Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

RDC : Apolline Musengeshi invite Félix Tshisekedi à restructurer le corps diplomatique congolais

RDC : Apolline Musengeshi invite Félix Tshisekedi à restructurer le corps diplomatique congolais

This post has already been read 429 times!

Elle pose un diagnostic que d’aucuns qualifieraient de sévère de la diplomatie congolaise et du corps diplomatique congolais. Elle, c’est Mme Apolline Musengeshi Musau, Vice-présidente de la Convention des Démocrates Chrétiens, CDC, parti cher à Florentin Mokonda Bonza. Pour elle, il s’agit là d’un important pilier de gouvernance sur lequel le Président Félix Tshilombo Tshisekedi doit s’appuyer pour la réussite de son mandat. Franchement, il y a de bonnes raisons de croire à cet état des lieux sans complaisance dressé par cette Dame de fer. Car, ‘‘Je sais de quoi je parle, je suis un enfant grandi dans la maison et j’y ai exercé comme Secrétaire générale’’, dit-elle à La Prospérité.  L’essence même de la Diplomatie, renseigne-t-elle,  c’est de bouger, de traverser plusieurs pays comme un agent commercial pour la défense des intérêts de son pays, d’accumuler une expérience à transmettre aux jeunes diplomates et, enfin, de promouvoir un échange positif entre son pays et les autres pays partenaires. A en croire Mme Musengeshi, les personnes désignées à cet effet sont soumises à des règles de conduite codifiées, consignées dans des accords, des traités et des conventions diplomatiques qui, eux-mêmes, sont régis par la dure loi de la réciprocité. Et, le terme diplomatique de tout agent est de 4 à 6 ans maximum. Un Etat de droit doit passer par l’observance de cette stricte règle diplomatique. D’où, rappelle-t-elle le principe de rotation et de réciprocité. ‘‘A ce jour, que je sache, tous les ambassadeurs sont hors mandat et ne parlons pas des diplomates ; certains accusent 30 ans dans le même poste’’, affirme-t-elle, avant de marteler que, ‘‘de toutes les façons possibles et imaginables, notre diplomatie est DEFUNTE, elle est à rebâtir entièrement’’. Est-ce l’Accord-Politique FCC-CACH peut-il tenir dans ce domaine si spécifique ? A cette que question, Musengeshi Musau est restée catégorique : ‘‘l’Accord FCC-CACH s’écroule ici comme un château de cartes, sinon ça sera un enfer diplomatique. Tout diplomate sait qu’il est muté pour un terme précisé dans son ordre de mutation. Il alterne ce terme avec un retour à la centrale pour s’imprégner des réalités du pays et transmettre son expérience aux plus jeunes. Tout ambassadeur de carrière sait qu’il a un mandat au terme duquel il doit faire ses adieux. Il sera soit muté à un autre poste, soit rappelé à la centrale pour d’autres fonctions. Les ambassadeurs politiques, en acceptant leur mission, savent qu’ils ont été choisis par un régime politique en place au moment du choix. Dès que celui-ci change, ils doivent se préparer à faire leurs adieux et retourner à leur vie antérieure. Et, donc, rien, même pas l’Accord FCC-CACH, ne peut empêcher au Président Félix Tshisekedi Tshilombo de changer les ambassadeurs, ni même les diplomates hors mandat. ‘‘Que cette première fête de Pâques avec un nouveau leader soit une chance de résurrection pour notre Diplomatie’’, conclut-elle  dans l’interview qu’elle a bien voulu accorder à La Prospérité dont voici la substance.

La Prospérité : Etes-vous convaincue du changement réel en cette nouvelle ère de transhumance politique congolaise ?

Apolline Musengeshi : Pâques est un temps spécial pour un chrétien car, c’est le fondement de la foi. Le Christ mort sur la croix ressuscite dans nos vies à chaque célébration pascale. Mais, la situation socioéconomique n’incite pas à des joies excessives. Il est difficile d’être vraiment aux anges quand le changement tant attendu semble impavide devant les grondements populaires. Néanmoins, comme tout n’est que vanité de vanité, nous, croyants, savons que notre Seigneur, le Maître des circonstances et des lieux, agira. En effet, qui pouvait imaginer une passation de pouvoir sans bain de sang chez nous, au Soudan, en Algérie… ?

