Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

JMP : UNFPA pour zéro décès maternel, zéro violence sexiste et élimination des pratiques préjudiciables d’ici 2030

JMP : UNFPA pour zéro décès maternel, zéro violence sexiste et élimination des pratiques préjudiciables d’ici 2030

This post has already been read 1124 times!

Le 11 juillet, l’humanité a célébré la journée mondiale de la population. A cette occasion, le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA)  a organisé une grandiose cérémonie marquant non seulement le 50ème anniversaire de cet organisme international créé en 1969, mais également les 25 années d’existence de la Conférence Internationale sur la Population et le Développement (CIPD), tenue, en 1994, au Caire, en Egypte. Dans son allocution, faisant le rapport sur l’état de la population mondiale, le Représentant Résident de l’UNFPA en RD. Congo, le Docteur Sennen Hounton, tout en reconnaissant la non-réalisation jusque-là de certains objectifs de la CIPD, a réitéré la ferme volonté des Nations Unies à travers l’UNFPA, à se mettre au front pour que d’ici 2030, il y ait zéros besoins non satisfait en matière de planification familiale ; zéro décès maternel évitable et l’élimination de la violence et les mutilations sexistes ainsi que les pratiques préjudiciables, telles que le mariage des enfants et les mutilations génitales féminines. En présence du Ministre ad intérim du Plan, Pierre Kangudia, le numéro Un de l’UNFPA a souligné que le grand événement marquant la célébration du 25ème anniversaire sur la CIPD sera le sommet qui se tiendra du 12 au 14 novembre à Nairobi au Kenya, conformément au thème choisi cette année, à savoir : «25 ans de la CIPD. Accélérez les promesses ». Ci-dessous, le discours de Sennen Houton à l’occasion de ladite journée mondiale de la population.

 

Discours de Dr Sennen HOUNTON, Représentant Résident du Fonds des Nations Unies pour la Population

Excellence Monsieur le Ministre d’Etat, Ministre du Plan,

Excellences Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement,

Monsieur le Coordonnateur résident du Système des Nations Unies,

Chers Collègues Chefs des missions diplomatiques et consulaires en RDC,

Mesdames et Messiers les cadres de l’Etat,

Distingués Invités,

Mesdames et Messiers,

J’ai l’immense joie de vous annoncer en ce jour mémorable du 11 Juillet 2019 que le Fonds des Nations Unies pour la Population célèbre un double événement : le 50ème anniversaire de la création du Fonds des Nations Unies pour la Population en 1969 et le 25ème anniversaire de l’adoption du Programme d’Action historique de la Conférence internationale sur la Population et le Développement de 1994.

Cette conférence est considérée comme l’une des plus importantes jamais organisée au niveau mondial en ce sens qu’elle a transformé la manière dont les pays ont commencé à traiter les problèmes de population et développement durable en plaçant les besoins et les aspirations de chaque être humain au centre du développement durable.

L’accès universel à la santé et aux droits en matière de sexualité et de procréation est devenu la pierre angulaire des nouveaux programmes de population dans le monde. Et le programme d’Action de la CIPD a réaffirmé que tous les couples et tous les individus ont le droit fondamental de décider librement et de manière responsable du nombre et de l’espacement de leurs enfants et de disposer des informations, de l’éduction et des moyens nécessaires.

Il convient de noter que le Programme d’Action de la CIPD est à la base de l’Agenda 2030 et des Objectifs de Développement Durable de l’Organisation des Nations Unies, qui ont été adoptés en 2015. Plus récemment, le 1er Avril 2019, les Etats membres des Nations Unies ont adopté lors de la 52ème session de la Commission de la Population et du Développement une déclaration réaffirmant l’importance du Programme d’Action de la CIPD pour orienter les politiques et programmes de population et développement, dans le contexte de l’Agenda 2030 et des objectifs de Développement Durable, et par lequel les Etats membres de l’ONU se sont engagés à prendre de nouvelles mesures pour assurer « sa mise en œuvre intégrale et accélérée ».

Excelle Monsieur le Ministre d’Etat, Ministre du Plan,

Mesdames et Messieurs,

Malgré les progrès remarquables réalisés depuis 1994, des millions de femmes et de filles n’ont toujours pas bénéficié des promesses de la Conférence Internationale sur la Population et le Développement (CIPD). C’est pourquoi l’année 2019, qui marque le Vingt-cinquième anniversaire de cet événement, sera cruciale pour le travail que nous réalisons en faveur des femmes et des filles dans le monde.

L’événement marquant cet anniversaire sera le Sommet de Nairobi sur la CIPD25 : Accélérer les promesses, qui se tiendra au Kenya du 12 au 14 Novembre 2019. Le Sommet réunira de nombreux gouvernements, des acteurs du secteur privé et de la société civile, ainsi que des partenaires communautaires, afin de faire progresser la mise en œuvre du Programme d’action eu égard aux objectifs de développement durable aux niveaux international, régional, national et local.

