Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

[Affaire de viol sur une mineure de 13 ans] Révérend Kim : des voix s’élèvent pour que justice soit faite !

[Affaire de viol sur une mineure de 13 ans] Révérend Kim : des voix s’élèvent pour que justice soit faite !

This post has already been read 709 times!

Des revendications se sont suivies après que le juge du Tribunal pour enfants ait rendu, le mardi 18 juin dernier, un verdict qualifié d’injuste dans l’affaire de viol sur une mineure de 13 ans par sept garçons, tous élèves du complexe scolaire Révérend Kim. Selon Me Dominique Wemo, avocat de la partie plaignante, la victime de 13 ans a été violée par sept garçons de son école, le 17 mai 2019, pendant trois heures, dans un appartement situé dans la commune de la Gombe. Le juge du Tribunal pour enfants de Kinshasa avait été saisi, mais ils ont constaté que le verdict avait été rendu avec deux poids, deux mesures, explique-t-il.

Parmi les sept, deux seulement ont été condamnés à 5 ans de prison avec 10.000 dollars de dommage et intérêts. Le plus étonnant est qu’entre les deux condamnés, un seul âgé de 17 ans se retrouve à la Prison centrale de Makala (Pavillon 10 réservé aux enfants) et l’autre âgé de 16 ans a été remis entre les mains de ses parents.

‘’Malgré les témoignages des autres complices, certains ont été relâchés par le juge par manque de preuves, alors que pendant le procès, même la vidéo de la scène était là. Quel genre de preuve veut-il pour rendre un bon verdict ? Il a commis  un amalgame  terrible‘’, lance l’avocat.

En principe, le verdict final du juge devrait être rendu le mardi 18 juin par une audience publique opposant les adolescents «violeurs» et la fille mineure de 13 ans, au  Tribunal pour enfant, dans l’enceinte de la Maison communale de Kinshasa. Ce jour-là, l’avocat de la victime était estomaqué d’apprendre que le juge a rendu le verdict  final dans la nuit du 17 juin, sans la famille de la victime, entaché de plusieurs irrégularités.

Question de moralité

Pour les activistes du mouvement citoyen Filimbi qui militent pour le respect des droits de l’homme, ce qui est fait n’est qu’une «parodie de justice». La loi doit être respectée par tout le monde, sans exception. ‘’Dans ce pays où l’Etat n’est plus une aristocratie, mais un Etat de droit,  de ce fait, les injustices doivent prendre fin. Nous allons saisir l’Union Européenne pour annuler les visas de ces enfants qui veulent entrer dans le territoire Européen, en vue d’une fugue‘’, a déclaré Palmer Kabeya, activiste de Filimbi.

Même ceux qui ont causé cet acte de viol, poursuit-il, sont mineurs et leur souci n’est pas de les faire arrêter par complaisance mais de faire comprendre à ces enfants que ce qu’ils ont commis est un acte très condamnable pour qu’ils ne le refassent plus.

Un autre activiste a appelé tout le monde à se lever pour dire STOP à la «culture du viol», et NON à l’impunité car, l’injustice règne là où les gens de bonne volonté brillent par leur indifférence. La population demande à ce que justice soit faite pour que l’humanité triomphe sur la bestialité et pour que la justice triomphe sur l’immoralité à Kinshasa comme sur l’ensemble du territoire rd-congolais.

Joséphine Mawete