Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Sénat : l’espace Kongo réclame !

Sénat : l’espace Kongo réclame !

This post has already been read 212 times!

En raison de l’équilibre géopolitique dans la gestion de la res publica, plusieurs voix parmi les filles et fils de l’espace Grand Léopoldville, n’ont de cesse de se lever  pour réclamer la tête d’une institution au sommet de l’Etat. Conscients que la Présidence de la République est, à ce jour, coiffée par un digne fils de l’espace Luba, l’Assemblée Nationale et la Primature, par les espaces Bangala et Swahili, nombreux sont ces Notables Kongo qui revendiquent, quant à eux, la tête du Sénat. A les en croire, la RD. Congo comprend heureusement quatre langues nationales dont plusieurs Notables et leaders incarnent le consensus, à Kinshasa et à la base. De ce fait, estiment-ils, il est de bon aloi que la Chambre Haute du Sénat soit chapeauté par une des Intelligences, du FCC soit-elle, mais fils Kongo. 

Cohésion nationale oblige

A cette heure de la réconciliation nationale, loin de se voiler la face, chaque peuple voudrait participer activement à la gestion du pays. De la Présidence de la République, en passant par les deux Chambres du Parlement congolais jusqu’à la Primature et tant d’autres structures publiques, l’équilibre géopolitique vaut son pesant d’or, et ce, au-delà de considérations politiques. La frustration d’un peuple, entendu comme l’ensemble des compatriotes s’identifiant au travers une des quatre langues nationales du pays, relèverait d’une contradiction quant au vœu sacrosaint de tous, celui relatif à la cohésion nationale. C’est partant de ce postulat que bon nombre des fils et filles de l’espace Grand Léopoldville, unis par la langue nationale Kikongo,  réclament la concession du Sénat à un des leurs Notables.  Ils soulignent, pour ce faire, qu’il y a des leaders parmi eux qui font preuve de grandes capacités managériales et morales pour porter les couleurs du FCC, mais aussi incarner les aspirations de leurs frères et sœurs, au sommet de l’Etat. Et d’argumenter à haute et intelligible voix qu’ayant frôlé la Présidence de la République, à l’issue du scrutin présidentiel  de décembre 2018, et cette fois-ci l’Assemblée Nationale et la Primature, géopolitique oblige, qu’il plaise aux Autorités Morales du CACH et FCC, en l’occurrence Félix Tshisekedi et Joseph Kabila, de convaincre leurs troupes, de telle sorte que tous les esprits éclairés acceptent de concéder la tête du bureau du Sénat à l’espace Kongo de l’Ex Grand-Léopoldville. N’en déplaise aux politiques dont la boulimie du pouvoir précède la raison et le vivre-ensemble.

Jacques Kitengie