Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Réformes à l’église catholique locale : Monseigneur Ambongo persiste et signe !

This post has already been read 354 times!

Tout baigne dans l’huile au sein de l’église catholique de la République Démocratique du Congo. Contrairement à ce que certaines langues mal intentionnées vocifèrent dans les médias, les choses évoluent de manière pacifique et avec une série de réformes engagées par Monseigneur Fridolin AMBONGO. Le nouvel Archevêque Métropolitain de Kinshasa est vivement déterminé, autour de sa vision, de développer davantage l’œuvre du Christ et d’encadrer le peuple de Dieu pour une croissance spirituelle et physique intégrale dans la société.    

Voilà ce qui révèle une interview accordée au journal La Prospérité par  l’Abbé Jean-Marie KONDE, Aumônier  Catholique à la Culture et aux Arts.

Très proche de l’archidiocèse de Kinshasa, il a saisi l’occasion pour fixer l’opinion en général et les fidèles catholiques en particulier sur quelques folles rumeurs qui circulent dans la communauté par rapport à  la nouvelle gestion  de l’église locale.

Toutefois, l’Abbé Jean -Marie KONDE a souligné que le climat est serein entre le Cardinal Monsengwo et son successeur Monseigneur AMBONGO. Et cela sur toutes les lignes. Les deux prélats sont en parfaite harmonie avec comme idéal de préparer l’église à la rencontre du Christ et pour le bien-être de la Congrégation ecclésiastique de la RDC.

RDC : A qui profite la cabale contre l’église catholique ?

«Il est très déplaisant de constater avec déshonneur que les ennemis de l’Eglise ne cessent de répandre d’épouvantables nouvelles au sujet de la vie pastorale de notre Archidiocèse», fustige-t-il en réagissant sur une publication nuisible parue sur un site Web.

Cependant, l’Aumônier catholique a tenu à préciser que la gestion quotidienne de l’église est assurée de manière intégrale et rigoureuse par Monseigneur AMBONGO avec tout pouvoir lui accordé par le Saint Siège.

Depuis qu’il est à la tête de Kinshasa, il procède aux plusieurs réformes dans différents domaines de la formation, de la mission pastorale ainsi que de l’administration sous la direction de sa devise : «OMNIA OMNIBUS».

Le fonctionnement de l’édifice est garanti par l’Archevêque qui demeure vertical dans sa double responsabilité de sauver les âmes et de les accompagner pour l’épanouissement dans un esprit de respect, de solidarité, de justice et de tolérance.

Un rigoureux à la tête de l’Archidiocèse de Kinshasa !

Conformément à ses attributions pastorales, renseigne-t-on, l’Evêque est tenu par l’obligation de visiter chaque année son diocèse en tout ou en partie, de telle sorte qu’il le visitera en entier au moins tous les cinq ans, par lui-même ou, s’il est légitimement empêché, par l’Évêque coadjuteur ou l’Evêque auxiliaire, par le Vicaire général ou le Vicaire épiscopal, ou bien par un autre prêtre (Can.396- §1).

Raison pour laquelle, explique l’Aumônier, l’Archevêque de Kinshasa ou son mandataire effectue une série de descente dans les différentes structures de l’Eglise.

« Ce n’est pas une initiative liée à ses bons vouloirs ou encore parce qu’il vient nouvellement de prendre possession de l’Archidiocèse. C’est un devoir qui lui est attaché comme évêque diocésain aussi longtemps qu’il reste dans ses fonctions », souligne-t-il.

Sur le plan financier, Abbé JM KONDE renseigne que l’église par rapport, à son organisation interne, a mis en place un  système qui régit les finances du diocèse. Les écoles et tant d’autres patrimoines ou institutions ecclésiastiques sont très bien gérés par les personnes qualifiées  qui présentent en bonne et due forme leurs rapports  à la haute hiérarchie.

« Quant à la crise financière de l’église, retenez qu’elle est tributaire de la crise économique qui sévit tout notre pays. L’Eglise locale de Kinshasa accepte de se prendre en charge dans ses institutions et dans son personnel ecclésiastique et laïc. Elle n’est pas enfermée en soi mais elle fait partie de l’Eglise Catholique Universelle », a-t-il déclaré.

7 juillet : Ambongo porte le pallium !

Parlant de l’actualité de l’Eglise Catholique Universelle, l’Aumônier de la Culture et Arts a fait savoir que le Pape François a remis, le 29 juin dernier, des palliums aux trente archevêques venus du monde entier, au cours de la messe à l’occasion de la fête de Sts. Pierre et Paul, au Vatican. Monseigneur AMBONGO y était également de la partie pour recevoir son pallium, huit mois après à la tête de l’Archidiocèse de Kinshasa.

Une grande joie pour les chrétiens catholiques congolais qui vont se retrouver, ce dimanche 7 juillet, au stade Tata Raphael, dans la Capitale pour célébrer  son installation. Ce port du pallium, apprend-on, lui sera porté par le Nonce apostolique de la RDC Monseigneur Ettore Balestrero, pour le compte du diocèse de Kinshasa.

Retenons que le pallium est une bande de laine que portent les archevêques autour de leurs épaules par-dessus leurs vêtements de messe.

Rigoureux mais humble, rappelle-t-on, l’Archevêque Métropolitain de Kinshasa a été nommé d’abord en février 2018 archevêque coadjuteur de Kinshasa pour en devenir Evêque diocésain en novembre de la même année.

Né le 24 janvier 1960, Monseigneur AMBONGO Fridolin (profès de l’Ordre des Frères Mineurs Capucins), est devenu évêque en 2004 en passant par plusieurs diocèses de la RDC (Bokungu-Ikela, Kole, Mbandaka-Bikoro).

Jordache DIALA