Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

La Banque Mondiale juge satisfaisants les résultats atteints par le projet Profit-Congo grâce au COREF

La Banque Mondiale juge satisfaisants les résultats atteints par le projet Profit-Congo grâce au COREF

This post has already been read 278 times!

Il est intervenu, samedi 11 mai 2019, la clôture de la mission de supervision du Projet de renforcement de la redevabilité et de la gestion des finances publiques (Profit-Congo) par la Banque Mondiale. Durant près d’une semaine, les experts et partenaires techniques et financiers ont évalué les différentes réalisations dudit projet qui s’achève en 2021. Les résultats ont été jugés satisfaisants et cela a été possible grâce à l’appui technique du Coref qui est aujourd’hui en Afrique l’une des structures de référence en matière de coordination des réformes des finances publiques. Inscrits dans l’optique de pérenniser les acquis de cette œuvre, ‘’nous sommes satisfaits au stade actuel de la mise en œuvre du projet et nous pensons qu’avec l’appui du prochain gouvernement, les partenaires techniques et financiers, le Coref, le projet pourra avoir des résultats plus probants dans l’avenir‘’, a déclaré SaidouDiop, Chargé du projet Profit-Congo/Banque mondiale.

Les résultats ont été atteints. Aujourd’hui, le Profit-Congo est une marque déposée, poursuit-il.

Le projet Profit-Congo vise à améliorer la gestion des finances publiques et la redevabilité en RDC. Il est appuyé par la Banque Mondiale, la coopération britannique et le royaume de belgique. ‘’La conclusion à laquelle nous sommes arrivés est que la revue a été concluante. Et, c’est ici l’occasion de saluer la collaboration de tous les partenaires (…) qui ont cru en ce projet Profit-Congo, aujourd’hui qui essaye d’atteindre les résultats en dépit du contexte difficile‘’, a laissé entendre Godefroid MisengaMilabyo, le Coordonnateur du COREF. ‘’C’est pour dire que nous souhaiterions que cette collaboration se poursuive parce que nous considérons que là où nous sommes, ce n’est qu’une étape et nous devons continuer sur cette bonne voie afin de fournir à la population le nécessaire‘’, a-t-il poursuivi.

En fait, les finances publiques devraient être un instrument qui doit promouvoir la croissance économique et lutter contre la pauvreté. ‘’Dans la mise en œuvre de ce projet, nous sommes en train d’asseoir les bonnes bases pour renforcer la gouvernance à la fois budgétaire mais aussi accroître les capacités de mobilisation des recettes‘’.

Pour le chef de projet, la revue s’est terminée sur une note satisfaisante dans la mesure où il a été noté des progrès importants réalisés par le projet Profit-Congo en République Démocratique du Congo. On peut citer notamment, le renforcement des capacités budgétaires dans les ministères sectoriels à travers la mise en place des directions administratives et financières. ‘’Aujourd’hui, nous avons 11 directions administratives et financières installées et véritablement opérationnelles, qui prennent en charge les questions budgétaires de leurs ministères‘’, a-t-il signifié. Bien entendu, il faudra étendre la mise en place de ces structures au niveau de toute l’administration, et cela fait partie des défis à relever.

Grandes réalisations

Il a également été noté la participation citoyenne. La RDC se situe aujourd’hui en première ligne en Afrique en ce qui concerne le volet participation citoyenne, quand on regarde l’indice IBP qui mesure la performance en matière de participation citoyenne. D’autant plus qu’avec l’appui du projet Profit-Congo, aujourd’hui la société civile participe à l’ensemble du processus budgétaire, de la phase de préparation du budget, depuis les séminaires d’orientation budgétaire et même dans les débats au niveau du Parlement. ‘’Je pense que c’est un acquis important en matière de participation citoyenne au processus budgétaire qu’il faudra consolider‘’, avance SaidouDiop.

Il y a une autre phase qu’il faut indiquer, c’est la participation de la société civile au suivi de l’exécution budgétaire grâce au Profit-Congo. Le projet a également appuyé l’ensemble des corps de contrôle. La Cour des comptes, l’Inspection générale des finances et même les commissions Ecofin du Parlement ont bénéficié de l’appui du projet pour les renforcer en capacités techniques et matérielles nécessaires pour mieux accomplir leur mission de contrôle. ‘’Et donc là également nous sommes très satisfaits de ces réalisations‘’.

