Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Requiem !

Requiem !

This post has already been read 191821 times!

Le Poète congolais sans pareil s’en est allé. Lutumba Simaro Ndomanueno, du moins, son corps sans vie séjourne, depuis hier dimanche 5 mai 2019, à la Nécropole entre terre et ciel où reposent en paix moult artistes congolais de renom que ce dernier a rejoint dans l’au-delà, Tabu-Ley, King Kester Emeneya, Papa Wemba alias vieux Bokul, Alain Moloto, Marie Misamu, dernièrement Me Liyolo Alfred  et Cie. Mystère insondable. La faucheuse sans foi, ni loi arrache sans fin à la nation les rarissimes bibliothèques qui lui restent. Ce, aussi bien dans l’arène politique, en commençant par les martyrs de l’indépendance de janvier 1959, jusqu’au héros Patrice Emery Lumumba, Joseph Kasa-Vubu, le maréchal Mobutu Sese Seko, Mzee Laurent- Désiré Kabila, et dernièrement Yerodia Abdoulaye Ndombasi, Antoine Gizenga,  pour ne pas citer le Sphinx de Limete, Feu Etienne Tshisekedi Wa Mulumba dont la dépouille mortelle n’est pas jusqu’ici inhumée, que dans le ciel culturel. Ces perles rares d’entre les filles et fils du Congo Kinshasa qui, sans faux fuyants, auront laissé leurs stigmates à vie, doivent certainement inspirer la postérité, en ce qu’il y a du rôle qu’il faille jouer chacun pour transformer l’image du géant Congo, du reste, ternie par des crises protéiformes à répétition. Dans cette perspective, Félix Tshisekedi dont la présence hier, aux obsèques de Feu Lutumba Simaro a été plus qu’une joie pour la famille éplorée et l’opinion nationale, a vraisemblablement du pain sur la planche, pour ne pas laisser très prochainement du vent au souverain primaire, à l’issue de son quinquennat, mais plutôt une  nation prospère à zéro mégestion, et dépourvue de corruption, injustice et insécurité sociale. Absolument, une dose efficiente en termes de prise de conscience, tant dans le chef des citoyens lambda que de la part de ceux qui possèdent les arcanes du pouvoir, vaut son pesant d’or. Les défis demeurent immenses certes, pour prétendre décoller aux prises d’une baguette magique, tel le bâton du prophète Moise autrefois, dans la sainte bible, lors de la traversée par les Israéliens de la mer rouge, mais tout compte fait, l’heure est à la rupture d’avec le sort sombre hérité des régimes politiques passés. Cette thèse, persuasive soit-elle, ne saurait produire des fruits aussi longtemps que l’institution Présidence de la République est jusqu’ici la seule qui se tort le cou pour traiter tous les problèmes du pays, voire ceux relatifs aux chiens écrasés. D’où, présentement au sommet de l’Etat congolais, la nécessité de mettre en place un gouvernement des défis, se pose et s’impose. Question de permettre à chaque institution légalement établie de s’assumer, au regard de grands maux qui laissent infiniment se renverser le bateau du développement du territoire national. Ne dit-on pas que « fais-moi une bonne politique, je te ferai une excellente économie » ? Que triomphe, pour ce faire, l’altruisme dans toute politique publique, cfr le credo ‘’le peuple d’abord’’ devenu cri de ralliement de tous les congolais, au-delà des intérêts partisans, comme triomphe la mort sur tout ce qui respire.

La Pros.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com