Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

SCPT : l’Intersyndicale invite Félix Tshisekedi à sauver en urgence cette grande entreprise

SCPT : l’Intersyndicale invite Félix Tshisekedi à sauver en urgence cette grande entreprise

This post has already been read 208 times!

Les choses ne tournent pas depuis bientôt deux mois à la Société Congolaise des Postes et Télécommunications, SCPT en sigle. Pour cause, les agents et cadres réclament le paiement de quatre mois d’arriérés pour Kinshasa, et plus de 15 mois pour les provinces. L’intersyndicale de la SCPT qui a déclenché ce mouvement de grève, dénonce également la suspension de plus 30 cadres dont 10 délégués syndicaux, au motif qu’ils seraient à la base de ce mouvement de grève que le Directeur Général qualifie de sauvage. L’intersyndicale demande à la plus haute hiérarchie du pays, principalement le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi, de sauver en urgence cette grande entreprise de l’Etat qui va à la dérive et qui est totalement abandonnée «aux mains des consultants et amis du Directeur Général».        

 

INTERSYNDICALE DE LA SCPT

DECLARATION RELATIVE A LA SITUATION ADMINISTRATIVE DES CADRES ET AGENT DE LA SCPT

Nous, Intersyndicale et Travailleurs de la SCPT, venons par la présente, dénoncer les pratiques et comportements cavaliers adoptés par Monsieur Patrick UMBA, Directeur Général ai, appuyé par le Ministère de Portefeuille, comportement contre-nature qui violent intentionnellement les lois et règlements en matière de travail, en recourant à la puissance d’argent et d’appartenance tribale pour nuire gravement aux droits et libertés des travailleurs impayés depuis plusieurs mois à Kinshasa comme dans les Provinces pour les actifs ainsi que les retraités.

Alors que, les travailleurs observent un mouvement de grève pour plusieurs raisons notamment :

  • L’impaiement des salaires (Art.99 du Code Travail) ;
  • Le détournement de 000,00 US (Dollars américains Quatre cent trente mille) retenus sur les salaires pour les logements sociaux ;
  • Rupture de la prise en charge des soins médicaux par l’Employeur occasionnant plusieurs décès et cas des maladies graves ;
  • Le détournement de 4 millions de US (Dollars américains Quatre millions) de la vente de la fibre noire à Airtel ;
  • Le détournement de 4 millions de US (Dollars américains Quatre millions) de la vente des actions de Standard Télécom à un nouvel acquéreur ;
  • La facturation parallèle de la vente de Fibre optique ;
  • Tous les faits dénoncés par le PCA dans sa lettre n°088 du 15 mars 2018 adressée à la Ministre du Portefeuille portant utilisation persistante des consultants à des postes vitaux de la Société, bradage des intérêts de l’entreprise, indifférence totale aux questions de survie de la société, gestion aléatoire et arbitraire des ressources humaines, etc…

Alors que, l’Employeur a violé les clauses du protocole d’accord relatif à l’Arrêt du Travail du 06 février 2018, l’Inspection générale du travail, à travers la personne de Monsieur ASSIANI MABIALA déclare ce mouvement de grève sauvage après plus d’un mois de sa tenue et donne ainsi l’occasion à Monsieur Patrick UMBA, Directeur Général ai de la SCPT, de décider de la suspension de leurs fonctions respectives de plus de 30 Cadres et Agents dont une dizaine des Délégués Syndicaux au motif qu’ils seraient à la base de ce mouvement de grève qu’il qualifie de sauvage.

En conséquence :

  • L’Intersyndicale et les Travailleurs protestent et dénoncent avec la dernière énergie toutes ces mesures arbitraires prises en violation flagrante des lois et règlements en vigueur ;
  • Déclarent personna non grata l’Inspecteur Général Adjoint du travail Monsieur ASSIANI MABIALA pour traitement léger du dossier dont il a conduit les travaux ;
  • Regrettent le comportement de la Ministre du Portefeuille Madame Wivine MUMBA qui prend toujours parti de Monsieur Patrick UMBA Directeur Général ai de la SCPT chaque fois que des faits graves et éléments probants étayent des reproches à l’endroit de ce mandataire intouchable.

L’Intersyndicale demande à tous les travailleurs Cadres et Agents de ne pas céder aux menaces et intimidations de l’Employeur qui les force à reprendre le travail sans un seul accord et de se mobiliser dès ce lundi 17 juin 2019 à l’Hôtel des Postes pour revendiquer leurs droits et la survie de leur entreprise.

L’Intersyndicale demande à plus la Haut Hiérarchie du pays de sauver en urgence cette grande entreprise de l’Etat qui va à la dérive et qui est totalement abandonnée aux mains des consultants et amis du Directeur Général ai Umba Patrick.

Etant donné que, les travailleurs sont en droit de formuler leurs revendications sociales conformément à la législation en vigueur, l’Intersyndicale et les Travailleurs exigent leur liberté de mouvement au sein de leur entreprise (Hôtel des Postes) et la fin du siège de ce cadre par la police Nationale Congolaise (les éléments en uniformes).

Fait à Kinshasa, le 13 juin 2019.

L’Intersyndicale et Travailleurs de la SCPT

Hugo NABWELE SUP/CSC,

Jean Kasonga Meta SG-ATLC,

KAMALATA FNTPC/UNTC