Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

[Recensement Général des Entreprises] INS : Autorités urbaines, responsables des confessions religieuses et le patronat sensibilisés

[Recensement Général des Entreprises] INS : Autorités urbaines, responsables des confessions religieuses et le patronat sensibilisés

This post has already been read 379 times!

La sensibilisation sur le Recensement Général des Entreprises, RGE en sigle, qui a été organisée pendant deux jours au Centre Inter Diocésain de Kinshasa-Gombe a pris fin vendredi 9 mai 2019. Le dernier jour a concerné essentiellement les responsables des confessions religieuses et du patronat de la ville de Kinshasa. Il était question, comme au premier jour, d’expliquer aux nouveaux participants à la conférence, le but et les objectifs du RGE. Ce recensement qui interviendra, d’ici peu, sur toute l’étendue du pays sera le deuxième après 37 ans. Le Recensement Général des Entreprises permet d’actualiser les informations chiffrées sur le tissu économique de la République Démocratique du Congo.

Le Directeur Général de l’Institut National des Statistiques, M. Roger Shulungu a indiqué que cette activité de collecte des données statistiques consiste en la recherche fiable des données sur les unités économiques œuvrant au Congo-Kinshasa dans les domaines formel et informel. L’occasion était pour lui d’adresser, en effet, le message aux Autorités des confessions religieuses et du patronat  quant à la sensibilisation de la population de par leur contact avec plusieurs couches, au sujet du RGE. Aux responsables des confessions religieuses et du patronat, le message était clair. Dans son mot, le Directeur Technique du RGE, Félix Paka a sollicité de ces personnalités l’accompagnement, l’adhésion et surtout l’appropriation de cette opération. Car, dit-il, un pays ne peut vivre sans statistique. Etant donné la laïcité de la RDC, toutes les confessions sont donc concernées. Les chefs des églises et des patronats ont, au sein de leurs organisations, plusieurs personnes œuvrant dans le secteur formel et informel de l’économie, a précisé M. Félix Paka. De ce fait, ils peuvent aider à la sensibilisation de plusieurs personnes en même temps, ce qui faciliterait la tâche aux responsables du RGE.  C’est pourquoi, l’INS sollicite leur implication pour la réussite de cette opération.

Comeback sur le premier jour

Il est important de rappeler que le premier jour, le  jeudi 8 mai 2019, il  était question de sensibiliser les autorités urbaines et locales, gestionnaires de la population et de la  police nationale sur les modalités de la sécurisation des enquêteurs et la surveillance du processus jusqu’à son terme. Ainsi, autorités urbaines, en l’occurrence les bourgmestres, les chefs des quartiers, les chefs des rues, les responsables des espaces publics ont été sensibilisés sur le recensement Général des Entreprise du pays. C’était en présence du Ministre provincial en charge du Plan, du Ministre provincial de la population, décentralisation et sécurité, du Directeur Général de l’INS, M. Roger Shulungu Runika, et du Directeur technique de recensement Général des Entreprises, M. Félix Paka Ebun’Be. Il était question de faire part aux autorités urbaines, gestionnaires des populations, de la quintessence du RGE afin que ces derniers s’imprègnent de ce programme et facilitent les enquêteurs qui travailleront incessamment sur terrain. A tout prendre, il s’agit d’un programme conçu pour couvrir toute l’étendue de la RD. Congo, sous le message principal : « faire connaître son unité de production, c’est participer au progrès de la nation». Il sied de noter que les concernés dans cette affaire de RGE sont toutes les Entreprises/Etablissements/Unités économiques ayant un local fixe (mur en matériaux durable, un toit et une porte), et exerçant une activité économique sur le territoire national. Il est aussi indiqué que les établissements de fabrication et de vente des briques, les vulcanisateurs appelés communément quado, les menuisiers, et consorts, ajoutés dans le même ordre d’idée les Organisations non gouvernementales, les organisations d’enseignement privé, confessionnelles (conventionnées), etc. sont également pris en compte.

Une opération sans frais

Il en ressort de ce fait, que le RGE permettrait de répondre aux nombreuses interrogations, en l’occurrence combien d’entreprises y a-t-il en RDC, combien y en a dans chaque province, qui sont les Chefs d’Entreprises, comment sont réparties les entreprises par branche d’activités, etc. Prenant la parole le premier jour, le représentant du Gouverneur de la ville, M. Emmanuel Akweti  s’est dit honoré car, dit-il, cela fait des décennies qu’une telle activité se réalise. Pour lui, « il est important pour la ville de Kinshasa, que tous les opérateurs économiques s’imprègnent gracieusement de ce service qui développera le secteur économique de notre pays », a-t-il épilogué devant l’auditoire. Quant au DG de l’INS, M. Roger Shulungu, son message est directement adressé à la population. « Ceci est une occasion pour moi de m’adresser à la population pour informer les enquêtés que c’est une opération qui ne revêt pas un caractère pécuniaire… donc ça ne demande aucun sous en contre partie des informations renseignées. Et de souligner que cette opération a pour but  d’actualiser les répertoires des unités économiques œuvrant au Congo, parce que les données actuelles sont obsolètes et datent du premier Recensement Général des Entreprises qui remonte de 1982.

La première journée a été clôturée par un échange entre les autorités urbaines et les panelistes sur les modalités des opérations.   

Dispositions pratiques

Indiquant comment l’opération se fera sur terrain, Félix Paka a renseigné que les enquêteurs seront, cependant, vêtus en t-shirt et képi portant le logo RGE. Au cas contraire, il est recommandé aux enquêtés de saisir d’urgence la police, car cette enquête se veut lucide. Pour conclure, le représentant du Gouverneur de la vile de Kinshasa, a salué cette initiative du gouvernement, telle que financée par la Banque Mondiale et a, par la même occasion, appelé tous les responsables de sécurité de la ville à se mobiliser pour sécuriser la population quand interviendra ces enquêtes et de veiller de telle sorte que la gratuité soit respectée pour éviter de freiner le processus du RGE. Plus ou moins 4000 agents recenseurs ont été recrutés pour cette opération. Ils seront suivis par 607 chefs d’équipes et 83 superviseurs.

37 ans après…

A en croire les organisateurs de ces assises, le tout dernier recensement des Entreprises remonte à 1982.  Et, ce recensement, souligne-t-on, ne concernait que le secteur productif des biens, à savoir : les secteurs agricoles, miniers et manufacturiers. 37 ans après, sans recensement, il est plus que normal que plusieurs unités de production aient vu le jour, et que d’autres aient même disparu à cause des pillages, des faillites ou d’autres évènements qui sont intervenus au fil des années. C’est pourquoi, le gouvernement, soucieux du développement économique du pays, s’est engagé dans cette opération.  

La Pros.