Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Appels sur l’actualité de Juan Gomez : l’alternance en RDC au cœur du débat

Appels sur l’actualité de Juan Gomez : l’alternance en RDC au cœur du débat

This post has already been read 289 times!

Le décor était visiblement bien planté pour que l’enregistrement de l’émission « alternance en RDC : une illusion ? », soit une réussite totale dans l’enceinte de la Halle de la Gombe. Juan Gomez, le talentueux journaliste de la Radio France Internationale (RFI), 8 ans après avoir quitté le sol congolais, avait donné rendez-vous au public de Kinshasa mardi 11 juin 2019, pour participer à l’enregistrement de son émission. Les principaux débatteurs étaient à la hauteur de l’événement. Ils ont débattu sur les questions politiques dont le contenu était nécessairement basé sur la première alternance pacifique de l’histoire de la RD Congo. Ayant une connaissance approfondie sur  l’histoire politique de la patrie de Lumumba-Mzee, ce journaliste réputé n’a pas manqué d’orienter l’émission « Appels sur l’actualité ». 

Le public était à la hauteur du rendez-vous. Très chaleureuse, l’assistance réagissait positivement à travers ses acclamations pour saluer les interventions des débatteurs. François Muamba, Sénateur pour le compte de l’Udps et alliés, l’un des artisans de l’accord de la coalition CACH-FCC et l’un des principaux négociateurs du Président de la République en vue de la formation du gouvernement, était de la partie pour échanger avec d’autres politiciens. François Nzekuye, Député national et porte-parole du PPRD, sans oublier Steve Kivwata, porte-parole de Martin Fayulu. Ce dernier a, d’ailleurs, défendu valablement sa position politique face à deux ‘’gaillards’’ faisant partie de la coalition FCC-CACH. De l’autre côté du plateau, les fidèles auditeurs de RFI, à tour de rôle, ont émis leur point de vue de temps à temps. Il était question d’illuminer encore le débat.

Alternance, une illusion ?

François Muamba, un des principaux négociateurs du Chef de l’Etat en vue de la formation d’un gouvernement, avait-il fait savoir son avis quant à ce. A l’en croire, l’alternance au sommet de l’Etat a été effective avec l’avènement d’un Président de la République, venant d’un grand parti politique de l’opposition qu’est l’Udps. A l’entendre parler, il n’est nullement question d’une alternance illusoire. « La nouveauté aujourd’hui, c’est que pour la toute première fois de notre histoire, un Président de la République élu, remplace un Président qui le salue, qui rentre dans sa voiture et qui s’en va, ce n’est pas un détail… ça veut dire que là où nous avons perdu beaucoup de temps à nous chamailler, nous avons maintenant la possibilité de prendre comme levier la paix et la stabilité », s’est-il défendu.

Pour ce haut cadre de CACH, l’essentiel est de regarder devant, de surpasser le clivage ou des guéguerres politiciennes qui, souvent  bloquent l’éclosion ou le décollage du pays. « Verre à moitié plein à moitié vide, moi je dis que l’essentiel aujourd’hui est fait, concentrons nous sur ce que nous avons à faire avec Félix Tshisekedi, laissez aller de l’avant », avait éclairé le Sénateur François Muamba. Il a, en outre, admis haut et fort, que la Coalition CACH avait misé «sciemment» sur l’élection présidentielle, au détriment des élections législatives et provinciales.

 François Nzekuye, cadre du PPRD, s’était-il inscrit dans la même optique que son prédécesseur. Selon lui, il n’y a pas eu un deal entre CACH et FCC avant la publication des joutes électorales. « Regardons autour de nous, nous sommes en Afrique central, dans quel pays un pouvoir en place a organisé les élections pour les perdre ? Nulle part », a-t-il fait remarquer. Et ce, avant d’ajouter : «  Citez-moi un seul pays voisin où le pouvoir en place a organisé les élections pour les perdre ? En RDC, cela a été fait, et le pouvoir en place s’est incliné sportivement, le Président Kabila a reconnu et la majorité précédente a reconnu sa défaite, l’on a passé la main».

Véritable défenseur de la vérité des urnes, porte-parole du candidat malheureux à l’élection présidentielle de 30 décembre 2018, Steve Kivwata n’a pas du tout tergiversé dans ses propos. Car, il a donné des arguments solides, tout en défendant le combat de son mentor Martin Fayulu qui, d’ailleurs, ne reconnaît toujours pas la légitimité du Président ‘’proclamé’’, Félix Tshisekedi. Les trois hommes ont effectué de très belles prestations. Et, comme de coutume, Juan Gomez était au sommet de son élément, en jouant effectivement son rôle d’un journaliste régulateur de débat. Pour rappel, le programme de l’émission Appels sur l’actualité de Juan Gomez sera diffusé mercredi 12 juin 2019 dès 8h10 TU.

Merdi Bosengele

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com