Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Après le décès d’un étudiant ; vive tension à l’ISTA !

Après le décès d’un étudiant ; vive tension à l’ISTA !

This post has already been read 436 times!

Depuis le vendredi 5 avril 2019 dernier, rien ne semble marcher à l’Institut Supérieur de Techniques Appliquées (ISTA). La tension est montée d’un cran depuis qu’une remorque a écrasé un étudiant en préparatoire, qui rentrait à domicile avec ses camarades. La colère s’est envenimée le lendemain de la tragédie lorsque le corps estudiantin a été mis au courant de la nouvelle. Aussitôt, les cours avaient été momentanément interrompus jusque le lundi 8 avril.

Evénement

Les cours viennent de prendre fin le vendredi 5 avril à l’ISTA. A 17h00, heure de pointe, les véhicules de transport en commun disponibles se font rares sur l’avenue Flambeau à l’entrée de cet établissement d’enseignement supérieur, logé dans la commune de Barumbu. Après plusieurs minutes de patience, des dizaines d’étudiants venant des auditoires sont tentés de faire l’autostop pour rentrer à domicile. Faute de bus en commun, les ‘’mushetumen’’, comme on appelle les étudiants de l’ISTA à Kinshasa, prennent d’assaut une remorque de passage, qui roulait à vive allure. Ils tentent de se maintenir en équilibre durant tout le parcours. Soudain, ils sont surpris par un mouvement brusque qui les pousse à s’accrocher. Mais, hélas, la chance ne sourit pas à tous.

Noé Kayiba est parti

Etudiant en préparatoire, Noé Kayiba perd pédale et tombe dans le vide. Malheureusement, il se retrouve sur une trajectoire de la remorque en pleine vitesse. C’est à peine que le chauffeur tente de se ressaisir pour maîtriser le volant de son poids lourd. Mais, cela en vain, l’irréparable est déjà commis : le pneu de la géante remorque écrase la tête de la toute nouvelle recrue de l’ISTA. Les efforts entrepris pour l’amener d’urgence à l’hôpital le plus proche, en vue de sauver sa vie, s’avèrent vains. La situation est donc toujours tendue malgré le message d’apaisements des autorités académiques.

Gaston Kisanga