Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

[De Dakar aux USA, Félix Tshisekedi poursuit sa croisade] FCC- CACH : un accord de gouvernement au menu des discussions !

[De Dakar aux USA, Félix Tshisekedi poursuit sa croisade] FCC- CACH : un accord de gouvernement au menu des  discussions !

This post has already been read 758 times!

*Rien de sert de courir, il faut partir à temps, dit-on. Apparemment, le Front Commun pour le Congo et le Cap pour le Changement l’ont si bien compris lorsqu’en tant que plateformes politiques  appelées à se coaliser pour diriger  le pays, elles mettent l’accent sur la conclusion d’un accord de gouvernement avant même la nomination, par le  tout nouveau Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, du Premier Ministre et, en même temps, de son équipe.

Selon des bribes d’informations glanées sur des pincettes, ces deux plateformes seraient très avancées dans leurs discussions sur la manière dont elles entendent travailler ensemble et déblayer le terrain pour une gestion consensuelle et concertée de la Res Publica.  Et que dans un délai le plus bref, les carottes seront cuites.

Si tout va bien, au retour de Félix Tshisekedi qui, depuis hier, séjourne à Dakar où il a été accueilli dans la soirée par son Homologue Sénégalais MackySall, à l’aéroport Léopold Sedar Senghor, les choses iront crescendo.

Normalement, Dakar n’aura été qu’une étape, dans ce voyage qui  le conduira également  aux USA où il est attendu, du 3 au 5 avril,  pour des entretiens nourris à la faveur du changement intervenu en RD. Congo, depuis le 24 janvier 2019.

Félix Tshisekedi, à en croire des sources mieux éclairées, pourrait y avoir des échanges  de haut niveau avec Mike Pompeo, le Secrétaire d’Etat Américain aux affaires Etrangères de l’administration Trump.

Dernièrement, en effet, Mike Hammer, l’Ambassadeur des USA à Kinshasa, dans un communiqué de presse, précisait, expressisverbis, que cette visite était l’une des plus  importantes de ce mois d’avril 2019  pour son pays qui mise sur l’alternance pacifique enregistrée  à l’aune des élections du 30 décembre 2019, pour apprécier l’opportunité de voir comment aider la RD. Congo à consolider la démocratie, à renforcer la justice et le respect des droits de l’homme et à construire  un nouvel Etat orienté vers la satisfaction des besoins vitaux du plus grand nombre des congolais.

Dans le même communiqué, le même Ambassadeur insistait, particulièrement, sur le fait que le nouveau Président de la République devait, pour ce faire, afficher une attitude responsable, quant à ses vraies responsabilités à la tête du pays. De sorte qu’il devrait être  capable, lui tout seul, sans la moindre interférence d’une tierce personne,   d’engager la RD. Congo  sur une nouvelle voie.

Or, une telle acception, ainsi qu’elle ressort de ce communiqué-là, contraste avec les tractations en cours qui, littéralement, instituent un nouveau régime de  cohabitation entre ces deux plateformes politiques, basée sur un nouvel accord de gouvernement auquel elles seront attachées.

Quoi qu’il en soit, l’idée est là. La volonté, pour les USA, d’avoir un nouveau Président totalement indépendant de l’ombre de Joseph Kabila qui, tout en étant  Président Honoraire, est aujourd’hui Sénateur à vie  mais aussi, Autorité Morale du Front Commun pour le Congo, la principale plateforme ayant raflé la majorité des sièges, à la fois, à l’Assemblée Nationale, au Sénat ainsi dans les Assemblées Provinciales à l’issue des scrutins.

Dans un tel contexte, comment Félix Tshisekedi, tout en sachant qu’il est lié jusqu’à la moelle épinière  par une telle réalité politique interne,  ferait-il pour assouvir les appétits de toutes les puissances externes, fussent-elles des Etats-Unis ou autres, qui l’invitent, paradoxalement,  à se détacher de Kabila ?Pour une question à plusieurs inconnues, c’en est vraiment une.

LPM