Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Pluie de paradoxes !

Pluie de paradoxes !

This post has already been read 108976 times!

Ceux qui incarnent le pouvoir du souverain primaire en RD. Congo se montrent parfois prêts à hypothéquer l’intérêt supérieur, pourvu que leurs ventres ne soient nullement sacrifiés. Soyez ici interpellés. Ne se meurt-elle pas, la mère patrie de Patrice- Emery Lumumba, Mzee Laurent- Désiré Kabila et Tshisekedi Wa Mulumba Etienne dont le corps sans vie, depuis deux ans et quatre mois, sera rapatrié à Kinshasa ce jeudi 30 mai pour inhumation le samedi 1er juin 2019 à N’sele? Où loge la conscience de ceux qui profanent le peuple congolais afin de se tirer d’affaire du pouvoir, malencontreusement pour l’exercer au détriment de ce dernier ? Auteurs et complices de crises protéiformes interminables, jusqu’où iraient les querelles baroques dont nul acteur politique, dans l’opposition comme dans la mouvance présidentielle, n’assume guère la moindre responsabilité ? Mille et une questions sous-jacentes sont ici posées, singulièrement aux sociétaires de la coalition FCC-CACH, qui gouvernent présentement le pays à tâtons. Ce, loin d’appuyer à tort ou à raison que l’opposition et la société civile hors pouvoir seraient animées par les anges. Feu Mzee n’avait de cesse de mettre en garde la classe politique et toute l’opinion nationale : «Ne jamais trahir le Congo ». Et Tshisekedi père d’heureuse mémoire professait : « Le peuple d’abord ».  A quand, ô Dieu, ces deux slogans-crédos d’un peuple fort et uni porteront-ils des fruits pour obliger la disparition de la mégestion et la misère du souverain primaire au pays de Lumumba ? « Le peuple congolais est humilié, maltraité, massacré depuis plus de deux décennies, au vu et au su de la communauté internationale », fustigeait le Prix Nobel de la Paix 2018, le congolais Dennis Mukwege, dans la ville d’Oslo à Norvège. Il pensait clairement aux femmes violées à l’Est du pays et partout en RD. Congo, à la léthargie et la complicité des dirigeants congolais, à la mégestion de la res publica et autres maux sociaux divers. Blancs et noirs conscients de ce cycle infernal navrant, albinos et métis, venus de cinq continents de la planète ‘’Terre’’  coulaient les larmes le jour-J, et à l’unanimité, comprenaient-ils l’émotion de ce Lauréat digne fils du Congo Kinshasa. Aujourd’hui plus qu’hier, la pluie de paradoxes continue à pleuvoir  dans l’arène politique congolaise, et au sommet de l’Etat,  à l’aube de la mise en place du gouvernement de coalition tant attendu. Le FCC et CACH signent et persistent dans le langage des sourds quant à la répartition des ministères dits de souveraineté, en l’occurrence celui de l’Intérieur et la sécurité nationale, les Affaires étrangères, la Justice, les Finances et la Défense. Où va le mariage Tshisekedi Félix-Joseph Kabila, pourtant impératif au vu des résultats issus des élections généralisées du 30 décembre 2018 ?  Vers l’inconnu ? Nombreux sont, en tout état de cause, les analystes qui estiment que la réponse se trouve dans les deux cris de ralliement légués par les Pères biologiques et politiques de deux leaders politiques de la coalition FCC-CACH. Place à la sagesse.

Jacques Kitengie

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com