Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Développement et reconstruction :Avec 800 milliards de dollars, Noël Tshiani vise un Congo plus industrialisé !

Développement et reconstruction :Avec 800 milliards de dollars, Noël Tshiani vise un Congo plus industrialisé !

This post has already been read 237 times!

L’Université pédagogique nationale de Kinshasa (UPN) a servi de cadre, le 14 mai 2019, à une conférence-débat avec l’acteur politique congolais Noël Tshiani Muadiamvita. Au cœur de la rencontre avec le grand public, ce candidat à la dernière élection présidentielle en RDC a présenté son projet de société dénommé «Plan Marshall pour le développement et la reconstruction de la République Démocratique du Congo». Il estime, de ce fait, qu’il est possible de faire du Congo-Kinshasa un pays développé et industrialisé parmi les grandes nations du monde.

Il reste convaincu, cependant, qu’avec son programme qui se résume dans le Plan Marshall, la République Démocratique du Congo peut facilement mobiliser plus de 800 milliards de dollars américains pour s’industrialiser dans un délai de 15 ans maximum.

Pour Noël Tshiani, il est fort possible que chaque année, le pouvoir exécutif mobilise 17 milliards de dollars pour parvenir à résoudre  et répondre à ce projet. Il a également signifié aux futurs  cadres et élites du pays que son Plan Marshall se définit en 15 étapes, et tient compte de chaque secteur vital de la nation.

La paix et la sécurité est le fondement de son projet pour le développement intégral de la RDC. Il s’engage aussi pour la construction des écoles et infrastructures routières.

Comment procède-t-on à la mobilisation de fonds pour arriver à exécuter ce plan dans un pays où le budget national n’a jamais dépassé même 10 milliards USD/An ?, a questionné un étudiant de l’UPN.

A en croire Noël Tshiani, au-delà des recettes internes que régénèrent le pays grâce aux matières premières ou autres ressources, le Gouvernement peut aussi recourir aux aides financières étrangères pour répondre efficacement à ce plan de développement.

Rappelons que cette conférence-débat a connu la présence des corps académique et scientifique de l’Université Pédagogique Nationale et autres invités du secteur économique.

Gemima N’djoku