La Pros. : Croyez-vous en l’avenir de l’Accord FCC-CACH ?

A.M : Je suis optimiste, très optimiste. L’Accord FCC-CACH tant décrié va se désagréger de lui-même. Dans l’imagerie populaire, le changement à la tête de l’Etat est visible. Les enfants, en jouant, scandent aujourd’hui le nom du nouveau Chef de l’Etat, ‘’FATSHI‘’.

La Pros. : Venons-en à votre domaine de prédilection. Comment entrevoyez-vous la diplomatie congolaise à l’aune du changement intervenu à la tête du Congo-Kinshasa ?

A.M : S’agissant de la diplomatie, le Président de la République ne doit pas s’en faire car, ce domaine porte en lui les germes du changement. L’essence même de la Diplomatie c’est de bouger, de traverser plusieurs pays comme un agent commercial pour la défense des intérêts de son pays, d’accumuler une expérience à transmettre aux jeunes diplomates et, enfin, à promouvoir un échange positif entre son pays et les autres pays partenaires.

Les personnes désignées à cet effet sont soumises à des règles de conduite codifiées, consignées dans des accords, des traités et des conventions diplomatiques qui, eux-mêmes, sont régis par la dure loi de la réciprocité.

Le terme diplomatique de tout agent est de 4 à 6 ans maximum. Un Etat de droit doit passer par l’observance de cette stricte règle diplomatique.

La Pros. : L’Accord FCC-CACH peut-il tenir devant ce statuquo dans le domaine diplomatique ? 

A.M : A ce jour, que je sache, tous les ambassadeurs sont hors mandat et ne parlons pas des diplomates, certains accusent 30 ans dans le même poste.

De toutes les façons possibles et imaginables, notre diplomatie est DEFUNTE, elle est à rebâtir entièrement.

Sa mort a débuté avec les impaiements et non-transfert des frais de fonctionnement (de triste mémoire) décrétés par Feu Président Mobutu.

Elle s’est poursuivie avec la pérennisation du personnel diplomatique et autre dans le même poste sans moyens, ni de subsistance, ni de rapatriement. Cet état de chose les a conduits à la mendicité, à l’indigence et à l’indignité.

Cette mort s’est confirmée par l’envoi, pendant les 17 dernières années, d’une pléthore d’agents incompétents, mal outillés et sous-payés dans des postes déjà saturés.

Donc, le fameux accord ne tiendra pas dans le domaine diplomatique car, il faudra absolument : bouger – rappeler –  restructurer pour une meilleure gouvernance.

La Pros. : Qu’est-ce qui vous fait dire que l’Accord ne tiendra pas dans ce domaine spécifique?

A.M : L’Accord FCC-CACH s’écroule ici comme un château de cartes, sinon ça sera un enfer diplomatique. Tout diplomate sait qu’il est muté pour un terme précisé dans son ordre de mutation. Il alterne ce terme avec un retour à la centrale pour s’imprégner des réalités du pays et transmettre son expérience aux plus jeunes. Tout ambassadeur de carrière sait qu’il a un mandat au terme duquel il doit faire ses adieux. Il sera soit muté à un autre poste, soit rappelé à la centrale pour d’autres fonctions.

Les ambassadeurs politiques, en acceptant leur mission, savent qu’ils ont été choisis par un régime politique en place au moment du choix. Dès que celui-ci change, ils doivent se préparer à faire leurs adieux et retourner à leur vie antérieure. Mais, que voit-on aujourd’hui ? Les ambassadeurs politiques, plus nombreux que ceux de carrière, veulent tous devenir des fonctionnaires pour rester dans leur poste !

Les ambassades sont remplis d’amis, de frères et sœurs, des cousins et cousines, des copines… sans éthique professionnelle, ni compétence.

Nos ambassades ont perdu de leur superbe. Elles se sont transformées en officines d’immigration clandestine, au service de traque contre les nationaux vivants dans leur juridiction ; en centre d’opérations retour des fonds volés à l’Etat, en centre d’indigents…

La Pros. : Avez-vous des preuves de vos allégations ?

