Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Château de sable…

This post has already been read 10814 times!

Selon la plupart d’intellectuels et analystes, la véritable politique réside dans les ‘’non-dits’’ plutôt que dans les ‘’dits’’. Pourtant, la RD. Congo se révèle comme un Etat où les discussions censées demeurer confidentielles, mieux ésotériques, retrouvent largement leurs échos dans un terrain exotérique, c’est-à-dire, auprès des journalistes, en passant dans les ‘’parlements-débout’’ jusqu’aux tympans des congolais lambdas. De ce simple point de vue, au-delà de la résonance du ‘’deal’’ Kabila-Tshisekedi alors qu’il aurait été signé sous mains, les firmaments de l’impasse qui se tramerait au sein de la coalition Lamuka attesterait la thèse susmentionnée. Voilà, bien que muée officiellement en plateforme politique, depuis le 27 avril dernier à Bruxelles, le rassemblement de six leaders politiques congolais dont Bemba, Fayulu, Katumbi, Matungulu, Mbusa et Muzito n’aurait pas su cacher ses démons internes. En effet, à moins d’un mois seulement alors qu’ils paraissaient en osmose du point de vue idéologique, ces figures de proue de Lamuka voguent déjà en contradiction, s’il faudrait véritablement se référer à leurs dernières sorties médiatiques. Quoique Martin Fayulu, celui qui était leur candidat à la présidentielle du 30 décembre 2018, stigmatise et conteste la légitimité de Félix Tshisekedi, tout en appelant à sa démission, Moïse Katumbi, l’autre leader, navigue à contre-courant. Ce dernier, s’exprimant le lundi 6 mai dernier, depuis l’Europe où il était forcé à l’exil, il y a trois ans déjà, a non seulement annoncé son retour au pays pour le 20 mai prochain mais par-dessus tout, il estime qu’il faille avancer et mener une ‘’opposition républicaine’’ d’autant que Tshisekedi Tshilombo, qui fut autrefois compagnon de lutte, avant le revirement de Genève, ait été proclamé par la Cour Constitutionnelle. Laquelle juridiction siège en dernier ressort. Ces propos contradictoires, de nature « Fayulu vs Katumbi », révèlent vraisemblablement les brèches antagoniques qui régentaient la nouvelle convention de Waterloo portant mutation de Lamuka en coalition politique. Voilà pourquoi, d’aucuns s’interrogent d’ores et déjà sur la santé de cette plateforme ainsi rénovée. Lamuka serait donc un château de sable construit en Espagne ? C’est-à-dire, qu’il peut s’écrouler à la force du vent, tels les alizés qui frappent fort dans ce côté du globe. Juste une interrogation. Wait and see.

La Pros.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com