’amélioration de rapports bilatéraux entre le Rwanda et la RD. Congo. Allusion faite avant tout à la Sécurité et l’économie. L’élu gagnant du scrutin présidentiel de 2018 au Congo Kinshasa tient mordicus à la nouvelle touche dont il est porteur quant à l’ouverture de la RDC au monde, dans une approche de partenariat ‘’gagnant-gagnant’’. Reste à savoir si  l’Angola, le Kenya, le Rwanda, l’Ethiopie, ces différents pays Africains qu’il a d’ores et déjà visités et lesquels lui ont promis appui et solidarité, vont jouer franchement leur rôle, pour ne pas citer l’Union Européenne et les Etats-Unis qui ont réitéré leur coopération au nouveau pouvoir de Kinshasa. Tout compte fait, Tshisekedi Tshilombo dont les premiers pas satisfont relativement l’opinion, en dépit de certains reproches logeant dans le détail du diable, est appelé à tenir tête vis-à-vis de ses partenaires politiques, Kabila et ses troupes ; des Etats-amis du Congo en matière de coopération internationale et surtout de plus de 80 millions des congolais affamés. D’où, la nécessité d’éradiquer les regards croisés avec la famille politique de son prédécesseur et son camp vaut-elle son pesant d’or.

La Pros.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com