Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

«La traversée du Fleuve Congo» : Roland Verbiest raconte le peuple Ngombe dans toute son originalité

«La traversée du Fleuve Congo» : Roland Verbiest raconte le peuple Ngombe dans toute son originalité

This post has already been read 70 times!

Reçu mercredi 3 juillet dernier par l’Ambassadeur des Pays-Bas, Roland Verbiest, auteur du recueil «La traversée du Fleuve Congo» a présenté le fruit de son histoire sur le peuple Ngombe, originaire du Grand Equateur. La projection du film a ébloui les participants, frappés par la capacité de l’auteur, alors européen, de s’approprier le lingala et conter l’histoire d’un peuple étranger. Plusieurs invités de marque étaient présents. Empêché, le Gouverneur de la Ville de Kinshasa a été représenté par son Vice-gouverneur, Néron Mbungu.

Roland Verbiest est un néerlandais qui a voyagé et qui voyage encore beaucoup sur les bateaux de Bralima entre Kinshasa et Kisangani. A l’en croire, il a aussi côtoyé plusieurs fois le peuple Ngombe, habitant à l’Equateur, précisément le long du Fleuve Congo. Captivé par les histoires si riches des congolais et particulièrement ceux vivant au bord de l’eau, cet auteur néerlandais a la capacité sagace de raconter des histoires. Il a promis de réaliser un film sur la traversée du majestueux Fleuve Congo, un court métrage issu des histoires lui racontées par des habitants des villes qu’il a visitées, outre les écrits qu’il a aussi faits. Son souci majeur, avoue-t-il, c’est ‘’d’aider à conserver l’histoire ou les histoires congolaises qui sont si belles et très riches de sens, vu que ce peuple vit encore‘’.

400 ans après…

«La traversée du Fleuve Congo», comme le dit si bien l’auteur, est basée sur une vieille légende congolaise qui remonte à 400 ans. Une histoire de la tribu des Ngombe que les pêcheurs lui ont racontée. Bien qu’il manque quelques pièces dans cette légende qui révèle pourquoi le féticheur dit «Nga Ngankisi», a recommandé de ne pas regarder en arrière avant de traverser le fleuve, l’auteur a essayé de compléter cette chronique, grâce à ses multiples entretiens avec les riverains et les villageois.

Il estime qu’à cette époque des téléphones mobiles et des ordinateurs, les histoires vont se perdre. Raison pour laquelle, il a pris l’initiative de préserver plusieurs des histoires de la RD. Congo par écrits et voies médiatiques, à l’instar de «Kokatisa Ebale» des peuples Ngombe, pour ne pas les perdre et refaire les erreurs du passé.

A cet effet, il a appelé tous les congolais à être fiers de leur culture. ‘’Je sais que les congolais aiment leurs histoires et quand ils les écoutent, ils écoutent l’âme du Congo et ils revivent leur propre histoire. C’est des belles histoires et le lingala est l’une des meilleures langues du monde. Les congolais doivent donc être fiers de leur culture et la conserver‘’, a avancé Roland Verbiest.

Quant à l’Ambassadeur des Pays-Bas en RDC, M. Robert SCHUDDEBOOM, il s’est félicité de la réussite de cette soirée culturelle, qui raconte l’une des meilleures histoires d’un peuple richement béni par un majestueux fleuve. Un évènement du moins heureux pour lui, étant donné que l’histoire du Congo le captive. En tant qu’Ambassadeur de la Hollande en RD. Congo, il dit avoir seulement facilité la visibilité de l’œuvre de son compatriote et lui a donc offert ce cadre réconfortant.

Témoignage

Frappé par l’amour de cet étranger pour la culture congolaise, Néron Mbungu n’a pas caché son admiration pour cette œuvre dont il a félicité l’auteur et a, par la même, exprimé sa consternation à propos des congolais qu’il reproche de ne pas porter de l’amour pour leur propre pays. ‘’Je suis ému de voir qu’un expatrié vient s’intéresser à nos histoires, à notre vie et surtout, à notre langue‘’, a laissé entendre le Vice-gouverneur. Et de poursuivre que ‘’nous avons pourtant un si beau pays que nous devons aimer. Malheureusement, nous avons encore du mal à nous aimer réciproquement. Des coups bas, des trahisons nous aveuglent à tel point que nous oublions l’essentiel. C’est pourquoi, nous devons changer notre façon de faire les choses‘’.

Pour Néron Mbungu, ce film de Roland Verbiest est une grande leçon. ‘’Dieu nous a donné un grand boulevard qu’est le Fleuve Congo, mais que nous n’exploitons même pas… Le congolais n’aime pas voir l’autre réussir là où lui a échoué. Si tu as de l’intelligence, partage-la pour l’intérêt commun. Ce que je peux dire aujourd’hui à mes compatriotes, c’est que nous devons travailler à l’unisson et éviter de nous mettre des crocs en jambe‘’.

Grâce Kabedi

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com