Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Amnistiés de la prison de N’dolo : Prof. Jimmy Ambumba présente ses civilités au CNSA

Amnistiés de la prison de N’dolo : Prof. Jimmy Ambumba présente ses civilités au CNSA

This post has already been read 465 times!

Bénéficiaire de l’ordonnance présidentielle du 7 mars 2019, portant amnistie des prisonniers politiques et d’opinions, le professeur Jimmy Ambumba, avocat et ex. Coordonnateur en charge des questions juridiques et politiques de l’ex. mouvement Politico-militaire APARECO,  de M. Honoré-NGBANDA NZAMBO-KO-ATUMBA est libéré de la prison de N’dolo, le 28 mars 2019. Pour ce faire, il est allé remercier le mardi 16 mars 2019, Joseph Olenghankoy Mukundji, président du Conseil National de Suivi de l’Accord et du Processus Electoral (CNSA). Ce, pour avoir mené, en tant que organe de surveillance du processus, une lutte acharnée en vue de l’aboutissement de l’Accord de la Saint Sylvestre ayant conduit à la relaxation des prisonniers politiques. Il a, également, remercié le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, pour cet acte combien salutaire pris en leur faveur.

Mais, au-delà de tout doute raisonnable, prof. Ambumba note avec amertume que nombreux de ses colistiers prisonniers croupissent encore en prison, et pourtant, figurant sur la même liste de 49 Amnistiés par le Président de la République. Il s’agit de M. Floribert Zangu qui totalise, à ce jour, 14 ans de prison et de plusieurs expulsés du Congo-Brazzaville. En outre, a-t-il plaidé auprès de l’autorité du CNSA afin qu’il pèse de tout son poids auprès des instances compétentes pour que ses biens et argents saisis et confisqués sans PV de saisi soient restitués, sans délai. Et pourtant, précise-t-il, ses biens saisis n’avaient rien avoir avec son arrestation.

A la suite de ces entrevues, l’ex. Prisonnier s’est fortement réjoui de l’entretien fructueux qu’il a eu avec Joseph Olenghankoy qui était un habitué des cachots et prisons sous le régime dictatorial de Mobutu. Ce dernier a promis de faire tout ce qui est à son pouvoir régalien afin que son interlocuteur puisse obtenir gain de cause.

Il convient de rappeler qu’avant d’être transféré à la prison de N’dolo en 2014, professeur Jimmy Ambumba a passé une année et six mois à l’ANR (Agence Nationale de Renseignements) dans une cellule où il a vécu pratiquement seul, a-t-il révélé.

Eugène Khonde