Le projet a également implémenté le Budget participatif, surtout au niveau des entités territoriales décentralisées aussi bien à Kinshasa que dans certaines provinces. Cette initiative permet aux citoyens congolais de participer activement au choix des investissements locaux prioritaires dans ces entités. Mais également, ils ont l’occasion de rendre redevables leurs autorités locales à travers les tribunes d’expressions populaires. ‘’C’est un aspect très important de l’appui du projet Profit-Congo que nous avons relevé ‘’.

Le projet Profit-Congo n’intervient pas simplement au niveau central. ‘’Nous appuyons 20 provinces sur les 26 et à ce niveau, nous avons appuyé les régies provinciales des recettes. Après le découpage de 2015, certaines provinces se sont retrouvées sans véritables capacités nécessaires pour pouvoir mobiliser les ressources propres‘’, témoigne le chef de projet. Et, le projet Profit-Congo, à travers ses appuis, a aidé ces provinces à doubler pour certaines leurs recettes propres qui leur ont permis de financer des investissements prioritaires sur les ressources propres. ‘’Je pense que c’est un appui qui va également continuer dans les mois à venir dans le cadre de notre intervention‘’, a-t-il insisté.

Pérennisation des acquis

Toutefois, le défi le plus important de la RDC c’est que le niveau de recouvrement qui est largement en deçà du potentiel fiscal. ‘’Nous avons commencé avec les provinces, nous allons poursuivre et il y a aussi des besoins qui se présentent au niveau national (…) ‘’, précise Godefroid Misenga, Coordonnateur du COREF. En principe, les bailleurs devraient continuer sur la même lancée, accompagner le gouvernement à améliorer le comportement des indicateurs pertinents de gestion des finances publiques.

Actuellement, le projet Profit-Congo a déjà un nouveau représentant au niveau de la Banque mondiale qui viendra succéder à SaidouDiop. Il s’agit de Mamadou Deme qui était également présent lors de la présente mission. ‘’Je suis très heureux d’être dans ce beau pays pour faire face à un défi : continuer à bien faire comme mon prédécesseur, SaidouDiop qui a été véritablement plébiscité par la partie congolaise pour le travail remarquable qu’il a accompli avec Profit-Congo‘’, a-t-il déclaré.

Il estime que le Congo a peut-être 3 ou 4 défis en matière de gestion des finances publiques qui sont très importants, pour lesquels il faut continuer à travailler.

Perspectives d’avenir

Il est premièrement question de la mobilisation des recettes. ‘’Le Congo a moins de 6 milliards de dollars pour 80 millions d’habitants. C’est un niveau très faible pour pouvoir faire face aux défis du développement. On doit beaucoup travailler pour faire en sorte que le budget, les ressources disponibles augmentent de façon exponentielle parce que le potentiel est là‘’, souligne-t-il.

Ensuite, il faut faire en sorte que les ministères puissent recevoir les allocations budgétaires. Ce qu’on appelle techniquement «la crédibilité du budget ». Aujourd’hui, le niveau d’exécution du budget pour les ministères sectoriels est trop faible pour pouvoir faire face aux défis de la santé, de l’éducation, du transport, …

Le troisième défi est de pouvoir mettre en place une comptabilité beaucoup plus complète qui permet d’avoir toutes les informations financières et de pouvoir faire aussi le « reporting». ‘’Que les pouvoirs publics puissent avoir toutes les informations pour dire voilà comment on a exécuté le budget que le peuple nous a confié‘’.

Le dernier élément, c’est de pouvoir, avec toutes ces ressources, avoir un système de contrôle qui fonctionne correctement. Aujourd’hui, il y a des avancées avec la Cour des comptes. ‘’Je pense que là aussi il y a des défis qui nous attendent pour pouvoir rendre responsable et plus transparente, la gestion des finances publiques‘’.

Pour le reste, il est important que les partenaires techniques et financiers et le gouvernement qui sera mis en place réfléchissent sur comment pérenniser les acquis de Profit-Congo au niveau de la RDC.

La Pros.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com