Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Kinshasa : la marche des militants du MLC étouffée par la Police

Kinshasa : la marche des militants du MLC étouffée par la Police

This post has already been read 201 times!

Le samedi 15 juin 2019, les militants du Mouvement de libération du Congo (MLC) ont été empêchés par la police nationale congolaise, de se rendre à la Cour constitutionnelle afin de déposer un mémorandum contre les arrêts de cette grande instance juridictionnelle du pays. Hélas ! Dans leur élan, les manifestants ont croisé sur leur chemin les agents de l’ordre qui ont fait usage des gaz lacrymogènes afin de les disperser. Raison ? Ce parti politique n’avait pas l’autorisation pour se déployer.   

Pourtant, ces affidés et cadres du Parti cher à Jean-Pierre Bemba Gombo, s’étaient rassemblés commun un seul l’homme, devant le siège de leur Parti, MLC, situé sur l’avenue de l’Enseignement dans la commune de Kasa-Vubu en vue  d’entamer une marche pacifique qui devait aboutir au dépôt d’un mémorandum à la Cour constitutionnelle située à quelques encablures de la Gombe. Néanmoins, ils ont été dispersés par la Police nationale congolaise qui a fait preuve des tirs de sommation et des gaz lacrymogènes face à la résistance des militants. A en croire la police, cette manifestation n’était pas autorisée par le Gouverneur de la ville de Kinshasa d’autant plus que les cadres du MLC avaient introduit leur lettre à la veille de la marche et cela ne cadrait pas avec la loi en la matière. Par conséquent, ces militants n’avaient pas droit de se déployer pour manifester. Par ailleurs, pour les cadres du MLC, cette décision de la Police est non-fondée. Ces cadres accusent les agents de l’ordre d’enfreindre la liberté de manifestation. « Il s’agit là d’une raison non-fondée. Nous avons déjà informé l’autorité urbaine. Nous sommes surpris que la police essaie de nous cantonner à l’intérieur. Nous avons l’impression qu’ils veulent nous faire taire », a déclaré Valentin Gerengo,  interfédéral du MLC Kinshasa.

Il convient de noter que ce Parti cher à Jean-Pierre Bemba, accuse le Front commun pour le Congo d’avoir instrumentalisé la Cour constitutionnelle pour invalider  les 8 députés du MLC.

Christian Okende