Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Assemblée nationale : la coalition FCC-CACH dans le tourment !

Assemblée nationale : la coalition FCC-CACH dans le tourment !

This post has already been read 121 times!

Il appert que les alliances se font et se défont. Néanmoins, jusqu’à preuve du contraire, la coalition FCC-CACH, dont les autorités morales demeurent Kabila-Tshisekedi, se trouverait ‘’malheureusement’’ dans un tourment ‘’inutile ’’, dont ses effets collatéraux pourraient certainement placer la patrie de Lumumba-Mzee, devant une crise politico-sociale redoutable. En effet, les ordonnances nommant des mandataires à la tête de la Gécamines et de la SNCC, ont été une véritable pomme de discorde entre les Députés du FCC et CACH. Cette déduction a été faite au cours de la séance plénière de vendredi 7 juin 2019, à la Chambre basse du parlement.

Recadrage

Pendant que certains élus du peuple, membres du FCC,  ont remis en question la constitutionnalité desdites ordonnances, ceux du CACH, à travers une déclaration rendue public samedi 8 juin dernier, n’ont pas voulu aller par quatre chemins. D’autant plus qu’ils ont déploré ce qu’ils qualifient d’«un manque de sincérité criant au sein de la coalition». D’ailleurs,  ils ont voulu faire savoir que « l’hémicycle n’est pas le lieu approprié pour débattre des actes administratifs posés par le Chef de l’Etat qui, conformément à la constitution, n’appellent à aucun débat ». De cet exemple, tout porte à croire que les membres de cette coalition ne seraient nullement en odeur de sainteté entre eux. Et, cette désunion s’est-elle révélée par une motion incidentielle du Député national de la plateforme Arc-en-ciel du Congo (ACC) et membre de Lamuka, Léon Mondole, qui a suscité un long débat sur ‘’l’irrégularité’’ des ordonnances présidentielles.

Polémique
A ce sujet, certains Députés du Front Commun pour le Congo(FCC), n’ont pas manqué de suggérer à ce que le Président de la République puisse rapporter les Ordonnances controversées. D’autres, par contre, ont demandé aux ministres du portefeuille, des mines et des transports de ne pas les exécuter, de ne pas notifier les mandataires nommés, suggérant au Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi Tshilombo, quoique garant de la nation, d’attendre la formation du nouveau gouvernement, en vue de remédier à cette situation. Dans cette optique, Christophe Lutundula, bien que Député cadre de Lamuka, a appelé à la modération et rappelé l’inopportunité du débat à ses collègues Députés. A l’en croire, le Président de la République n’étant pas responsable de ses actes devant l’Assemblée nationale, rien n’y a fait. Le mal était fait.
Comme si cela ne suffisait-il pas, Henri Thomas Lokondo, remettant le couteau dans la plaie, s’est-il appesanti verbalement sur le caractère visiblement ‘’irrégulier’’, notant au passage qu’un nouveau texte des ordonnances contestées circule, portant le contreseing du Premier Ministre démissionnaire, Bruno Tshibala. A cette allure, le divorce FCC-CACH semble être devant, au bout du couloir.

Mise en garde 

Alors que les discussions sur la répartition des postes ministérielles tirent à longueur, l’imbroglio qui s’est hissé à l’Assemblée nationale, sur les ordonnances problématiques de Félix Tshisekedi, nommant quelques personnes à la Gécamines et à la SNCC continuent à faire couler encres et salives. Les Députés membres du groupe parlementaire du Cap pour le Changement (CACH), ont désapprouvé le fait que le bureau de l’Assemblée nationale ait permis que les élus nationaux débattent en plénière sur les ordonnances signées par Félix Tshisekedi nommant de nouveaux dirigeants à la société Générale des carrières et des mines (Gécamines) et à la Société Nationale des chemins de fer du Congo (SNCC).

En attendant, les Députés du CACH continuent à se plaindre.  « Le FCC a permis que l’acte administratif du Chef de l’Etat soit débattu à l’Assemblée nationale. Nous savons tous que la constitution protège le Chef de l’Etat. Il n’est pas responsable politiquement devant l’Assemblée nationale. On ne peut pas le contrôler», a dit Crispin Mbindule, Député UNC après la déclaration commune faite par tous ses collègues du CACH. Ce dernier, s’en est pris directement au bureau de la chambre basse du parlement. « Nous présentons notre indignation et nous allons voir le bureau de l’Assemblée nationale, avec la présidente. Nous n’allons pas accepter cela. Sinon, nous allons faire recours à notre pouvoir d’introduire une pétition contre ce bureau pour qu’on le remplace. Ce bureau ne maîtrise pas très bien son travail. Ce travail ne consiste pas au contrôle du Chef de l’Etat. S’il ne change pas cette attitude, nous allons procéder par une pétition pour que ce bureau soit remplacé », a-t-il affirmé.

Faut-il noter que les Députés nationaux du CACH ont laissé entendre que les propos tenus par le FCC, lors du débat à la Chambre basse du parlement, chapeautée par Mabunda, constituent ainsi ‘’un outrage non seulement envers son Excellence Monsieur le Président de la République, mais aussi envers la nation entière et l’ensemble du peuple congolais qui l’a massivement élu’’.

Merdi Bosengele

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com