Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Kinshasa : Richie Lontulungu fustige la démolition des étalages, terrasses et gargotes le long des artères

Kinshasa : Richie Lontulungu fustige la démolition des étalages, terrasses et gargotes le long des artères

This post has already been read 248 times!

Acteur de la société civile, Richie Lontulungu n’est pas resté indifférent quant à la démolition des étalages, terrasses et gargotes le long des artères de la Ville-province de Kinshasa tel qu’initié par le Gouverneur de la ville-province de Kinshasa, Gentiny Ngobila, à travers son projet ‘’KIN BOPETO’’.  Pour Richie, ces gens ne doivent pas être chassés aussi longtemps que l’Etat ne met pas à leur disposition une solution alternative. Ces petits commerces qu’ils exercent soutiennent des familles entières. Et, d’ajouter que l’Etat doit plutôt construire des marchés capables de les contenir tous.

‘’Ce que j’ai constaté, l’Etat congolais n’a pas des moyens pour ce faire et, face à l’incapacité de répondre à un devoir, il joue la part du casseur pour voiler sa face. Si tel en est le cas, pourquoi ne pas libéraliser ce secteur du marché ? Permettre aux privés de construire des marchés modernes et d’en percevoir des droits dessus en termes de frais sur chaque opérateur ? Il pourra s’agir du même montant que l’Etat perçoit auprès des opérateurs dans ses quelques marchés dont il est propriétaire. Une décision dans le sens de casser des tables des vendeurs est non seulement illégale, mais encore, quelle est fragile parce qu’ils y reviendront‘’, martèle-il.

Dans sa casquette d’un homme près de la société, Richie Lontulungu souligne parallèlement que la voie de sortie sera d’initier une pétition communément signée par des responsables des organisations de la société civile afin de l’orienter vers le Gouverneur de la ville de Kinshasa. Il a, néanmoins, démontré qu’à travers des telles pratiques, l’Etat n’est pas créateur d’emplois. Il en a plus les moyens. D’où, suggère-t-il une mise en place au niveau de l’Etat des projets générateurs d’emplois viables qui prendront plus au moins trois ans si et seulement si, l’on y met du sérieux. Mais, en attendant, c’est l’informel qui garantit la survie des congolais.
Au-delà du manque d’une bonne politique d’emploi, Richie Lontulungu constate une mauvaise pratique lorsque la RDC veut recevoir ses hôtes.

‘’Pourquoi c’est dans mon pays où lorsqu’on apprend la visite des personnalités étrangères telle que la Présidente de l’Ethiopie, l’on se met à chasser des vendeurs ambulants, à casser les tables des mamans qui bordent les routes avec violence et vol, et tout ça, voyez-vous, dans le but de masquer cette facette peu agréable du pays ? Et, après le départ des délégations, l’Etat ne fournis aucun effort pour abriter ces gens qui finissent par rentrer sur la route. Bien, l’Etat Congolais, comme toujours, peut  bien se vanter d’être parvenu à peindre ses murs, et que ses hôtes soient répartis avec l’image de Kinshasa la belle, mais ce sont des familles entières qui en paie le prix chaque fois’’ s’exclame-t-il. Implicitement, c’est dire l’Etat congolais est  prédateur de ses propres filles et fils.

Cependant, il souligne, sans ambages, qu’il faut résoudre des problèmes durablement et non les esquiver ou les feindre.

Jules Ntambwe