Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Remis des mains de la Corée : le Gouvernement congolais aux commandes du nouveau Musée National

Remis des mains de la Corée : le Gouvernement congolais aux commandes du nouveau Musée National

This post has already been read 199 times!

‘’Je veux vous assurer que la Corée restera un partenaire fiable et digne de confiance du gouvernement congolais‘’, a assuré l’ambassadeur de la Corée en RDC, Kim Kiejoo lors de la remise officielle du Musée National de la République Démocratique du Congo (MNRDC) au Gouvernement rd-congolais. C’était le vendredi 14 juin dernier, au sein dudit musée dont la République de Corée a passé les commandes de la gouvernance du musée à l’Etat congolais. 21 millions de dollars ont été investis sur ce projet de construction qui, pour la Vice-présidente de la KOICA Baek Soo Khee, depuis la création de l’agence Coréenne en 1991, est le plus grand projet culturel jamais réalisé. Elle révèle, cependant, le niveau de la beauté architecturale de la bâtisse. Ce musée a été construit de manière à faire renaître d’une certaine manière la culture congolaise et s’adapter à l’environnement. Il est constitué d’un mode énergique économique. Désormais considéré comme le reflet de la culture congolaise, le Musée National sera réceptacle des pans importants de la culture congolaise. La RDC a enfin la possibilité de faire connaître sa culture dans des bonnes conditions, avaient souligné les officiels.

 

Harmonisation du passé et du présent : le nouveau musée national octroyé par le gouvernement coréen (21 millions dollars américains) à Kinshasa

Le 14 juin, la cérémonie de fin de construction du bâtiment du MNRDC était tenue dans le nouveau musée où les officiels de l’Assemblée Nationale et du gouvernement étaient visibles. Le nombre total de participants était environ 250, y compris le Premier Ministre représenté par le ministre de la Coopération au développement, le Ministre de la Culture, le ministre des Infrastructures, le ministre du Budget et le représentant du Gouverneur de la ville province de Kinshasa. D’autre part, Madame Baek Soo Khee, Vice-présidente de KOICA (Agence Coréenne de Coopération Internationale), Kim Kiejoo, Ambassadeur de Corée en RDC, et Dongku Lee, Directeur de Pays du bureau de KOICA en RDC, ont représenté le gouvernement coréen.

Le gouvernement coréen a accordé 21 millions dollars américains pour le projet de construction du musée national de la RDC à Kinshasa. Le Musée se compose des installations et des bâtiments, tels que la salle d’exposition et stockage, qui atteignent 1 840 ? En outre, le nouveau Musée offre d’équipements de renforcement des capacités du personnel en charge de la gestion du Musée.

S.E. Astrid Madiya, Ministre de la Culture et des Arts, a dans son discours déclaré que la remise des clefs du nouveau musée national était un événement de haute portée culturelle et politique. Elle s’est félicitée du fait que le nouveau bâtiment du musée va renfermer la mémoire collective du peuple congolais. Qui plus, elle a dans la même veine félicité le gouvernement congolais qui, à travers sa diplomatie agissante, a permit l’érection de cette belle bâtisse. Pour cela et au nom du gouvernement, elle a remercié le peuple coréen qui a offert un patrimoine culturel à la RDC.

Pour sa part, S.E. Thomas Luhaka, Ministre des infrastructures, a relevé la valeur et la portée du nouveau musée pour la préservation de la culture. Il a affirmé que le nouveau musée constituait en lui seul une expérience inestimable de bonne coopération qui existe entre les deux pays, la Corée et la RDC. Qui plus est, il a loué l’architecture qui était respectueuse de l’environnement et qui encouragera les visites régulières au sein du musée. En outre, selon lui, le nouveau musée est le plus important dans tout le pays et même à travers l’Afrique centrale.

Pour conclure avec la série de discours officiels, S.E. Kwet-Mwan-Kwet, Ministre de la coopération au développement, représentant le Premier ministre a déclaré que ce jour était un jour de la valorisation de la culture congolaise et que le nouveau musée constituait un cadre par excellence de connaissance et d’élévation culturelles. Pour le ministre, cette imposante infrastructure est une opportunité pour la RDC d’être mise en exergue dans le monde entier à cause de sa signification et de son architecture. Il a ensuite interpellé les congolais sur la revalorisation de la culture.

La vice-présidente de KOICA a pour sa part déclaré dans son discours que le nouveau musée englobera une culture et une histoire diverses et jouera un rôle de repère pour l’exposition, l’éducation et l’activité culturelle, créant ainsi une nouvelle image nationale. Elle a également mentionné que le style architectural traditionnel et local est imprégné dans le musée afin que le musée puisse être adapté à la RDC.

En plus, la vice-présidente de KOICA a indiqué que les problèmes auxquels la RDC est confrontée en ce qui concerne la préservation des vestiges historiques, tels que la difficulté à obtenir des vestiges historiques et des données connexes existantes à l’intérieur et à l’extérieur du pays et la nécessité d’une recherche historique sur ce qui est transmis oralement plutôt que sur l’enregistrement. Afin de rendre le nouveau musée équilibré montrant l’identité historique et culturelle congolaise, elle a mis l’accent sur le devoir futur qui inclut l’embrassement de divers groupes ethniques, la fouille de vestiges historiques englobant tous les âges de l’histoire congolaise, la collecte et la recherche.

Dans son discours, l’ambassadeur de Corée en RDC a déclaré qu’il est important d’utiliser la diversité culturelle activement pour le développement du pays. Par ailleurs, il était certain que le nouveau musée serait la pierre angulaire de l’harmonisation et de la coexistence à travers l’établissement de l’identité congolaise dans la diversité culturelle. Il considère le musée comme le cœur de l’Afrique car il contient l’histoire et la culture congolaises, ainsi que la vie des Congolais, enracinée dans le fleuve Congo englobant tout le pays et la forêt tropicale humide englobant toutes les créatures vivantes. Pour conclure, l’ambassadeur a souligné qu’il prévoyait que la RDC, avec son potentiel de croissance infini, se penche sur l’histoire et utilise sa valeur traditionnelle comme un jalon pour le développement socio-économique durable.

Depuis cinq ans, Le bureau de KOICA en RDC a accordé 21 millions dollars américains par an, en se concentrant sur la coopération dans les secteurs les plus fondamentaux pour le développement social et économique, et en mesure de fournir un soutien direct aux personnes dans le besoin, tels que la santé, l’agriculture et l’eau. En plus, elle contribue à la réalisation d’une coopération acceptable et durable en DRC avec des organisations internationales telles que le PNUD, l’UNFPA et l’UNMAS dans les domaines de la gouvernance, de la consolidation de la paix, de l’égalité de genre et des droits de l’homme.

Dépêche KOICA