Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

La fistule obstétricale est une violation des droits humains, finissons-en maintenant, tranche l’UNFPA

La fistule obstétricale est une violation des droits humains, finissons-en maintenant, tranche l’UNFPA

This post has already been read 567 times!

A l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination des fistules obstétricales célébrée le 23 mai de chaque année, le Ministère de la Santé publique, celui du genre, enfant et famille, l’UNFPA et d’autres partenaires ont festoyé avec les femmes qui  souffrent ou qui ont été guéries de cette maladie. C’était à L’hôpital Biamba Marie Mutombo, dans la Commune de Masina.

Sous le parrainage de la Première Dame, Denise Nyakeru, cette importante journée a connu la participation de plusieurs officiels dont le représentant des agences du système des Nations Unies.

L’administrateur délégué de l’Hôpital a remercié les organisateurs pour le choix de leur établissement médical mais aussi de leur site, au nom du Président du Conseil d’administration, Kevin Mutombo. ‘’L’Hôpital Biamba Marie Mutombo continuera de persévérer dans sa lutte contre la fistule obstétricale qu’il a commencée depuis sa création en 2007‘’, a-t-il témoigné.

Le représentant du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) le Dr Sennen Hounton, représenté par Victor Rakoto, a rappelé que l’Assemblée Générale des Nations Unies qui s’était tenu le 5 mai 2013,  avait décidé de proclamer le 23 mai comme étant la Journée internationale pour l’élimination de la fistule obstétricale afin d’intensifier les mesures et efforts visant à éradiquer ce fléau. «La fistule obstétricale est une violation des droits humains, finissons-en maintenant», est le thème choisi pour cette année.

Cette maladie provoque la mortalité maternelle après un travail difficile et prolongé lors de l’accouchement, en l’absence de soins obstétricaux adéquats. Et celles qui le présentent, souffrent  d’une incontinence urinaire ou fécale permanente, ressentent de la honte et font l’objet d’une discrimination sociale due non seulement aux odeurs des urines mais aussi à de fausses croyances comme l’infidélité.

En mode éradication

C’est ainsi que l’UNFPA et d’autres partenaires au développement ont décidé en 2003, de lancer la campagne mondiale pour éliminer la fistule obstétricale. On estime environ 5000 à 7000 nouveaux cas chaque année. Dans les 26 provinces du pays, 8 ont été appuyées pour avoir des moyens de traiter des femmes et cela a conduit 900 femmes à la guérison en 2018. Cette année, 9 provinces seront appuyées et les 9 autres en 2020.

Cette opération se passe à Kinshasa, à l’Hôpital Saint Joseph, la Clinique Universitaire ainsi que l’Hôpital Biamba Marie Mutombo.

En tant que citoyens désirant un monde meilleur, ‘’prenons la décision aujourd’hui  de faire de ce monde un endroit où la fistule obstétricale serait complètement éradiquée‘’, souligne l’UNFPA par le biais de son représentant qui a remercié les pays donateurs comme la Suède, le Canada, l’Italie, la Tunisie et d’autres partenaires. Mais aussi réitéré son engagement pour améliorer la couverture sanitaire en matière de santé de la reproduction en général, et pour éradiquer la fistule obstétricale en particulier.

Les sages-femmes de la troupe théâtrale santé plus de l’hôpital de N’djili ont présenté une saynète pour sensibiliser les femmes à respecter leurs rendez-vous chez le médecin pendant leur période de grossesse, afin d’éviter la fistule obstétricale lors de l’accouchement.

La Ministre du Genre, Enfant et Famille, Chantal Safou,  a fait savoir que cette journée est en sa 7ème édition. Cette maladie touche 2 millions de femmes en Afrique et en Asie et 5 à 7 mille femmes soufrent en silence chaque année. Elle a, cependant, remercié l’UNFPA pour son soutien afin de ne laisser personne sans aide. ‘’La contribution de tous est attendue pour éradiquer cette maladie‘’, a-t-elle martelé avant de remettre des prix de dignité aux patientes de l’hôpital Biamba Marie Mutombo dans leur chambre en espérant leur redonner ce sourire perdu.

La Pros.