Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Remplacées par des paquets de jus, les gerbes de fleurs en perte de vitesse…

Remplacées par des paquets de jus, les gerbes de fleurs en perte de vitesse…

This post has already been read 152 times!

A Kinshasa, Capitale de la République Démocratique du Congo, les vendeurs des gerbes de fleurs se disent mecontents face à la situation boiteuse qui fait presque leur quotidien depuis peu. Leurs produits ne se vendent plus comme auparavant alors qu’ils constituent l’un des plus grands moyens de consolation et de respect pour les familles éprouvées envers l’illustre disparu afin de lui rendre des hommages. Actuellement, les kinois commencent à perdre cette habitude, qui s’en va peu à peu avec le temps qui passe mais, surtout parce qu’elle se fait remplacer par le don des jus et boissons sucrées en lieu et place des gerbes de fleurs.

Pour plusieurs d’entre eux, cela devient une affaire moins fructueuse pour laquelle ils dépensent énormément d’énergie tous les jours. ‘’On ne bénéficie pas trop de cette vente. En plus, le problème est que tu dois te réveiller très tôt le matin, au plus tard à 4 heures, pour avoir des bonnes plantes chez le jardinier. On commence à travailler le matin pour avoir de l’avance sur le reste de la journée et puis finir à temps pour que ce ne soit pas une perte à la fin‘’, lance un vendeur des gerbes de fleurs sur la place ASSANEF, dans la commune de Lingwala.

Ces fleurs sont, en fait, l’expression d’un geste très symbolique pour ces vendeurs. ‘’On peut ou ne pas se déplacer pour les obsèques. Les fleurs sont alors les messagères les plus délicates de nos pensées envers le défunt et sa famille. Même si vous n’êtes pas là, mais les fleurs marquent votre présence par la pensée et par le cœur. Les gestes adoucissent à la fois la peine de celui qui ne peut pas y arriver‘’, a laissé entendre le propriétaire d’un funérarium.

Les désavantages

Pour le moment, ces fleurs se vendent avec difficultés et les invendues se détruisent facilement. Le mal avec les acheteurs, se plaignent certains vendeurs, c’est qu’ils ne préfèrent plus acheter les fleurs à des prix normaux et cela crée des manques à gagner. ‘’C’est une perte parce que si elles arrivent jusqu’au lendemain, elles ne seront plus vendues étant donné qu’elles seront déjà fanées, le carton de l’intérieur abimé… Raison pour laquelle, lorsqu’on nous présente des « miettes », on ne peut qu’accepter au lieu de faire une perte‘’, témoigne un autre vendeur.

De nos jours, la plupart des personnes ne préfèrent plus les gerbes de fleurs en lieu et place des paquets de jus qu’elles offrent à la famille. Des jus qui se consomment  après l’enterrement. Ou carrément une enveloppe pour réconforter la famille.

Deborah Nsamba

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com