Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

[Course au perchoirdu Sénat] Bahati – Thambwe : le duel de tous les dangers !

[Course au perchoirdu Sénat] Bahati – Thambwe : le duel de tous les dangers !

This post has already been read 1358 times!

*L’AFDC-A ne quitte pas la majorité. Par contre, l’AFDC-A  s’érige en troisième pôle aux côtés du FCC et CACH. Donc, l’AFDC-A entend participer à la gouvernance en raison de son poids politique, soutient, à cœur ouvert, Bahati. Autrement dit, l’AFDC-A ne fera pas  de l’opposition contre Félix Tshisekedi, ni contre ses anciens colistiers du Front Commun pour le Congo. Ainsi, les Sénateurs sont-ils  placés  devant leur responsabilité pour départager les deux hommes : Bahati et Thambwe.

Combat des fauves

Le fossé se creuse. L’autonomie s’installe. Et la guerre ira jusqu’au bout. Entre le FCC et l’AFDC-A, la rupture est, désormais, totale. Plus question de rester ensemble pour discuter de quoi que ce soit tant que la suspension court encore. Plus question, non plus, de regarder dans la même direction tant que le perchoir du Sénat constituera encore un enjeu autour duquel les romains s’empoigneront.

Donc, entre le FCC et l’AFDC-A, c’est le ‘’je t’aime, moi non plus’’. Aujourd’hui plus qu’hier, les choses ont bougé. L’histoire a changé de sens. Et, sur cette nouvelle voie escarpée, une nouvelle donne politique s’impose sur l’agora politique en RD. Congo.

Pour Bahati, à l’en croire, l’AFDC-A volera de ses propres ailes et taillera  ainsi, en dépit de ce qu’il considère, outre mesure, comme traitement discriminatoire lui infligé, son nouveau chemin, même s’il s’agissait de le faire  dans le roc.

Certes, il a pris acte de sa suspension. Mais, au demeurant, il n’occulte, ni n’élude aucun débat de fond sur les griefs montés, à son avis, en épingle  pour casser du sucre son dos.

Bahati dit, par exemple, que concernant cette  question-là, celle  du choix du ticket devant conduire le prochain Bureau définitif du Sénat n’aurait jamais été évoquée, ni inscrite à l’ordre du jour des délibérations diurnes ou nocturnes du FCC.

Il précise, par ailleurs, qu’il avait été, curieusement, surpris de constater qu’alors qu’il s’attendait à une concertation interne,  qu’un beau jour, au cours d’une rencontre, le Coordonnateur, M. Néhémie Mwilanya,  ait  simplement présenté Alexis Thambwe Mwamba, un indépendant,  comme étant le choix venu  de  l’Autorité Morale pour la Présidence du Bureau définitif du  Sénat.

Sur le même registre, il affirme que son Regroupement politique  qui compte, normalement,  plus de 140 élus directs, sans oublier  les gouverneurs et vice-gouverneurs des provinces, aurait voulu qu’il soit considéré comme un partenaire politique sur le socle duquel le FCC pouvait  fonder ses actions. Voilà tout. Pour le reste, Bahati dit devoir se préparer pour concocter de nouvelles stratégies sur l’attitude à adopter face au défi de la conquête de la tête du Sénat qu’il tient, ipso facto, à coiffer, dès qu’il l’aura remporté. Il promet de se battre jusqu’au bout de ses ongles, pour laver l’affront.

LPM

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com