Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

RDC : Gaston Dyndo Zabondo se relance à la tête d’une coalition de soutien à Félix Tshisekedi

RDC : Gaston Dyndo Zabondo  se relance à la tête d’une coalition de soutien à Félix Tshisekedi

This post has already been read 443 times!

*‘’Avec mes camarades, nous avons transformé l’Opposition Extraparlementaire, notre ancienne plateforme, en une Coalition de  Soutien  pour le Changement. Notre objectif,  c’est de soutenir Félix Tshisekedi dans la réalisation des idéaux pour lesquels nous sommes battus plusieurs années durant dans l’opposition, de l’aider à réaliser le vrai changement’’, soutient Gaston Dyndo, dans une note de réflexion, en des points précis, sur les faits marquants de l’histoire récente des élections en RDC.

‘’Mais, nous rendons compte, avec la mise en  place des institutions législatives et provinciales que la corruption a atteint des proportions énormes qu’il serait très difficile,  voire impossible,  à lui seul,  de “déboulonner” le système corrompu. Les hommes de l’ancien système reviennent avec arrogance. Le Président a besoin du soutien massif de la population. Notre coalition va s’atteler à sensibiliser et à mobiliser la population afin de faire valoir les attentes de cette dernière qui se résument au changement’’, déclare-t-il.

Déclaration

J’étais en soins médicaux en Europe d’octobre 2017 en octobre 2018. Beaucoup d’événements qui ont précédé les élections en RDC ont eu lieu pendant que j’étais absent du pays: les marches des chrétiens afin d’empêcher l’ancien Président d’être candidat de nouveau, plusieurs manifestations pour dénoncer un processus électoral vicié d’avance et les dépôts des candidatures dont certains ont été injustement recalées.

Avant les dépôts des candidatures, j’avais écrit, en juillet 2018, une lettre  à certains leaders de l’opposition  notamment,  Félix Tshisekedi, Jean-Pierre Bemba, Vital Kamerhe, Moïse Katumbi, Martin Fayulu, MokondaBonza, Gilbert Kiakwama et d’autres pour leur demander de ne pas déposer des candidatures à la présidentielle et aux législatives, de mobiliser la population afin d’empêcher la tenue des élections  (mal organisées) et d’exiger la requalification du processus électoral avec une  transition sans Kabila.

Pour écrire ce courrier, je m’étais basé sur les évaluations du Comité Laïc de Coordination  (CLC), de l’UDPS et des experts congolais en matière électorale.

Pendant qu’on commençait à convaincre la Communauté internationale pour cette option, Jean-Pierre Bemba est rentré au pays pour déposer sa candidature.

A sa suite, il y a eu engouement pour le dépôt des candidatures à la présidence et aux législatives. Des personnes ont été empêchées physiquement de rentrer au pays pour déposer leurs candidatures et d’autres maintenues en prison.

Aucune des préalables sur la description du climat politique n’a été rencontrée, on a invalidé injustement des candidats et la CENI a imposé sa fameuse machine à voter.

Malgré  tout cela, l’opposition congolaise a accepté  d’aller aux élections. Elle a été incapable d’empêcher les élections chaotiques. Elle a été tout simplement, admettons-le, la piètre opposition au monde.

De ce chaos, Félix Tshisekedi sort Président de la République. Lui et son Directeur de campagne Vital Kamerhe, devenu son Directeur de cabinet, sont des amis. Et,  étant un ancien de l UDPS (ancien Directeur de campagne d’Etienne  Tshisekedi), j’ai décidé de ne pas m’opposer à eux.

Avec mes camarades, nous avons transformé l’Opposition Extraparlementaire, notre ancienne plateforme, en une Coalition des Soutiens pour le Changement. Notre objectif,  c’est de soutenir Félix Tshisekedi dans la réalisation des idéaux pour lesquels nous sommes battus plusieurs années durant dans l’opposition, de l’aider à réaliser le vrai changement.

Mais,  nous rendons compte, avec la mise en  place des institutions législatives et provinciales que la corruption a atteint des proportions énormes qu’il serait très difficile,  voire impossible,  à lui seul,  de “déboulonner” le système corrompu.

Les hommes de l’ancien système reviennent avec arrogance. Le Président a besoin du soutien massif de la population. Notre coalition va s’atteler à sensibiliser et à mobiliser la population afin de faire valoir les attentes de cette dernière qui se résument au changement.

Gaston Dyndo Zabondo