Tout comme Le Caire a constitué un tournant concernant les droits et la santé sexuelle et reproductive, Nairobi marquera la fin de l’Exclusion, en garantissant à tous l’exercice des droits ainsi que des choix universels.

Le thème de la Journée Mondiale de la Population de cette année est « 25 ans de la CIPD : Accélérer les promesses », en cohérence avec le thème général du Sommet de Nairobi. De même, le Rapport sur l’état de la population Mondiale édition 2019 porte sur « Une tâche inachevée. La poursuite de l’acquisition des droits et des choix pour TOUS ».

Au Caire, nous avons imaginé un avenir dans lequel chaque grossesse est voulue, car chaque femme et chaque fille disposeraient d’une autonomie sur son corps et seraient en mesure de choisir si, quand et avec qui avoir des enfants.

Nous avons imaginé un monde où aucune femme ne mourrait en donnant la vie parce que, quel soit son emplacement, son statut socioéconomique ou juridique, elle aurait accès à des soins de santé maternels de qualité.

Nous avons imaginé une époque où chacun vivrait en sécurité, sans violence, avec respect et dignité, et où aucune fille ne serait forcée de se marier ni de se faire mutiler les organes génitaux.

Depuis 1994, des gouvernements, des militants, des organisations de la société civile et des institutions telles que le FNUAP se sont ralliés au Programme d’action et se sont engagés à supprimer les barrières qui opposaient les femmes et les filles à leur santé, à leurs droits et à leur pouvoir de définir leur propre avenir.

Pourtant, malgré des  gains considérables au cours des 25 dernières années, nous avons encore beaucoup de chemin à faire pour tenir la promesse du Caire. Trop d’individus continuent d’être laissés pour compte. Trop de personnes ne peuvent toujours pas jouir de leurs droits.

Plus de 200 millions de femmes et de filles veulent retarder ou empêcher leur grossesse mais n’en ont pas les moyens. Et ce sont les femmes et les filles les plus pauvres, les membres des communautés autochtones, rurales et marginalisées et les personnes handicapées, qui sont confrontées aux plus grandes lacunes dans les services.

Il est temps d’agir maintenant, de manière urgente, pour que chaque femme et chaque fille puisse exercer ses droits. Avec plus d’options contraceptives, elles peuvent prospérer  en tant que partenaires égaux du développement durable.

Le coût de l’inaction est tout simplement trop élevé : plus de femmes et de femmes meurent, plus de grossesses non désirées, plus d’avortements non sécurisés, plus de filles enceintes honteuses de l’école, le potentiel des individus et des sociétés est gaspillé.

Il n’y a pas de temps à perdre. Notre avenir en dépend.

A l’UNFPA, nous travaillons avec des pays et partenaires pour réaliser le monde que nous avions imaginé il y a 25 ans. Nous sommes résolument en faveur de la réalisation de trois résultats transformateurs d’ici 2030 :

  • Zéro besoin non satisfait en matière de planification famille ;
  • Zéro décès maternel évitable ; et
  • Eliminer la violence sexiste et les pratiques préjudiciables, telles que le mariage des enfants et les mutilations génitales féminines.

Des données de haute qualité nous aideront à cerner les besoins les plus importants et à mettre fin à l’invisibilité des plus démunis.

Le sommet de Nairobi en novembre 2019 réunira des chefs d’Etat, des leaders d’opinion, des organisations de la société civile, des jeunes, des institutions financières internationales, des représentants du secteur privé et des milliers d’autres qui ont un intérêt dans la poursuite de la santé sexuelle et procréative pour tous. Nous avons tous un intérêt dans cela.

Excellence Monsieur le Ministre, Ministre du Plan, Mesdames et Messieurs,

Je peux affirmer qu’en République Démocratique du Congo nous devons poursuivre nos efforts visant à maitriser la croissance démographique pour lutter efficacement contre la pauvreté et assurer la croissance inclusive et l’émergence du pays, résultat  visionnaire du Plan National Stratégique de Développement  (PNSD). En effet, une politique de développement réussie ne peut faire l’impasse sur maîtrise de la croissance démographique surtout si celle-ci connaît des pics induisant des besoins que la production de richesses nationales ne peut satisfaire. Historiquement, il est facile d’observer qu’aucun pays n’est sorti du sous-développement sans avoir maîtrisé la fécondité, sans transmission démographique.

En ce jour de célébration de la Journée Mondiale de la Population, marquant le double anniversaire, CIPD+25 et UNFPA 50, je voudrais réitérer l’engagement sans équivoque du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) de continuer à soutenir, aux côtés des autres partenaires techniques et financiers, efforts du pays tendant à une meilleure adéquation entre la croissance démographique et la croissance économique pour une transition démographique et pour une croissance inclusive et une réduction de la pauvreté.

Vive la Coopération Internationale,

Vive la RDC

Je vous remercie