Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Kasaï : une délégation de l’Unesco à Tshikapa

Kasaï : une délégation de l’Unesco à Tshikapa

This post has already been read 123 times!

Nul n’ignore que la culture, c’est ce qui reste lorsqu’on aura tout perdu. Et que la culture reste le ciment de la cohésion sociale et c’est grâce à la culture que nous nous reconnaissons en tant qu’êtres humains, en tant que membres d’une communauté. L’UNESCO, l’organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture est la seule organisation des Nations Unies qui s’occupe de la culture. La ville de Tshikapa a accueilli ce lundi, 8 juillet 2019, monsieur Jean-Pierre ILBOUDO, chef du bureau de Kinshasa et Représentant de l’UNESCO en RDC et sa suite pour palper, de leurs propres doigts, les réalités du patrimoine culturel Kasaïen ; ce qui justifiera leur descente par route dans le Kasaï profond, plus précisément à Mushenge et voir l’art Kuba. Au micro de votre quotidien, “La Prospérité“, à sa descente de l’avion à l’aéroport national de Tshikapa, le représentant résident de l’UNESCO/RDC dit être venus ici à Tshikapa, au Kasaï pour un objectif global qui est d’évaluer les priorités et les besoins de la province du Kasaï, afin de mettre en place une stratégie de l’appui technique de l’UNESCO à la province du Kasaï. Mais, cette stratégie va concerner les domaines que nous allons identifier avec eux pour voir les modalités de collaboration et de partenariat entre l’UNESCO et la province du Kasaï. Nous allons également, ajoute-t-il, travailler sur le domaine très important qui est l’évaluation de la valeur culturelle et surtout la qualité de la cité de Mushenge, qui pourrait être inscrit sur la liste indicative du patrimoine mondial. Nous allons encore faire en sorte que l’on puisse identifier l’ensemble des éléments du patrimoine immatériel de la province pour essayer d’entrer dans le processus d’inscrire ces éléments du patrimoine immatériel sur la liste du programme mondial de l’UNESCO. Enfin, ils vont encore travailler en sorte que l’appui de l’UNESCO soit un appui permanent pour le développement de la culture au niveau de l’Afrique. Car, si vous regardez l’Afrique aujourd’hui, argumente-t-il, la plupart des Africains, nous sommes dans un exil culturel permanent à travers les paraboles, certaines émissions à la télévision, le canal plus ; les gens ne soutiennent plus leurs équipes, telles que le T.P Mazembe ou Vita Club ; ils parlent toujours de Manchester ou Liverpool. Ils regardent la télé novelas, là où il y a de belles femmes, de belles voitures, mais la culture locale, notre culture ; ce qui fait que nous puissions exister, nous sommes en train de l’oublier. C’est ainsi qu’on va faire en sorte que les plus jeunes puissent avoir la transmission de nos cultures car, si on ne sait pas d’où on vient, on ne sait pas où l’on va. Au lendemain de leur descente à Mushenge, la délégation a eu un tête-à tête avec les représentants de différentes structures culturelles dans la salle des réunions du Gouvernorat. A travers cet échange, plusieurs préoccupations ont été soulevées par les participants à cette rencontre. C’est le cas par exemple du président du comité de gestion de l’Alliance Franco-Congolaise de Tshikapa. Dans son intervention, Monsieur Léonard MUAMBA a reconnu en l’UNESCO, la seule organisation des Nations Unies qui s’occupe de l’éducation, la science et la culture, qui, le 8 septembre de chaque année, célèbre la journée internationale de l’Alphabétisation et à l’occasion de cette journée, l’UNESCO dresse des statistiques toujours sombres du taux d’analphabétisation. Ainsi, a-t-il formulé sa demande à l’UNESCO de doter la ville de Tshikapa d’une grande Bibliothèque.

Il sied de préciser que, c’est Docteur Florimond NCIOKO KWETE MINGA qui a initié cette demande adressée à l’UNESCO pour valoriser la culture et l’art Kuba, dont l’école est située à Mushenge. D’où, leur descente sur le lieu même.

Léonard MUAMBA