Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

[Ordonnances Présidentielles, Invalidations, tiraillements FCC-CACH] RDC : Jacques Tshimbombo met en garde les artisans du chaos !

[Ordonnances Présidentielles, Invalidations, tiraillements  FCC-CACH] RDC : Jacques Tshimbombo met en garde les artisans du chaos !

This post has already been read 916 times!

*Devant l’impérieuse nécessité de mettre fin à la politique de la terre brûlée et aux prophéties méphistophéliques de l’apocalypse  pour sauvegarder les acquis de la démocratie en République Démocratique du Congo, la Convention des Républicains, par la voix de son Président, l’Honorable Jacques Tshimbombo Mukuna,  condamne et met en garde tous  les artisans des stratégies anti- progressistes destinées à fragiliser le Chef de l’Etat et à imploser la coalition FCC-CACH, voie tracée vers la réconciliation nationale, l’édification collective d’un Etat de droit en RDC, le développement  et l’émergence  de notre pays. Elle demande également  à la Présidente du Bureau de l’Assemblée Nationale de présenter ses excuses publiques au Président de la République et à la Nation congolaise,  lors de l’ouverture de la prochaine session parlementaire. Puis, elle demande, en outre,  au Président de la République de restructurer la Cour Constitutionnelle en mettant hors d’état de nuire les auteurs des arrêts querellés et ses membres ayant trempé dans la corruption.

Plus loin, dans cette même Déclaration tonitruante, la Convention des Républicains invite  les leaders des FCC et CACH à travailler main dans la main afin de consolider leur majorité parlementaire composite pour affronter les défis de développement et sortir des ruines le pays tout entier comme raison de notre existence au cœur de l’Afrique. Sur la même lancée, elle invite le peuple congolais à se mettre derrière le Chef de l’Etat pour l’accompagner dans son action en vue de l’érection de notre pays en un véritable Etat de droit, moderne,  prospère et puissant. Enfin, ‘’la Convention des Républicains exhorte les militants de l’UDPS et du PPRD à se constituer en  gardiens de la coalition CACH-FCC et par conséquent, à mettre  un terme définitif à la furie et à la destruction méchante des biens meubles et immeubles appartenant à chaque camp politique. La République est notre bien commun. Elle est comme un bien collectif qui n’entraîne, ni rivalité, ni exclusion dans la consommation’’, recommande  substantiellement, Jacques Tshimbombo Mukuna, au nom de  la Convention des Républicains.

LPM

 

DECLARATION POLITIQUE  DE  LA  CONVENTION DES REPUBLICAINS-CR

 

 

Réunie le samedi 14 juin courant à Kinshasa, la plateforme politique Convention des Républicains, en sigle « CR », alliée de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), a procédé à l’examen de la situation politique de l’heure en République Démocratique du Congo. Après le tour d’horizon du champ politique sur l’ensemble du territoire national,  le Regroupement politique s’est focalisé sur l’examen des faits saillants qui viennent d’assombrir le paysage politique et de menacer la stabilité institutionnelle, à savoir,

  1. les Ordonnances présidentielles du 29 /05/2019 portant nomination des mandataires de l’Etat à la GECAMINES et à la SNCC et les débats consécutifs à celles-ci à la Chambre basse du Parlement,
  2. les arrêts de la Cour Constitutionnelle invalidant plusieurs députés nationaux en faveur du PPRD/FCC et les tensions qu’ils ont suscitées tant dans les Etats-majors qu’à l’échelle des bases des  Regroupements et Partis politiques.
  3. Concernant les Ordonnances présidentielles et les débats consécutifs à celles-ci à l’Assemblée Nationale.

La Convention des Républicains a difficile à s’expliquer pourquoi les Ordonnances présidentielles ont pu donner lieu aux débats d’une telle impétuosité à la Chambre basse contre la personne  du Président de la République, Chef de l’Etat.

Ainsi,  la Plateforme a cherché à décrypter pourquoi une telle agitation  doublée d’outrage au Chef de l’Etat  alors que les députés nationaux sont sensés savoir que les actes de  celui-ci ne peuvent pas faire l’objet de débat au Congrès, encore moins à l’Assemblée Nationale et que  « toute requête en inconstitutionnalité doit concerner l’acte législatif, c’est-à-dire,  la loi ou un acte réglementaire c’est-à-dire  un acte de portée générale ». Pourquoi une motion incidentielle, à l’insu de certains membres du Bureau de la Chambre basse, mitonnée par le FCC, sous-composante de la majorité parlementaire composite, avec la complicité du Bureau de l’Assemblée Nationale dont la Présidente ne s’est nullement gênée de demander au Ministre  ayant dans ses attributions le portefeuille de l’Etat de ne pas exécuter les ordonnances signées par le Chef de l’Etat ?

