Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

‘’Lire c’est mon droit‘’: les kinois sensibilisés sur la lecture

‘’Lire c’est mon droit‘’: les kinois sensibilisés sur la lecture

This post has already been read 218 times!

Le 23 mai, ce jour où le monde entier célèbre le livre et le droit d’auteur n’est pas passé inaperçu à Kinshasa, la Capitale de la RD. Congo. Cette année, le thème retenu a été : « lire c’est mon droit ». Des expositions notamment, à la place des évolués, des activités littéraires et des conférences ont décoré cette journée. L’occasion faisant le larron, le responsable de la bibliothèque du Centre Wallonie Bruxelles, M. Richard Ali Mutu en a profité pour sensibiliser surtout la jeunesse, à cultiver l’esprit de la lecture… « Dans le livre, il y a bien des choses à apprendre et l’on ne peut mieux se cultiver qu’en lisant », a-t-il conseillé à l’audience. Dans les rues de Kinshasa cependant, des points de vue divergent. Approchés par votre quotidien, nombreux sont ces jeunes qui avouent n’avoir pas appris les vertus de la lecture dès le bas âge.

«La jeunesse congolaise d’aujourd’hui est à plaindre. Les jeunes préfèrent se livrer à des futilités qu’à lire. S’il faut leur cacher des choses, on peut les mettre dans un livre, car ils ne le liront jamais », s’est indigné un instituteur du Lycée Bolingani. «Moi, je pense que tout est sur internet et que les livres ne servent presque plus à rien», dixit une lycéenne.

Vivianne, une finaliste de l’IFASIC, a, elle aussi, avoué qu’elle n’a fréquenté une bibliothèque que quand elle a commencé son travail de fin de cycle. Tant des personnes ont, également, montré leur désintéressement à la lecture. Pire, un jeune étudiant a soutenu abusivement que «lire, c’est la chose la plus ennuyeuse de ma vie, je préfère manipuler mon téléphone ». Chose qui étonne, c’est que même des personnes apparemment instruites se retrouvent dans le lot. Néanmoins, des exceptions ne manquent pas. C’est le cas de cette jeune dame, Francine Yangambi,  licenciée en sciences économiques à l’UPC qui dit : « la lecture est mon dada… c’est depuis le bas âge que j’ai appris à lire et c’est mon père qui m’apportait des bouquins. La lecture a bercé ma tendre enfance ».

Toutes ces affirmation démontrent que le Congo Démocratique et surtout la capitale Kinshasa a encore du chemin à faire, en ce qui concerne la lecture. Le niveau de l’enseignement aussi reste un indice qui mérite d’être pris en compte. Par ailleurs, la culture de la lecture n’est pas seulement une affaire de l’enseignement, mais aussi des parents, a énoncé un Prof d’école, qui a requis l’anonymat, qui soutient que : « les parents ont une grande responsabilité sur l’instruction de leurs enfants. Mais, il est malheureux de constater qu’aujourd’hui, la jeunesse se fie plus à ce qu’elle lit sur le net, plutôt que d’aller à la bibliothèque », a-t-il déploré. Le second support est pourtant moins cher et c’est le cas de la bibliothèque du Centre Wallonie Bruxelles, a nuancé Richard Ali Mutu, qui appelle tout le monde à fréquenter régulièrement cette bibliothèque où le prix d’accès est assez abordable.

Pour rappel, Grace Ngikye, Présidente de l’ACOFEPE avait organisé pas plus tard que le mois passé, avec ses différents partenaires, une dictée remise à  niveau avec les élèves de quelques écoles ciblées de la capitale. Bien qu’il y ait eu des élèves qui écrivaient sans faute,  les résultats globaux ont prouvé qu’il fallait encore marteler sur la lecture, car pour écrire, il faut beaucoup lire. Le n°1 de l’ACOFEPE  avait fait appel au gouvernement pour aider à rehausser le niveau d’enseignement. Tout compte fait, l’on se souviendra que cette journée a été aussi bien enjolivée par des activités de sensibilisation à la lecture. Il ne reste qu’au gouvernement de se rendre, réellement, compte du degré de dépression de l’enseignement et de la vétusté et la rareté des livres dans certaines bibliothèques scolaires pour voir dans quelle mesure palier petit à petit à ce problème grandissant.

Grâce Kabedi

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com