Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Tollé !

This post has already been read 7858 times!

Loin des pleurs et grincements des dents, colère et migraine font enflammer, mais surtout questionnements et déterminations à mener la lutte, jusqu’à bon port, affectent les consciences. Tenez ! En RD. Congo, 23 parlementaires de la coalition de l’opposition Lamuka ne verront plus, durant le quinquennat en cours, l’hémicycle de l’Assemblée nationale et du Sénat. Il s’agit, en clair, de 21 députés nationaux dont 8 du MLC de Jean-Pierre Bemba Gombo, 7 du MS de l’opposant Pierre Lumbi Okongo, 4 de l’AMK de Katumbi et 2 de la Dynamique de l’opposition chère à Martin Fayulu Madidi, y compris 2 sénateurs qui ont été carrément invalidés, à tort ou à raison, par la Cour Constitutionnelle siégeant en matière de contentieux électoraux. Et bien plus, ce n’est pas fini. Dans les milieux proches des partis et regroupements politiques membres de la coalition Lamuka où plusieurs voix s’aperçoivent vite que le pays va mal, voire très mal, l’on rappelle plutôt que ‘’le peuple gagne toujours’’. A quelques encablures, en effet, de la clôture officielle de la session ordinaire de mars à l’Assemblée nationale,  soit ce samedi 15 juin 2019, alors que des esprits las à attendre la nouvelle équipe gouvernementale Ilunga 1er en  appellent à la fin sans délai de la trêve, les verdicts de la Cour Constitutionnelle RD. Congolaise soulèvent, une fois de plus, un tollé général dans l’opinion. Cinq mois après la sentence provisoire de la CENI, en ce qu’il y a des résultats liés à la triple élection généralisée du 30 décembre 2018, la méga coalition politique de l’Opposition congolaise, Lamuka perd sans fin ses élus. Hier, à tout pendre, le MLC de Jean-Pierre Bemba a carrément haussé le ton, par le biais de son Secrétaire général, autant qu’Ensemble pour le Changement cher à l’opposant Moïse Katumbi Chapwe. Le premier qui, contre toute attente, a perdu jusqu’ici 8 sièges sur les 22 acquis vient tout simplement d’appeler à la rue, ce samedi 15 juin 2019, pour revendiquer contre ce qu’il qualifie d’instrumentalisation de la justice, de surcroît la première instance judiciaire du pays. Tandis que le second dont le Président est immobilisé à Lubumbashi depuis son retour au pays le 20 mai dernier, appelle à l’unité et la cohésion de toute l’opposition pour des actions de grande envergure dans les prochains jours. Que se passe-t-il ? Que veut-on à Katumbi ? Qu’attend-t-on de lui ? S’interroge-t-on du côté d’Ensemble pour le Changement où dans une déclaration lue, hier, le sénateur Pierre Lumbi et Vice-président d’Ensemble pour le Changement fustige des mesures iniques contre l’opposant républicain Moïse Katumbi et ses troupes. Allusion faite aux interdictions répétées de survol et d’atterrissages d’aéronefs affrétés pour les déplacements de celui-ci à Goma. Véritablement, Tshisekedi Félix a du pain sur la planche, pour prévenir toute éventuelle crise au pays, soit-elle institutionnelle ou politique.

La Pros.  

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com