Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Loin de la fronde, une nouvelle plateforme est née : Bahati Lukwebo fonce !

Loin de la fronde, une nouvelle plateforme est née : Bahati Lukwebo fonce !

This post has already been read 633 times!

Aux côtés du Front commun pour le Congo (FCC), Cap pour le Changement (CACH) ainsi que Lamuka, il faudra désormais ajouter l’AFDC-A qui, depuis le mardi 16 juillet, est devenue une plateforme à part entière au sein de la majorité parlementaire. C’est son président et autorité morale, Modeste Bahati Lukwebo, exclu définitivement de la coalition dirigée par l’ancien Chef de l’Etat, Kabila Kabange, qui a consacré cette mutation devant la presse, soulignant ainsi son autonomie. Contrairement à son prénom, Bahati Lukwebo n’est point du tout modeste dans ses ambitions qu’il veut salutaires. L’homme, prêt à mener une bataille loyale, légale et sportive, a confirmé sa candidature au Perchoir du Sénat, tout en appelant ses désormais anciens ‘’collègues du FCC’’ de cesser d’intimider et même de mettre fin au débauchage à ciel ouvert des élus et cadres de l’AFDC et Alliés.

Erreur tactique 

Déterminé dans ses décisions, le professeur Modeste Bahati sous-tend que le FCC a commis une grave erreur, en le suspendant pour une durée indéterminée, alors qu’il dénonçait, signale-t-il, la violation, pour la nième fois, de la Charte du FCC concernant, entre autres, le respect de poids politique et de concertation préalable et donc obligatoire dans la répartition des responsabilités. D’où, stigmatise-t-il, urbi et orbi, le fait qu’Alexis Thambwe Mwamba, membre indépendant au sein de ce consortium, ait été désigné candidat à la présidence du Sénat, en son encontre ; lui qui est porté par la deuxième force de cette coalition, derrière le PPRD. Bahati voit en cela un combat contre la sublimité de son AFDC-A et de son projet progressiste, en faveur d’une véritable démocratie au Congo-Kinshasa, la bonne gouvernance et l’amélioration des conditions de vie de la population. Et, ajoute-t-il que ‘’l’erreur du FCC’’ aura des conséquences incalculables dans la mesure où son regroupement est «une pieuvre politique» qui compte 145 élus parmi lesquels 44 députés nationaux, 70 députés provinciaux, 13 sénateurs,  2 gouverneurs ainsi que 7 vice-gouverneurs, sans compter les membres des bureaux des assemblées provinciales.

Naissance

Alors, au-delà de son exclusion qu’il ne cesse de qualifier d’injustifiée, l’ancien ministre d’Etat au Plan n’entend point se résigner. Mais, il salue par ailleurs cette décision qui aura ainsi permis à lui et aux autres cadres et membres de son groupement politique de se découvrir et de prendre leur liberté. Il a, de ce fait, annoncé que l’AFDC et Alliés se revendique désormais comme une plateforme politique, au même titre que le FCC, son ancien hébergeur, le CACH ainsi que Lamuka. Il prend ainsi son autonomie au sein de la majorité parlementaire, en vue de continuer à défendre les intérêts du peuple tout en brisant le paradoxe d’un pays nanti avec un peuple pauvre et même paupérisé. Ce, dans le sens de dépasser les actions qui ont été tout de même réalisées par les différents gouvernements antérieurs dans lesquels lui et les membres de sa famille politique ont dirigé. Toutefois, un appel est dorénavant lancé à ‘’toutes les autres forces politiques soucieuses du bien-être de la population et du développement économique et social de la RDC de se joindre à l’AFDC’’.

Mise en garde

Pour tous les élus qui ont décidé de demeurer au sein du FCC et d’ores et déjà qualifiés de dissidents, ce candidat au perchoir de la Chambre haute du Parlement leur rappelle qu’ils ont un mandat de son regroupement AFDC et Alliés et non celui de la plateforme politique que dirige Joseph Kabila Kabange. Pour ce faire, il les invite à revenir à la raison afin d’éviter tout désagrément qui pourrait, dans le cas le plus extrême, conduire son regroupement à les ester en justice. A point nommé, il dénonce la politique de débauchage dont userait le FCC à l’égard de ses élus, tout en mettant en jeu des promesses des postes. Aussi, vocifère-t-il contre la tentative du dédoublement ‘’orchestré par la partie dissidente composée entre autres de Néné Ilunga Nkulu, Steve Mbikayi, etc. Modeste Bahati Lukwebo attend, plus que tout, du Chef de l’Etat Félix Tshisekedi, une garantie du bon fonctionnement de cette nouvelle plateforme politique, en interdisant par ailleurs toute ingérence. En outre, il convie le Premier Ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba d’accélérer l’identification de la nouvelle majorité en considérant la proportion AFDC-A et d’entamer les consultations pour la composition du nouveau Gouvernement. Donc, le professeur Bahati et tous ses proches veulent aussi une part dans l’équipe gouvernementale.

Corneille Lubaki

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com