Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

BENI : des violences interethniques après la revendication d’une attaque par l’Etat islamique

BENI : des violences interethniques après la revendication d’une attaque par l’Etat islamique

This post has already been read 368 times!

Un convoi des passagers a été sauvé de justesse d’une justice populaire ce dimanche 21 Avril 2019 au boulevard Nyamwisi non loin de l’enclos de l’aéroport de l’ENRA-Beni. Des habitants visiblement agités voulaient s’attaquer à une dizaine des citoyens de passage à Beni et venus du territoire de RUTSHURU pour la province orientale. La veille d’autres habitants en colère se sont attaqués à la résidence privée d’un particulier au Quartier Mabolio en commune BUNGULU. Il était reproché aux locataires de cet enclos d’héberger des inconnus assimilés à des tueurs ADF

Des détonations en armes secouent la ville de Beni tard dans la nuit de samedi 20 Avril dernier. La police appuyée par les forces armées tente sans succès de disperser une foule des manifestants qui jetaient des pierres à la résidence d’un particulier au Quartier Mabolio en commune BUNGULU. Ces jeunes sont convaincus que cette clôture garde des tueurs ADF. Peu avant cette panique 19 personnes venaient d’entrer dans cette clôture. Venus du territoire de RUTSHURU sans feuille de route apprend-t-on d’un manifestant, ces visiteurs se faisaient passer pour des humanitaires qui venaient exécuter un projet de construction des sources d’eau potable à Beni. Tôt le matin, c’est un autre convoi des passagers qui attirent la curiosité des conducteurs des taxis motos au boulevard Nyamwisi. Venus également du territoire de RUTSHURU ces passagers partaient pour la province orientale avant d’être arrêtés par ces manifestants. Toujours sans feuilles de route, ces passagers ont d’abord été torturés par ces manifestants avant d’être sauvé de justesse par la police.

Triste histoire entre ces deux communautés

Ces attaques ne sont pas les premières de ce genre en ville de Beni. Un autre citoyen HUTU avait même été brulé vif à Beni il y a peu pendant que l’ex chef de l’Etat séjournait à Beni. La liste est très longue d’autres citoyens HUTU sauvé de justesse par la police d’une justice populaire. Le péché de ces citoyens HUTU est d’avoir une tonalité proche de celle des tueurs ADF. Ainsi, leur présence fait peur aux habitants de Beni. La migration avait même été suspendue entre ces deux communautés le temps pour leurs leaders respectifs de se lancer à la sensibilisation. Une étape pourtant presque réussie à l’époque parce que le trafic venait de recommencer sans aucun problème. Mais avec la revendication de l’Etat islamique, la pendule est revenue à zéro. Plusieurs citoyens de Beni voient de cette revendication une nouvelle ampleur des massacres dans la région. Aux mêmes sources d’ajouter que ces migrants seraient venus en renfort aux tueurs ADF. La méfiance entre ces deux communautés reprend sa mauvaise forme d’avant. Wait and see, disent les anglais !

KANIKI Eliel