Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Derniers réglages

This post has already been read 10072 times!

Au FCC-CACH, les négociations sont très avancées pour la formation d’un nouveau gouvernement qu’attend, particulièrement, le Professeur Sylvestre Ilunga Ilunkamba, pour matérialiser l’ambitieuse vision de Félix Antoine Tshisekedi, l’homme du 24 janvier 2019.

Certes, les choses se passent en mode silencieux. Mais, grâce à   quelques bribes d’informations qui   tombent difficilement, il y a lieu de noter que très bientôt, et c’est peut-être à tout moment, la surprise à laquelle tous les congolais s’attendent avec impatience, peut, enfin, arborer les tympans avec l’officialisation de la liste d’une nouvelle équipe éléphantesque constituée  de soixante-cinq membres.

Si la taille est déjà connue, il n’en demeure pas moins que la clé de répartition l’est aussi. Tout comme, après tous les calculs et agencements, il sera incessamment autour de l’attribution des ministères et la désignation de leurs  animateurs.

Là-dessus, l’expression inévitable des ambitions donne à penser qu’en définitive, à moins d’inventer miraculeusement  une nouvelle roue politique, c’est  le duo Kabila-Tshisekedi qui doit mettre les points sur les ‘’i’’ et les barres sur les ‘’t’’.

Ce week-end de méditation pourrait, dans cette acception des choses, faire avancer à une vitesse endiablée  toutes ces  tractations résiduelles. Sauf changement de dernière minute ou de survenance d’un nouveau couac imprévu, il va de soi que  d’ici 48 heures et, surtout, au début de la semaine prochaine, la fumée blanche, longtemps recherchée depuis le 24 janvier 2019, fasse  sensation dans les lentilles des congolais. Ils en seraient, croit-on, à leurs derniers réglages.

Ainsi, pourrait-on  tourner la page, au moins une fois pour toutes, de ces discussions pour amorcer la phase de la gestion du pays pour assouvir les intérêts supérieur de la nation.

Car, peu importe tout ce qui se fait en sourdine maintenant, le peuple congolais, lui, n’y trouverait  son compte qu’à la seule condition qu’il soit à même de voir clair, soutient un analyste, tapis dans l’ombre.

Voilà pourquoi en cinq ans, au regard du nombre de chantiers et de l’immensité de défis,  les jours qui s’égrènent seront difficilement récupérables si la  FCC-CACH ne joue pas, comme il se doit, sa vraie partition.

Déjà, Lamuka qui  annonce une marche pacifique  pour ce dimanche 30 juin 2019, ne lésinera pas sur les moyens, pour continuer à récupérer les faiblesses de l’action de CACH-FCC pour continuer à  battre le rappel des troupes avec Bemba, Fayulu et Muzito en  tête. L’affaire de la vérité des urnes, des invalidations, de la corruption,  ou celle très vraisemblable des enjeux électoraux en  2023, seront à la clé, pour éclabousser toute l’ossature institutionnelle encore fragile entre le nouvel occupant de la pagode présidentielle de  de la  N’sele et le vieux routier politique devenu, par la magie de l’histoire, le fermier   de  Kingakati.

LPM