Doit-on exclure des agendas politiques cachés derrière cette situation troublante aux allures insurrectionnelles ?

  1. Concernant les arrêts de la Cour Constitutionnelle invalidant plusieurs Députés nationaux en faveur du PPRD/FCC et les tensions qu’ils ont  suscitées tant dans les Etats-majors qu’à l’échelle des bases des  Regroupements et Partis politiques.

La Convention des Républicains a exprimé trois préoccupations en rapport avec les arrêts de la Cour Constitutionnelle:

  1. Pourquoi la Cour constitutionnelle a- t-elle prononcé hors  délai lesdits arrêts commettant sciemment une faute disciplinaire en regard à l’article 23 al. 2 de l’Ordonnance no 16 /070 du 22 août 2016 portant dispositions relatives au statut particulier des membres de la Cour constitutionnelle ?
  2. Pourquoi la Cour constitutionnelle n’a-t-elle pas motivé ses arrêts violant, par-là, l’article 35 du Règlement Intérieur de la Cour ?
  3. Pour quelles fins la Cour constitutionnelle a-t-elle rompu la paix sociale et la cohésion nationale en procédant délibérément et systématiquement au remplacement des députés de l’Opposition par ceux du PPRD/FCC en violation de l’article 22 al. 2 de l’Ordonnance portant statut particulier des membres de la Cour Co constitutionnelle en ces termes : « Les membres de la Cour Constitutionnelle s’acquittent de leur mission sans aucun partie pris n’ayant pour seul guide de leur conscience que la loi».

La Convention des Républicains n’exclut pas derrière le mouvement tumultueux observé à la Chambre basse autour des Ordonnances présidentielles du 29 /05/2019 et les fautes manifestement délibérées de la Cour Constitutionnelle, l’existence des forces anti progressistes déterminées à fragiliser le Chef de l’Etat et par conséquent, à provoquer la déflagration de la coalition CACH-FCC. Ce qui plomberait fortement la réconciliation nationale, la construction d’un Etat de droit et l’élan vers l’émergence de notre pays.

En outre, il ne serait pas totalement infondé de croire que l’invalidation massive  des députés de l’Opposition en faveur du PPRD/FCC vise à consolider la majorité des 2/ 3 de ce Regroupement politique à l’Assemblée Nationale en vue de la future révision constitutionnelle ou d’une éventuelle destitution du Chef de l’Etat le moment voulu.

De ce qui précède et devant l’impérieuse nécessité de mettre fin à cet état de chose pour sauvegarder les acquis de la démocratie en République Démocratique du Congo, la Convention des Républicains,

  • Condamne et met en garde tous les artisans des stratégies anti progressistes destinées à fragiliser le Chef de l’Etat et à imploser la coalition FCC-CACH, voie tracée vers la réconciliation nationale, l’édification collective d’un Etat de droit en RDC, le développement  et l’émergence  de notre pays.
  • Demande à la Présidente du Bureau de l’Assemblée Nationale de présenter ses excuses publiques au Président de la République et à la Nation congolaise lors de l’ouverture de la prochaine session parlementaire.
  • Demande au Président de la République de restructurer la Cour Constitutionnelle en mettant hors d’état de nuire les auteurs des arrêts querellés et ses membres ayant trempé dans la corruption.
  • Invite les leaders des FCC et CACH à travailler main dans la main afin de consolider leur majorité parlementaire composite pour affronter les défis de développement et sortir des ruines le pays tout entier comme raison de notre existence au cœur de l’Afrique.
  • Invite le peuple congolais à se mettre derrière le Chef de l’Etat pour l’accompagner dans son action en vue de l’érection de notre pays en un véritable Etat de droit, moderne, prospère et puissant.
  • Exhorte les militants de l’UDPS et du PPRD à se constituer en gardiens de la coalition CACH-FCC et par conséquent, à mettre  un terme définitif à la furie et à la destruction méchante des biens meubles et immeubles appartenant à chaque camp politique. La République est notre bien commun. Elle est comme un bien collectif qui n’entraine, ni rivalité, ni exclusion dans la consommation.
  • Conjure, enfin,  la majorité parlementaire composite FCC-CACH à cultiver l’esprit et la lettre de l’article 6 de la Constitution en ces termes : « Tout Congolais a le devoir de respecter et de traiter ses concitoyens sans discrimination aucune et d’entretenir avec eux des relations  qui permettent de sauvegarder, de promouvoir et de renforcer l’unité nationale, le respect et la tolérance réciproques. Il a, en outre, le devoir de préserver et de renforcer la solidarité nationale singulièrement lorsque celle-ci est menacée ».

Fait à Kinshasa, le 18 juin 2019

POUR LA CONVENTION DES REPUBLICAINS (CR)

Honorable Jacques TSHIMBOMBO MUKUNA

Président