Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Kinshasa : Ritha Bola Dula remplace Raoul Elenge à la tête de la DGRK

Kinshasa : Ritha Bola Dula remplace Raoul Elenge à la tête de la DGRK

This post has already been read 472 times!

Ce lundi 3 juin 2019, le Gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila a nommé, au terme d’un arrêté, Ritha Bola Dula au poste de Directeur général de la Direction Générale des Recettes de Kinshasa (DGRK). Joseph-Louis Isangamela Botuli a, quant à lui, été nommé Directeur Général Adjoint par le même arrêté. La nouvelle dirigeante de ce service public remplace Raoul Elenge accusé par les députés provinciaux de mégestion et d’avoir facilité le coulage des recettes. Le dossier qui s’est toujours agrippé à sa personne est celui de l’acquisition du siège actuel de la DGRK dont les preuves fournies sur la passation des marchés sont contradictoires entre elles.

Plusieurs jours après son interpellation par un des députés provinciaux, le Directeur général de la DGRK reste toujours dans le collimateur de l’Assemblée provinciale.

Le Gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila a été saisi la semaine dernière par l’Assemblée provinciale de la ville pour procéder à sa suspension. Il lui est reproché sa mauvaise gestion à la tête de cette régie financière.

Lors de la plénière où il devait s’expliquer devant les élus de Kinshasa, Raoul Elenge avait répondu à toutes les questions des députés, une à une, sur la vie de son entreprise. On retiendra de son intervention que les difficultés qui rongent la DGRK sont souvent liées au manque de nivellement des comptes receveurs, en raison des instructions permanentes de la tutelle. Mais surtout qu’en une année, le DG a doté la régie d’un siège, le personnel de deux bus, a augmenté légèrement les recettes ainsi que la dette, sans oublier les sanctions contre certains hauts cadres ont pour cause le coulage des recettes.

Le député provincial Charles Mbuta  Muntu, auteur de la question orale avec débat adressé au désormais ex-DG, avait livré la quintessence de sa question en exigeant du concerné sa version officielle sur des faits établis, documentés et ayant fait l’objet d’enquêtes approfondies, sur dénonciation des tiers contre la gestion de la régie provinciale.

Le Problème ?

Il s’agit des dossiers liés au coulage accru des recettes publiques de la ville, ceux concernant le régime des taxations forfaitaires accordées en violation de la loi fiscale en vigueur, à certaines sociétés moyennant rétribution mensuelle des commissions invisibles au profit  notamment, de certaines personnalités de la DGRK. Mais aussi des dossiers concernant le nantissement à outrance des recettes de certaines taxes à productivité fiscale insignifiante ou énorme, contre la surséance des missions de contrôle fiscal de la part de la DGRK. Ainsi que ceux relatifs à la mauvaise gouvernance fiscale budgétaire et administrative de la DGRK.

Et, pour ce qui est de l’achat de la parcelle abritant le siège de la DGRK, Raoul Elenge avait dit avoir emprunté 2 millions USD à AFRILAND FIRST BANK pour acheter cet immeuble dans le respect de procédures légales. Mais, il a été vite contredit par le Président du Bureau suite à la confusion constatée dans les annexes fournis dans le dossier.

Outre cela, dans ses réponses, Raoul Elenge ignore plusieurs dossiers de dégrèvement initiés en faveur de certains assujettis par sa tutelle (Ministre provincial des Finances) qui est l’ordonnateur principal des Finances de la ville de Kinshasa. Il soutient, en effet, que la DGRK ne jouit de l’autonomie de gestion financière et administrative que sur les 30% lui rétrocédées par le gouvernement provincial pour son fonctionnement et la mobilisation à travers le nivellement automatique des comptes receveurs des recettes.

Cependant, le non nivellement des comptes receveurs devenu monnaie courante, serait à la base, à l’en croire, des difficultés que rencontre la régie provinciale pour faire face à ses charges.

Ladite question orale a finalement été transformée en interpellation, Raoul Elenge n’ayant pas convaincu lors de sa réplique. Charles Mbuta Muntu, l’interpellateur,  avait demandé la révocation du patron de la DGRK pour insubordination à l’instruction du Chef de l’Etat via son Directeur de cabinet, instruction relative à la suspension des mouvements des personnels de carrière de l’Etat, et pour l’inexistence des pièces justificatives sur les faits de megestion lui reprochés.

Boris Luviya