Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Nouveau  pavé !

This post has already been read 15894 times!

Longtemps étouffé, l’abcès a été, enfin, crevé. Modeste Bahati, pour avoir exprimé librement ses ambitions visant à coiffer  la tête  du Sénat, a été, lui-même, coiffé.

Au FCC, la discipline de fer est le maître mot. La sanction, à l’instar du bâton, ne tarde pas à venir. Dans le  communiqué d’hier, l’on parle tantôt de la suspension à durée déterminée, tantôt de l’auto-exclusion. Mais, peu importe le  concept, la vérité est là et elle est têtue.

L’Autorité Morale de l’AFDC & Alliés devra, désormais, compter sur ses propres forces, sur sa capacité à convaincre le corps électoral, pour l’aboutissement de son combat dont les proportions prendront, certainement, des multiples formes.

Quoi qu’il ait réitéré sa loyauté envers Joseph Kabila tout en maintenant sa candidature à la Présidence du Sénat, la sentence est, tout de même,  tombée sur sa tête, tel un couperet.

Et, pourtant, à voir le nombre de Députés à l’actif de l’AFDC& Alliés, cette fissure, si petite soit-elle,  pourrait provoquer dans les jours à venir,  un séisme susceptible de susciter des  dissensions réelles au sein du FCC au niveau de l’Assemblée Nationale et dans les Assemblées Provinciales. Il en sera de même dans les autres calculs, quant à la composition, très prochainement,  du Gouvernement. Donc, la carte AFDC aura des implications et répercussions  sur la configuration de la scène politique.

Tout compte fait, Bahati, la transhumance politique aidant, basculera, à coup sûr, vers CACH. Ce qui, logiquement, fera bouger les lignes dans le marigot. Au-delà des invalidations des Députés qui ont fait parler d’elles dans tous les sens sur le sérieux de la justice congolaise, l’affaire AFDC & Alliés jette-là, un nouveau pavé dans la marre du FCC alors qu’à Lamuka, les leaders tenteront, à leur manière,  de replâtrer leurs  plaies béantes, le 20 juillet à Lubumbashi.

LPM