Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Journée internationale de la liberté de la presse : JED et UNPC en séance de travail avec la déléguée de Wallonie Bruxelles

Journée internationale de la liberté de la presse : JED et UNPC en séance de travail avec la déléguée de  Wallonie Bruxelles

This post has already been read 553 times!

La déléguée du Centre Wallonie Bruxelles, Kathryn Brahy, a accueilli, le 16 avril 2019, au sein de son institution sise à Kinshasa, dans la commune de la Gombe, les membres de Journaliste en danger, JED, et  ceux de l’Union Nationale de la Presse Congolaise, UNPC. Il était question, au cours de cette séance de travail, des préparatifs de la journée internationale de la liberté de la presse, qui aura lieu le 3 mai prochain. A cet effet, plusieurs personnalités de marque ont pris part à cette activité. Une forte représentation internationale a tout aussi été notée, telle la présence du Représentant de l’Unesco, Jean-Pierre Ilboudo, Abdoul Aziz Thioye, le chef du Bureau Conjoint des Nations Unies aux droits de l’Homme, le représentant de l’ambassadeur de Grande Bretagne au Congo et tant d’autres invités. Il ressort de cette séance que le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, est le premier invité et c’est lui qui devra présider la cérémonie, d’autant plus que dans son discours d’investiture, il avait promis de créer des passerelles d’entente entre les médias et le gouvernement, en vue de faire des médias congolais un vrai quatrième pouvoir.

L’UNPC et JED ont convoqué cette réunion préparatoire de la Journée Internationale de la Liberté de la Presse, à laquelle étaient présents plusieurs cadres des associations des hommes et femmes de presse. Entre autres, des organisations professionnelles des médias, des membres de la dynamique du 27 mai, ainsi que plusieurs représentants des institutions internationales. Au cours de cette réunion, une résolution en est ressortie, stipulant que toutes les structures médiatiques du Congo devront célébrer à l’unisson cette journée. Ce qui revient à dire, entend-on dans ces milieux, qu’il n’y aura qu’un seul bloc pour organiser cette célébration et non chacun selon son obédience, sinon, sa particularité.

Le Chef de l’Etat ‘’invité spécial’’

Dans son discours d’investiture, le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo avait promis à la presse qu’il fera d’elle un véritable quatrième pouvoir. Saisissant la balle au bond, les professionnels des médias ont de ce fait émis le souhait de voir le garant de la Nation présider en personne  cette fête de la Presse, non seulement pour sa promesse, mais ils indiquent que cette commémoration sera une première de son mandat. Et donc, sa présence sera un signal fort pour le remodelage de cette presse, dont l’image ne fait que se dégrader et ternir.

Pour rappel, il sied de noter que cette journée du 3 mai a été proclamée, en effet, par l’Assemblée Nationale des Nations Unies en 1993, suivant la recommandation adoptée lors de la vingt-sixième session de la conférence générale de l’UNESCO, en 1661. Cette proclamation fut par cette entremise une réponse à l’appel des journalistes africains qui, en 1991, ont proclamé la Déclaration de Windhoek sur le pluralisme et l’indépendance des médias.

A cet effet, les professionnels des médias fêtent tous les ans, la journée mondiale de la liberté de la presse, qui permet de célébrer les principes fondamentaux de la liberté de la presse, d’évaluer la liberté de la presse à travers le monde, de défendre l’indépendance des médias et de rendre hommage aux journalistes qui ont perdu leur vie dans l’exercice de leur profession.

Grâce Kabedi