Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Haut Katanga : voici les retombées de la réunion du Conseil supérieur de la défense

Haut Katanga : voici les retombées  de la réunion du Conseil supérieur de la défense

This post has already been read 425 times!

Le Chef de l’Etat a présidé un conseil supérieur de la défense à Lubumbashi, le 13 avril, au gouvernorat du haut Katanga. Plusieurs problèmes sécuritaires ont été à l’ordre du jour et plusieurs décisions importantes ont été prises lors de cette réunion qui a mis ensemble le Garant de la Nation et les forces de l’ordre. Le social des militaires, la réinsertion de certains groupes de milices, la situation sécuritaire dans les recoins du pays étaient, entre autres, à la base dudit Conseil, avec les autorités du pays et les hauts gradés de l’armée.

Compte rendu

Ont pris part :

  1. Le Premier Ministre
  2. Vice-Premier Ministre aux affaires Etrangères
  3. Vice Premier Ministre de l’Intérieur
  4. Ministre de la défense Nationale AC-R
  5. Chef d’Etat-major Général
  6. Commissaire Général de la Police Nationale
  7. Chef de la maison Militaire
  8. Chef d’Etat-major de la Force Terrestre
  9. Chef d’Etat-major de la Force Aérienne
  10. Chef d’Etat-major de la Force Navale

Comme invités :

  1. Inspecteur Général de l’Armée
  2. Auditeur Général de l’armée
  3. Inspecteur Général de la Police
  4. AG de l’Agence Nationale de Renseignements
  5. DG de la Direction Générale des Migrations
  6. Sous-Chef d’Etat Major des Renseignements
  7. Directeur Général des Renseignements de la Police.

A cette réunion, ce sont ajoutés sur demande du Conseil Supérieur de la Défense :

  1. Le Gouverneur du Haut Katanga
  2. Le Commandant de la deuxième Zone Militaire
  3. Le Commandant de la 22 è Région Militaire
  4. Le Commissaire Provincial du Haut-Katanga

Points débattus à l’ordre du jour :

  1. Situation générale du pays
  2. Situation sécuritaire dans la ville de Lubumbashi et ses environs
  3. Situation sécuritaire à Yumbi
  4. Situation Opérationnelle
  5. Rapport du Commissaire général de la police
  6. Situation DDR
  7. Cantonnement des militaires
  8. Dossier Formation

S’agissant de la situation générale du pays, il a été retenu que le calme règne sur toute l’étendue du territoire à l’exception des quelques cas à l’Est du pays, notamment à Béni et Butembo, dont l’activisme des ADF, et le cas de la maladie à virus Ebola sur la plan sanitaire préoccupent la Haute Autorité. Les groupes armés dans le haut-plateau et le banditisme dans la ville de Goma.

Les élections à la députation nationale et provinciale dans les villes de Beni, Butembo et Yumbi se sont déroulées dans le calme. Il en est de même des élections des Gouverneurs des Provinces dans l’ensemble du territoire national.

S’agissant de la situation sécuritaire dans la ville de Lubumbashi et ses environs, le Conseil Supérieur de la Défense a entendu le rapport de l’Inspecteur Général des FARDC qui avait été dépêché par son Excellence Monsieur le Président de la République. Le Conseil a jugé ce rapport très pertinent. Il a été constaté un déficit criant d’encadrement des hommes aussi bien de la police que des armées, tournées vers le détachement dans le gardiennage et les sociétés minières. En outre, il a été constaté l’insuffisance des moyens logistiques.

Sur ce point, le Conseil Supérieur de la Défense a décidé la suppression de tout détachement des policiers, des militaires ainsi que des éléments de la GR dans le gardiennage et les sociétés minières. Cette décision ne concerne pas seulement le haut Katanga, mais toute l’étendue du territoire national. Le Président a institué une commission spéciale coordonnée par l’Inspecteur Général des FARDC et celui de la PNC, appuyé par les services pour un suivi et contrôle permanent de toutes ces décisions.

Pour ce qui concerne les moyens logistiques, le Président a instruit le gouvernement pour des dispositions pratiques quant à ce.

S’agissant de la situation à Yumbi, le Conseil a entendu le rapport de l’Auditeur Général, dépêché par le Chef de l’Etat.

Il ressort de ce rapport que la situation est relativement calme, la population de Yumbi et même certains déplacés dans les ilots ont voté dans le calme leur représentants au parlement provincial et national. Quant au retour des déplacés, il se fait progressivement, au fur et à mesure que le génie militaire s’applique à la reconstruction des infrastructures démolies. Sur le plan judiciaire, les enquêtes se poursuivent normalement et les instigateurs sont en train d’être interpellés et entendus.

Le Président a instruit le Gouvernement de poursuivre les efforts pour la réconciliation entre les deux communautés, la restauration de l’autorité de l’Etat en vue du rétablissement d’une paix durable.

Le Conseil a entendu également le rapport du Chef de l’Etat-major Général et celui de commissaire Général concernant :

  • L’administration
  • Les opérations
  • La formation
  • Le cantonnement
  • La couverture médicale
  • Le DDR.

En ce qui concerne l’administration, le Président de la République a décidé de procéder à la permutation progressive des officiers à la régulation des grades et la relève des troupes au sein de l’armée et de la police.

En ce qui concerne le social du militaire et du policier, le Président de la République a décidé l’amélioration du bien-être du militaire et du policier, ainsi que la construction de nouveaux cantonnements.

Le Président de la République a instruit le Chef de l’Etat-major Général des FARDC et le Commissaire de la PNC de veiller à l’application stricte de toutes les décisions prises au Conseil Supérieur de la Défense.

Enfin, s’agissant du DDR, le Président de la République félicite les compatriotes qui ont décidé de déposer les armes et de se mettre à la disposition de la République et encourage  les autres qui hésitent à faire de même. Le Conseil met en garde toute personne, acteur politique, économique, religieux ou chef coutumier qui continuerait à entretenir un groupe armée sur le territoire national, qu’elle se verra traduite devant la justice et  pour y subir la rigueur de la loi et ce, conformément aux articles 188 et 190 de la Constitution.

Le Président de la République a instruit le Gouvernement à tout mettre en œuvre pour le démarrage rapide des opérations Pré-DDR, en vue de leur réinsertion sociale.

Commencé à 9h32, la réunion a pris fin à 16h05.

Fait à Lubumbashi, le 13 avril 2019

Michel Bongongo Ikoli Ndombo

Ministre de la Défense Nationale