Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Détruite ‘’arbitrairement’’ par des militaires : la société Africa Trading and Consultance appelle à l’implication de Félix Tshisekedi

Détruite ‘’arbitrairement’’ par des militaires : la société Africa Trading and Consultance appelle à l’implication de Félix Tshisekedi

This post has already been read 345 times!

C’est un investissement de plus de 3 millions de dollars américains qui s’est évaporé le 22 juin dernier, après la destruction ‘’méchante’’ et pillage de la Société Africa Trading and Consultance (ATC SARL), installée à Mulungwishi, dans la ville de Likasi (Haut-Katanga), et qui évolue dans le secteur minier, avec objectif de réunir tous les dépôts de négoce des minerais et des creuseurs artisanaux. C’est ce qu’a expliqué, le lundi 8 juillet devant la presse, Me Paul Beya Dika Kalenga, avocat conseil de cette entreprise qui pointe du doigt des officiers militaires hauts gradés, derrière cette abolition. De ce fait, ATC appelle à l’aide au Président de la République, Félix Tshisekedi, afin de mettre les points sur les i dans cette affaire, en s’impliquant de tout son poids.

C’est après plusieurs démarches sans suite auprès du Gouverneur de la Province du Haut-Katanga où elle est installée, que cette entreprise dont les cadres sont expressément venus à Kinshasa, s’est tournée vers Félix Tshisekedi, à travers une correspondance adressée à son Conseiller spécial en matière de mines et énergies, pour demander son implication dans la destruction de ses installations.
Au cours du point de presse, Paul Beya Dika, avocat d’ATC SARL, a indiqué que les militaires, venus le 22 juin vers 16 heures pour démolir la société, avaient déclaré exécuter un ordre de la Présidence de la République selon lequel ‘’tous les dépôts se trouvant dans la province de Lualaba devraient être détruits’’. Hormis le fait de les avoir fait entendre raison, étant donné que ladite entreprise se trouve au Haut-Katanga et non à Lualaba, une quinzaine des jeeps des militaires accompagnée d’engins de démolition, a-t-il poursuivi, sont tout de même revenus dans ladite concession, vers 20 heures, alors qu’il n’y avait plus grand monde, et ont non seulement mis à terre ladite société, mais aussi ont pillé plusieurs matériels. « Nous exprimons notre regret et notre inquiétude concernant un comportement d’un groupe des gens contre notre société. Notre société répond à toutes les normes et détenons tous les documents nécessaires. Aujourd’hui, tout a été détruit. Plus de 3 millions de dollars américains  que nous avons mis en scène se sont évaporés. Sommes-nous dans un Etat de droit ? Comment des militaires ont cette compétence de détruire notre entreprise ? », a lancé Paul Beya Dika.

Il a, à ce sujet, dénoncé une main noire de personnes qui cherchent à obstruer  l’idéologie du Président de la République qui prône un Etat de droit et ‘’le peuple d’abord’’. « Le Gouverneur de Lualaba, dans un communiqué officiel, avait circonscrit sa province ainsi que les dépôts qui devraient être détruits. Mais, ces militaires ont détruit dans la province du Haut-Katanga, même Richard Muyej n’était pas informé, moins encore les militaires ou les autres chefs de cette province de Lualaba. Nous avons vite compris qu’il y avait des militaires venus de Kinshasa, de hauts gradés. Ce sont des gens animés de mauvaise foi qui ne s’inscrivent point dans l’idéologie de l’Etat de droit du Président de la République », a-t-il noté. Ce, tout en ajoutant qu’avec cette démolition, c’est plus de 150 emplois des congolais qui sont sacrifiés.

De noter, in globo, qu’Africa Trading and Consultance (ATC SARL) est une société dirigée par un congolais qui constitue d’un centre moderne de négoce des minerais, avec autre vision d’identifier les creuseurs artisanaux, d’une part, et de faciliter la collecte des d’impôts, d’autre part.

Corneille Lubaki