Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

[Mémoire défendu à la faculté d’Agronomie de l’Unikin] Sujet : «Problématique foncière des activités agricoles dans la zone périurbaine de la ville de Kinshasa»

[Mémoire défendu à la faculté d’Agronomie de l’Unikin] Sujet : «Problématique foncière des activités agricoles dans la zone périurbaine de la ville de Kinshasa»

This post has already been read 354 times!

Fruit du désormais ancien étudiant Serge Mbikay Mukuta, du département d’économie agricole de la faculté des Sciences agronomiques de l’Université de Kinshasa, ce travail dont l’encadrement a été assuré par le Professeur Apollinaire Biloso Moyene, répond principalement à la question de savoir quelle est la typologie des acteurs impliqués dans le maraîchage en milieu périurbain dans la ville de Kinshasa ? Des interrogations sous-jacentes y sont également exploitées, lorsque l’auteur se préoccupe de savoir quel est le moyen qu’utilisent les paysans maraichers pour accéder à la terre ? Quels sont les problèmes fonciers auxquels les maraichers en milieu périurbain font face ? Quelles sont les contraintes majeures liées à l’activité de maraîchage ressenti par les acteurs, paysans ? Est-ce que les paysans ont-ils des connaissances sur la politique nationale de la sécurité foncière ?

« La présente étude vise à établir un diagnostic sur les fonciers des activités agricoles sur le Site Agricole Tshuenge de la N’sele », précise le lauréat. Le Chercheur Serge Mbikay Mukuta explique qu’en tout état de cause, la gestion de l’espace foncier et la matrise des techniques agricoles sont parmi les problématiques de l’heure auxquelles l’homme de science, mieux, le scientifique doit pouvoir répondre.

Il précise, en effet, qu’en République Démocratique du Congo, l’un des leviers sur lesquels doit s’appuyer le développement du pays demeure l’amélioration de la gestion du secteur foncier. Pourtant, lorsqu’on analyse de près l’arsenal juridique national, l’on constate que les différents gouvernements qui se sont succédé au fil des années ne sont pas encore arrivés à doter le pays des politiques nationales justes et efficaces, notamment celle consistant à réglementer de manière rationnelle la gestion foncière, sous toutes ses dimensions.

Le récipiendaire souligne qu’au cœur du continent africain, la RD. Congo est un paradoxe. Elément stratégique majeur par sa situation, son ampleur (2,34 millions de km2, quelque 72 millions d’âmes), son potentiel naturel et humain considérable, ce géant suscite, dit-il, bien des convoitises.

Accès foncier

Le nouvel Ingénieur à la faculté d’Agronomie de l’Université de Kinshasa, Serge Mbikay indique que l’objectif général de cette étude est de connaitre l’accès foncier de l’activité agricole en zone périurbain de la ville de Kinshasa sur le Site Agricole de Tshuenge de la N’sele.

De manière spécifique, souligne-t-il, il s’agit en termes d’objectifs de connaitre la typologie des acteurs impliqués dans les activités de maraichage en milieu périurbain ; obtenir les informations sur le moyen que les paysans utilisent pour accéder à la terre ; identifier les problèmes fonciers qu’ils rencontrent  sur le terrain ; connaitre les contraintes liées aux activités de maraichage en milieu périurbain ; et enfin, évaluer la connaissance des paysans en milieu périurbain sur la Politique Nationale de Sécurité Foncière.

Situation du milieu d’étude

Le chercheur agronome démontre que le site agricole Tshuenge de la N’sele s’étale sur une superficie de 25 Km2, soit 2500 ha. Il  jouit, poursuit-il, d’un climat de type savane avec une saison sèche de 3 à 4 mois. Sur l’année, la température moyenne à Tshuenge est de 25,6°C et les précipitations sont en moyenne de 799,8 mm. « Les principales cultures maraîchères du site agricole Tshuenge de la zone périurbaine de Kinshasa comprennent des légumes feuilles, des légumes bulbes et racines ainsi que des légumes fruits », lit-on dans ce mémoire. « Les principaux légumes feuilles sont les amarantes (bitekuteku ou ndunda en lingala), les feuilles de patate douce (matembele), l’oseille de guinée (ngai-ngai), la morelle amère (bilolo) et la baselle (épinard) ; les ciboulettes constituent le principal légume bulbe tandis qu’on retrouve principalement les aubergines, les courgettes et le gombo parmi les légumes fruits les plus cultivés », renchérit-il. Il sied d’indiquer que ce Chercheur use essentiellement de la documentation, de l’observation et de l’enquête qualitative et quantitative, en termes des méthodes de travail.

Conclusion

S’agissant des résultats obtenus, le chercheur Serge Mbikay Mukuta martèle qu’il se dégage plus de 80% de ses enquêtés qui vivent de leurs activités maraichères, d’où ils tirent leur revenu. Et parmi le 80%  des enquêtés, fait-il savoir, « il sied de signaler que notre étude nous a donné le résultat de plus de 70% des hommes qui pratiquent l’agriculture comme leur activité principale, alors que les femmes qui pratiquent l’agriculture représentent un taux de pourcentage de 27,5 ». Cependant, insiste-t-il, la durée d’exploitation diffère d’un exploitant à un autre. Pour les uns, dit-il, une année et les autres, 25ans renouvelable pour les deux cas.

En ce qu’il y a des contraintes liées aux activités agricoles sur le site, « seul 47 % de nos enquêtés ont avoué rencontrer des difficultés dans l’exercice de leurs travaux. Ces difficultés sont notamment liées aux inondations périodiques, aux attaques des insectes ravageurs, le manque d’encadrement par des techniciens expérimentés et le cas échéant de vol », indique l’auteur.

Enfin, pour ce qui est de la connaissance sur la politique de la sécurisation foncière dans le site de Tshuenge, « la majorité de nos répondants, soit 77,5% n’ont jamais entendu  parler d’une politique de sécurisation foncière. Cependant, cet aspect peut être justifié par le fait que la majorité de nos sujets ont un  niveau d’instruction faible », conclut le désormais Ingénieur Agronome Serge Mbikay Mukuta.

Jacques Kitengie

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com