Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Entre deux !

This post has already been read 8700 times!

Une étape importante dans la mandature de Félix Tshisekedi vient d’être dépassée. Près de quatre mois après son investiture en tant que Chef de l’Etat, il a finalement nommé un nouveau Premier ministre. Il n’est peut-être pas totalement à son goût, mais s’il fait tant soit peu l’équilibre entre son prédécesseur et lui, dans un esprit de développement social, ce sera véritablement un ticket gagnant pour le fils d’Etienne, l’autre Tshisekedi.

Sylvestre Ilunga Ilunkamba, désormais ancien Directeur Général de la Société nationale des chemins de fer du Congo (SNCC), considère déjà sa nomination comme une lourde responsabilité en ce moment crucial de l’histoire de notre pays. Du moins, c’est ce qu’il a laissé entendre brièvement dans les minutes qui ont suivi la signature de l’ordonnance présidentielle faisant de lui le nouveau Chef du Gouvernement. Il s’engage, oui il l’a dit, à mobiliser toutes ses capacités pour pouvoir faire fonctionner de façon harmonieuse la coalition au niveau du gouvernement. Et, c’est justement là où le bât blesse, la coalition…

Cet «oiseau rare» dont les réalités de la nomination triturent encore les méninges de plus d’un, aura les difficiles missions d’être à l’écoute des camps pour lesquels il constitue la parfaite intersection. Mais également de demeurer le long de son passage à la Primature, un élément de synthèse entre ceux qui ont «pacifiquement» accepté de céder le pouvoir mais qui n’acquiesceront aucun acte d’humiliation et ceux qui viennent de s’asseoir pour la première fois après 38 ans de lutte infatigable dans l’esprit d’imposer un nouvel agir.

Sylvestre Ilunga atterri donc au cœur de la situation, sous les yeux lassés d’un peuple  en quête de changement, pour véritablement mettre en place une politique de développement dans le vrai sens du terme.

Si la primature revenait de droit au Front commun pour le Congo (FCC) de Joseph Kabila, majoritaire au Parlement, aucune des personnalités précédemment proposées par Joseph Kabila n’avait été acceptée par Félix Tshisekedi. Mais, pourquoi lui ?

Toutefois, il devra maintenant constituer son gouvernement dont, semble-t-il, les consultations sont déjà en cours. C’est un vieux routier de la politique depuis plus de 40 années. Il était Directeur de cabinet du Ministre du Plan, de la Coopération et des Relations Internationales au Rectorat de l’Université Nationale du Zaïre, mais aussi Secrétaire d’état à l’Economie, Industrie et Commerce Extérieur de 1981 à 1983. Il était aussi Ministre des Finances en 1990 et revient aux affaires en 2003, comme Secrétaire Exécutif du COPIREP, fonction qu’il assumera jusqu’en 2014 à sa nomination à la tête de la SNCC.

La Pros.