M.A : Je sais de quoi je parle, je suis un enfant grandi dans la maison et j’y ai exercé comme Secrétaire générale. Mes cris d’alarme ont été étouffés par une accusation sans fondements ni administratifs, ni juridique d’atteinte à la sureté intérieure et extérieure de l’Etat. Une suspension abusive et illégale de cinq ans, sans jugement, juste pour me faire taire, m’en éloigné et cassé ma carrière de plus de trente ans sans une action disciplinaire à ma charge. Pour couronnée le tout, une réhabilitation de façade intervient deux jours avant ma mise à la retraite. Nous sommes à Pâques. J’ai pardonné et oublié.

La Pros. : Pour vous Madame, le Président Félix Tshisekedi, s’il veut sauver la diplomatie congolaise et réussir son mandat, doit nécessairement réorganiser cette administration, en allant même au-delà de l’Accord FCC-CACH?

A.M : je rappelle que le titre d’AMBASSADEUR fait rêver d’une belle vie à l’étranger. Cruelle erreur monumentale. Depuis longtemps, les avantages et honneurs dus à cette noble fonction jadis sublimée par Feu Maréchal Mobutu, se sont dissous dans une marre d’impaiemment des salaires et loyers, ainsi que dans une multitude de dettes plus ou moins réelles contractées au nom de la République et qui devront, un jour, être honorées. Vous voyez que ce diagnostic parle de lui-même. Les choses doivent changer, l’accord FCC/CACH ici ne fonctionnera pas.

Parce qu’un ambassadeur est un haut fonctionnaire de carrière diplomatique ou un cadre émérite choisi et désigné par le Président de la République (effet de prince) pour représenter l’Etat congolais et défendre des intérêts du pays dans un pays partenaire.

S’il est extraordinaire, son mandat, bien précisé, peut être écourté lorsque sa mission lui confiée a été une réussite ou non.

S’il est dit plénipotentiaire, il peut dans certains cas engager l’Etat sans s’en référer à la hiérarchie (d’où la confiance avec le Chef de l’Etat). Et, au cas où il aurait les deux qualificatifs, c’est un homme d’influence du pouvoir en place. Alors, comment penser qu’on empêcherait au Président Félix Tshisekedi Tshilombo de changer les ambassadeurs, ni même les diplomates hors mandat ?

Les inepties que nous vivons actuellement ont tué, ou plutôt  ont assassiné tout un corps (oui le corps diplomatique) pilier de la gouvernance de ce pays.

Elles ont tué l’honneur et la dignité d’une administration qui devrait être le miroir de la Nation à l’Etranger.

La Pros. : Comment sommes-nous vu aujourd’hui dans les pays où la RDC est représentée ? Et quel est le déclic, synonyme de palliatif, pour revivifier notre Diplomatie ?

A.M : Je peux confirmer à Monsieur le Président, que les partenaires qu’il va désormais rencontrer souvent, lui feront part de leurs doléances et l’édifieront encore mieux, sur ce sujet, si en interne on lui cache des vérités.

Plusieurs diplomates ont des épouses réfugiées politiques pour pouvoir survivre et scolariser les enfants. D’autres entreprennent des activités contraires à leur statut diplomatique : commerce-chauffeur de taxi-tripatouilleur des documents officiels- certains sont même inscrits à l’aide sociale ou aux soupes populaires.

Beaucoup sont morts dans le dénuement total et abandonnés de tous dans les gares ou sous les ponts. Ils ont certainement été enterrés dans des fosses communes comme indigents.

Ce n’est pas un hasard si de partout dans le monde on s’arroge de droit de chasser nos compatriotes, de les tuer, sans vergogne alors que nous congolais sommes un peuple accueillant et pour preuve ; beaucoup de dirigeants africains dans plusieurs domaines ont étudié chez nous, ont vécu ici, ont été secouru dans leur révolution. Ce n’est pas un hasard si le passeport congolais, diplomatique ou ordinaire est vomi à toutes les frontières. C’est la preuve que nos représentants ne sont plus respectés, ni écoutés.

La Pros : Un mot de la fin ?

M.A : Que cette première fête de Pâques avec un nouveau leader soit une chance de résurrection pour notre Diplomatie.

Que notre Seigneur, le CHRIST, dans sa magnanimité, bénisse cet important pilier de gouvernance sur lequel le Président Félix TSHILOMBO TSHISEKEDI doit s’appuyer pour la réussite de son mandat.

La Pros.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com