Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Secrétariat général aux médias : quand la pléthore fait des mécontents

Secrétariat général aux médias : quand la pléthore fait des mécontents

This post has already been read 192 times!

Créé pour recevoir 306 postes d’emplois, le Secrétariat général aux médias se retrouve aujourd’hui avec plus de 545 agents. D’où, une pléthore de plus d’une centaine d’agents. C’est pourquoi, des voix commencent à s’élever au niveau de ce service pour demander de mettre fin au désordre créé par cette situation de surplus et exigent le minimum de conditions de travail.

Le secrétariat général du ministère de la communication et médias  n’échappe pas au désordre qu’on retrouve dans nombre de services de l’Etat. Des agents de ce service commencent à rompre le silence pour dénoncer la pléthore des agents et demandent le minimum de conditions de travail.

Selon le récit d’un agent que nous avons rencontré, le week-end dernier, la situation dans ce service commence à être intenable à cause de la pléthore. C’est pourquoi, selon lui, le syndicat a tiré la sonnette d’alarme en demandant au premier responsable de la boite l’amélioration des conditions de travail. Qui passe, d’après lui, par la relecture du cadre organique qui fixe le nombre des agents à 306. Et ces agents devraient être dotés en bureaux, ordinateurs, imprimantes, climatiseurs en bon état.  « C’est juste une équipe qui participe à tous les travaux  et les autres qui sont sur les arrêtés de nouvelles unités tournent les pouces. Il faut mettre fin à ces pratiques d’un autre âge. C’est un véritable SOS que nous lançons au ministre de la Fonction publique », a souligné notre interlocuteur. S’agissant du cadre organique, qui régule le fonctionnement de la structure, il prévoit en tout 306 agents.

Approché par le chef de division du secrétariat aux médias, le Ministre honoraire Lambert Mende avait apporté certains éclaircissements par rapport aux doléances exprimées par le personnel. En premier lieu, il a souligné que la prime, c’est le gouvernement qui accorde aux nouvelles unités. En bref, pour la  pléthore il avait déclaré que : ‘’La nécessité de Nouvelles unités est justifiée par le déficit en personnel, le cadre organique qui comprend 306 postes d’emplois n’étant pourvu que par 106 dotés de numéro matricule’’.   Mais, aujourd’hui, il se trouve que le service compte environ 545 agents non prévus par le cadre organique.

Le personnel qui commence a parlé haut ce qu’il chuchotait  soutient que le moment n’est pas indiqué pour qu’il y ait  pléthore ou à la relecture du cadre organique au ministre de la Communication et Médias. «Ce ministère et même le pays tout entier font face à d’autres défis plus importants que le Président de la République se penche», a conclu cet agent qui a requis l’anonymat.

Peter Tshibangu